Écran philosophique

L’Image-émotion : sous la ligne de flottaison du réel

mercredi 13 décembre 2006 à 20 h

par Jean-Yves Heurtebise, docteur à l’Unité mixte de recherche 6059, Centre d’épistémologie et d’ergologie comparative (CEPERC) de l’université de Provence Aix-Marseille I.
Dernière publication en esthétique : L’expressionnisme, une plastique de la torsion, à paraître dans les actes du colloque Art et Rythme dirigé par Augustin Giovanonni, IUFM d’Aix-en-Provence

2046 de Wong Kar-Wai (Hong-Kong, 2004, 2 h 10)

Le film 2046 de Wong Kar-Wai se présente comme la suite de In the mood for love qui avait consacré Wong Kar-Wai sur la scène internationale. Dans ce film, le cinéaste avait porté le style propre au cinéma asiatique à son plus haut degré d’expression. À travers l’étude de 2046, on cherchera à montrer comment se construit, depuis le début des années 80, dans ce cinéma singulièrement, un nouveau type d’Image (au sens deleuzien du terme) : l’Image-émotion, située à mi-chemin entre l’Image-mouvement et l’Image-temps.

2046 est donc une suite, au sens musical du terme : c’est une variation sur In the mood for love qui poursuit la recherche sur l’Image-émotion et y ajoute une interrogation portant sur le rapport entre l’humain et l’artificiel. Bien sûr, ce sujet est fréquent dans le monde de l’animation japonaise, par exemple dans Ghost in the Shell. Cependant, dans ce cas précis, l’interrogation sur l’émotivité de l’androïde n’est pas un simple thème futuriste, c’est une manière de s’interroger sur la possibilité offerte par la machine cinéma de traduire l’émotion.

JPEG - 31.9 ko
Faye Wong

Informations

Un cycle associant le cinéma Méliès, la Maison populaire et le Collège International de philosophie
Cette programmation est susceptible de modification en cas de changement de droits sur la distribution des copies, merci de vérifier au fur est à mesure dans le programme du cinéma Le Méliès.

Au cinéma Georges-Méliès
Centre commercial
M° Croix-de-Chavaux
93100 Montreuil

Partager

Haut de page