Exposition

L’homme nu Volume 2/3 : Paysages visités

du 24 avril au 30 juin 2007

Commissaire : Aurélie Voltz
Avec Alexandra Bircken, Dani Jakob, Pierre Malphettes, Alex Pollard.

JPEG - 122.7 ko
Vue d’exposition
Photo Marc Domage

Après « Allures anthropomorphes » consacré à la représentation humaine, « Paysages visités », deuxième volet de la trilogie « L’homme nu », entend confronter différents types de natures, d’horizons, d’étendues, chacun trahissant à sa manière leurs occupants : ceux qui les ont forgés, modelés, habités, ou simplement traversés. Privilégiant le mode de l’installation, l’exposition se déploie sur deux versants. D’un côté « Un arbre en bois sous un soleil électrique » de Pierre Malphettes, conçu à l’échelle humaine, donne l’effet d’un possible paysage japonais recomposé, entre-temps occidentalisé. Poutres et tasseaux, moquette et boule lumineuse, traduisent les éléments essentiels d’un tel tableau, à savoir l’arbre, la mousse au sol et le soleil levant. Une reconstitution rappelant celle des jardins japonais, eux-mêmes sous-ensembles codifiés de plus vastes étendues. Le paysage miniature d’Alexandra Bircken, fait de bouts de laine et de morceaux de nature (branches, feuilles), agencé méticuleusement, se présente également comme une véritable composition. « Tricoté main », il fait appel à une dextérité manuelle proche de l’artisanat, tout en convoquant maintes références attenantes au genre du paysage. L’autre versant de l’exposition pencherait davantage du côté d’une expérience mentale, où abstraction et dépouillement se feraient écho. « La Nostalgie de la boue » est le titre évocateur de l’installation de Dani Jakob, une mer de sel séché aux multiples ramifications, en désir d’expansion. Dans ce paysage désertique, granuleux, aride et fibreux, semblent s’être échoués des objets d’une civilisation humaine échue, liquéfiée. Une sombre atmosphère aux accents romantiques, le miroir jouant de ce point de vue un rôle symbolique. Au loin, la bête d’Alex Pollard (« The Beast »), à l’allure préhistorique, achève de plonger le visiteur dans un temps suspendu. Si l’homme est physiquement absent de cette exposition, sa présence se devine toujours à mi-chemin entre faune et flore.

JPEG - 128.1 ko
Alexandra Bircken
Landschaft, 2004
Plume, argile, branche, tissu, laine, bois, feuilles, plaque de métal, anneau
108 x 70 x 50 x cm
Courtesy Galerie BQ, Cologne
Photo Marc Domage
JPEG - 126.6 ko
Pierre Malphettes
Un arbre en bois sous un soleil électrique, 2005-2007
Bois, acier, moquette, ballon éclairant
300 x 500 x 700 cm
Courtesy de l’artiste
Photo Marc Domage

Privilégiant la rencontre et l’échange, « L’homme nu » présente des œuvres sous le signe d’une lecture anthropologique, dans une notion de redécouverte de formes, de cultures, ancestrales ou contemporaines, avec une attention centrée sur l’homme : sa représentation, son environnement et son mode de vie constituent les trois volets de cette programmation. Oeuvres in situ, sculptures, dessins, objets, viendront, de manière abstraite, concrète, imaginaire et poétique recomposer un paysage universel, à la croisée de cultures, tout en analysant leurs mécanismes.

JPEG - 113.9 ko
Dani Jakob
Nostalgie de la boue, 2004-2007
Plâtre, sable, branches, livres, peinture
Dimensions variables
Courtesy Galerie Meyer Riegger, Karlsruhe
Photo Marc Domage
JPEG - 89.4 ko
Dani Jakob
Nostalgie de la boue, 2004-2007
Détail de l’installation
Photo Marc Domage
JPEG - 94.2 ko
Dani Jakob
Nostalgie de la boue, 2004-2007
Détail de l’installation
Photo Marc Domage

L’intitulé « L’homme nu », emprunté à Claude Lévi-Strauss, propose d’envisager l’homme dans son état le plus simple, comme un mannequin que l’on habille, les différentes strates jouant le rôle d’impressions successives de civilisations, de cultures, de pratiques communautaires ou d’usages sociaux. Un homme sous influences indifféremment proches ou lointaines, aussi bien géographiquement qu’historiquement. Plus qu’un sujet, l’anthropologie est ici abordée de biais. Comme un nouveau regard, elle révèle un certain nombre d’œuvres ayant trait à une approche sensible de l’homme. De ce point de vue, les artistes invités, issus d’univers forts différents et ne partageant pas nécessairement la même vision sur la société humaine, sont réunis par les œuvres présentées.

JPEG - 86.7 ko
Alex Pollard
Beast, 2006
Bronze, peinture à l’huile, peinture laquée
50 x 110 x 12 cm
Courtesy Sorcha Dallas
Photo Marc domage
JPEG - 148.7 ko
Vue d’exposition
Photo Marc Domage

Ressources

  • Télécharger : English version (Word – 28 ko)
  • Informations

     Visites commentées gratuites de l’exposition tous les vendredis à 19 h et à tout moment sur simple demande à l’acceuil.

    Entrée libre

     Pour tous renseignements : Floriane Benjamin

     L’homme nu chapitre 1 : Allures anthropomorphes

     L’homme nu. volume 3/3 : Arts de faire

    ParisArt

    Partager

    Haut de page