Philosophie

Baruch Spinoza

Mardis 4 janvier, 18 janvier et 1er février 2005 à 20 h

Séminaire dédié à la rencontre de quatre philosophes à travers la lecture collective d’une œuvre majeure ou d’un ensemble de textes de Gilles Deleuze, Baruch Spinoza, Michel Foucault et Karl Marx.

par Pascale Gillot, philosophe, directrice de programme au Collège international de philosophie

Qu’est-ce que la conscience, selon Spinoza, et quelle forme de connaissance implique-t-elle, en ce qui concerne notamment la « connaissance de soi » ?

A l’âge classique, au XVIIe siècle, la conscience et la réflexivité, le rapport immédiat à soi du sujet pensant, accèdent au rang de concepts philosophiques majeurs, dans l’¦uvre de Descartes en particulier. Or Spinoza dans l’Ethique (1677) propose une caractérisation singulièrement critique, expressément dirigée contre le cartésianisme, du concept de conscience : la conscience en effet, si elle représente une forme primordiale de l’activité psychique, ne constitue pas pour autant une connaissance certaine. Bien plutôt, elle se révèle fondamentalement liée selon Spinoza à l’ignorance.

C’est l’examen de cette corrélation curieuse entre conscience et ignorance, et de ses conséquences dans la conception spinoziste de l’activité mentale en général et de l’identité subjective, qui constituera l’objet de ce séminaire. Nous nous appuierons pour chaque séance sur la lecture de certains passages de l’Ethique (traduction de Bernard Pautrat, Points Seuil, 1999).

Pascale Gillot

Informations

entrée libre

Partager

Haut de page