Résidence

Jean-Marc Matos & Anne Holst (Compagnie KDanse)

Saison 2001-2002

Au miroir de la Méduse - Création danse et vidéo

Le projet s’articule autour de trois objectifs couplés :
 offrir une activité de création novatrice, par la réalisation d’un spectacle qui mette en avant une grande exigence artistique dans l’intégration corps-technologie.
 initier un public large (ateliers avec des jeunes, classes d’adolescents, lycéens, étudiants, etc) au travers des performances proposées et des activités de formation, d’initiation et de réflexion.
 trouver l’équilibre juste entre la scène locale, impliquant les artistes et les institutions locales travaillant en réseau, et la scène nationale, par la mise en réseau de trois Espaces Culture Multimédia, Montreuil-Blagnac-St. Brieuc.

Il s’agit d’une expérience globale d’intégration entre danse et création multimédia, avec rencontre entre différentes danses et les technologies adaptées à la scène du spectacle vivant, participation des artistes/enseignants/habitants de Montreuil par le biais de leur implication à différents niveaux, selon leurs envies et aptitudes.
Un exemple d’appropriation des outils technologiques grâce à des approches créatrices impliquant le corps, des écritures chorégraphiques et le multimédia.

À l’occasion de la résidence de la compagnie K. Danse, il sera spécialement conçu un site Internet pour diffuser d’une part le processus de création en cours et de la présentation de la création en streaming sur le net en collaboration avec les Espaces Cultures Multimédia des villes de Saint-Brieuc et de Blagnac où la compagnie K. Danse mène parallèlement ses actions de création.

Atelier intensif de création
Les personnes qui souhaitent s’engager dans le travail de cette résidence doivent se rendre disponibles sur la totalité des dates suivantes :
séquence 1
lundi 25, mardi 26, mercredi 27, jeudi 28 février 2002 et vendredi 1er, samedi 2, dimanche 3 mars 2002
séquence 2
lundi 15, mardi 16, mercredi 17, jeudi 18 avril 2002 et vendredi 19, samedi 20, dimanche 21 avril 2002
séquence 3
jeudi 9, vendredi 10, samedi 11, dimanche 12 mai 2002
séquence 4
jeudi 6, vendredi 7, samedi 8 juin, dimanche 9 juin 2002

Ateliers de création gratuits pour les adhérents.
Tarifs Montreuillois : 28 €-185 F / Non-Montreuillois : 36 €-235 F

Présentation des travaux
dimanche 9 juin 2002 à 16 h
 Voir un extrait de la création


La compagnie K. Danse (Jean-Marc Matos et Anne Holst), en lien étroit avec des artistes plasticiens, vidéastes, infographistes, compositeurs, de stature nationale et internationale, propose une action de création multimédia dans les domaines croisés de la danse, du spectacle vivant, des arts plastiques, de la musique et des technologies numériques en s’adressant aux enseignants, artistes et élèves de la Maison populaire de Montreuil intéressés par les rencontres possibles entre ces différents domaines.

Fruit de douze années de création et d’expériences menées par la compagnie K. Danse, cette proposition s’inscrit d’une part dans la continuité des actions déjà réalisées et met d’autre part en avant une approche radicalement nouvelle dans l’intégration corps-technologie. Cette approche est nourrie de la complémentarité artistique des deux chorégraphes qui constituent la compagnie depuis 1998.

Jean-Marc Matos a, entre autre, conçu et dirigé la section spéciale « Art, Science, Danse Études » à l’I.N.S.A. de Toulouse, animé l’UV « écriture chorégraphique » à l’Université de Paris VIII et animé de nombreux stages de formation "danse et image" pour danseurs professionnels, avec le soutien de la D.D.T.E. de Paris et de l’A.N.P.E-Spectacle, des stages « danse et vidéo » avec des danseurs de Hip Hop (Drancy), ainsi que dans le cadre des tournées de la compagnie.

Anne HOLST excelle dans l’enseignement de diverses formes de danse et de chorégraphie (danse contemporaine, théâtre, danse Butoh et improvisation). Elle a un Magistère en chorégraphie de l’Université de Surrey, un Magistère en dramaturgie et théâtre de l’Université Royal Holloway de Londres, et un “Bachelor’s Degree” (danse) de l’Université de Surrey, Angleterre.

Parmi leurs activités pédagogiques récentes citons pour exemple l’Ecole Nationale d’Art de Cergy-Pontoise (danse, vidéo, réseaux, corps en présence), le Centre d’Initiatives Artistiques de l’Université Toulouse le Mirail, la Commission Culture de l’Université Paul Sabatier de Toulouse (stages de création danse et vidéo), le Lycée des Arènes de Toulouse (ateliers d’initiation et conférences dansées), la MJC Roguet (Toulouse), l’Espace Odyssud (Blagnac), l’ECM le Plateau (Saint-Brieuc), l’ECM Maison populaire de Montreuil (ateliers danse-multimédia), le Festival Tendances (Bordeaux).

Les deux ont également une vaste expérience de création en matière de chorégraphies spécialement conçues pour des lieux en extérieur (architectures diverses, espaces naturels, lieux en friche ou souterrains).


Quatre axes de travail définissent leur projet général :
– création et pédagogie.
– croisement de disciplines (danse, spectacle vivant, musique, arts plastiques, web art).
– dialogue Art-Technologie.
– artistes régionaux/nationaux/internationaux.

Pour développer la rencontre spectacle vivant et multimédia en trois volets :

A- Création
B- Pédagogie
C- Conception d’une manifestation/rencontre

Autour de la particularité de K. Danse : les axes croisés entre la danse et les arts multimédia, dans leur étroite relation avec les arts plastiques, la musique et les autres arts de la scène.
Dans un souci de nourrir un véritable réseau de collaborations et de mises en partage d’expériences avec les enseignants, artistes et élèves travaillant sur ces mêmes domaines ou des domaines proches.

Cette action combinée comprend :

 La présentation de petites formes-spectacles multimédia de la compagnie, dans divers lieux de la ville.
 Un programme d’ateliers de création corps-technologie spécialement conçus pour différents publics et répartis dans le temps.
 La participation active à la conception d’une manifestation/rencontre, permettant des confrontations artistes-publics approfondies.

A- Spectacles danse-multimédia

 Performances adaptées à des espaces aux formes et dimensions non conventionnelles

B- Ateliers de création

 Atelier danse et vidéo
 Atelier danse-arts plastiques (en collaboration avec l’artiste plasticien invité)
 Atelier danse-musique (en collaboration avec le compositeur invité)
 Atelier danse-internet et performances “on line” (web art)

La particularité des ateliers de création proposés est qu’ils s’accompagnent d’une restitution sous forme de présentations publiques propres à cristalliser les énergies et stimuler l’imagination des participants.

Tous ces ateliers proposent d’emblée la participation croisée des trois disciplines impliquées dans les présentations publiques : le travail sur le corps (théâtre, danse, etc), la musique (création, montage, diffusion) et l’image (tournage en direct, réalisation, traitements, projections, scénographie d’écrans).
Les personnes visées peuvent être danseur, comédien, acteur du corps, etc, toutes disciplines et techniques corporelles confondues mais aussi toute personne à la sensibilité soit corporelle, soit picturale, soit musicale, soit technologique, désireuse d’explorer les potentialités créatrices du multimédia appliqué au spectacle vivant.

C- Manifestation/Rencontre

Toute l’action entreprise pendant l’année culmine dans la présentation d’une création multimédia présentée au Théâtre Berthelot en juin 2002.
De plus il est prévu que ce spectacle on line puisse être conçu et diffusé dans le cadre d’une mise en réseau avec les ECM de Blagnac (Toulouse) et Le Plateau (Saint-Brieuc).

Dans ce contexte K. Danse assume deux postures : celle d’artistes qui développent des créations, et celle de personnes “ressources” jouant un rôle de médiateurs entre les différentes composantes humaines de la Maison Populaire.
Ce projet est ouvert à l’ensemble de la communauté et concrétise le désir de K. Danse de partager avec d’autres son expérience et son savoir faire sur ces domaines novateurs.

L’ensemble de ces actions vise la découverte, l’appréciation et l’appropriation par le plus grand nombre des outils du multimédia appliqués au spectacle vivant. Elles touchent ainsi un public large, à la fois spécialiste (participation active aux débats) et non spécialiste (sensibilisation et formation spécifique pour danseurs, comédiens, acteurs du corps en général, publics défavorisés).

Partager

Haut de page