Sun In Your Head

Insurgés du corps !

saison 2008-2009

Art en action à l’écran

Rencontres et projections autour de la vidéo et du film d’artiste, une carte blanche à l’association Le peuple qui manque et à d’autres personnalités. Chaque séance est l’occasion de rencontrer une personnalité du monde des arts et/ou de la pensée.

Le cycle annuel Sun in Your Head, ainsi que les Écrans sociaux en collaboration avec le cinéma Le Méliès, s’inscrivent cette saison en écho aux séminaires "Ce qui force à penser", Nos corps à l’épreuve de la République.

La Maison populaire invite pour la seconde année Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff, de l’association Le peuple qui manque, ainsi que Caroline Bourgeois, commissaire indépendante, Elisabeth Lebovici, critique d’art, qui proposeront et présenteront une histoire des corps insurgés, au travers d’un panorama de films rares, documentaires, vidéos d’artistes, cinéma d’avant-garde et fictions.

« Le corps est le lieu de tous les marquages, de toutes les blessures, de toutes les traces. Dans les chairs s’inscrivent les tortures, les interdits des classes sociales, les violences des pouvoirs, dispersés mais jamais abolis. Aujourd’hui, seuls les exclus créent. Car c’est leur corps qui parle, énonce le refus. Le cri NO FUTURE - si ce futur est le présent continué - est cri d’espoir. Du « tiers exclu » au « tiers monde » surgit le désir du corps communication et nécessite une nouvelle forme de création. Un corps sujet du mot est mort, un corps lié à l’ordre du désordre, au Dieu de la morale du travail, de la famille et de la patrie. ici et maintenant, la parole du corps est corps. »
Michel Journiac

Une histoire insurrectionnelle déclinée depuis le happening des années 60, art total et laboratoire des sensations et de l’action politique ; le Body Art ; la parole faite corps des poètes sonores ou du théâtre de l’Opprimé jusqu’au Black panthers party et aux artistes chicanos de la Côte Ouest des États-Unis en passant par le droit à la folie et l’anti- psychiatrie ; le cinéma punk ; la blackploitation ; le mouvement hip hop, les danses urbaines de réappropriation et l’émergence d’une nouvelle culture des images ; la vidéo
contemporaine engagée d’artistes du Moyen–Orient. Le corps dans la bataille, c’est aussi une occupation alternative de la ville et de l’espace social, les manifs’, les actions de rues et les rassemblements altermondialistes, les interventions coup de poing d’Act-up, le détournement architectural, les dérives psychogéographiques et situationnistes.

Informations

Entrée libre en fonction des places disponibles

Partager

Haut de page