Art in vivo

La Sorcellerie Capitaliste

samedi 19 mai 2012 de 15 h à 18 h

Dans le cadre de l’exposition "Plus ou moins sorcières 2/3 : Epreuves ritualisées", commissaire invitée Anna Colin

Avec Isabelle Stengers, phi­lo­so­phe.

Workshop mené par Isabelle Stengers autour de sa pro­po­si­tion prag­ma­ti­que La Sorcellerie Capitaliste, une recher­che et un ouvrage publié en col­la­bo­ra­tion avec Philippe Pignarre à La Découverte en 2005.

JPEG - 4.2 ko

Isabelle Stengers, phi­lo­so­phe belge, s’est consa­crée à la ques­tion du temps et de l’irré­ver­si­bi­lité, puis à celle de la science moderne et notam­ment à l’omni­pré­sence de l’argu­ment d’auto­rité dans la science. Elle s’est également inté­res­sée aux champs de la psy­cha­na­lyse, de l’hyp­nose et de la psy­cho­thé­ra­pie. Elle déve­loppe aujourd’hui une pers­pec­tive cons­truc­ti­viste tant dans les ques­tions scien­ti­fi­ques que phi­lo­so­phi­ques et poli­ti­ques. Partant du cons­tat qu’il ne suffit plus de dénon­cer pour lutter contre l’effet (ou « sor­cel­le­rie ») que le capi­ta­lisme exerce sur ses sujets, La Sorcellerie Capitaliste invite à penser de nou­vel­les maniè­res de résis­ter à ce sys­tème économique.

Si la dénon­cia­tion et la croyance typi­ques de la gauche en l’idée de pro­grès avaient été effi­ca­ces, le capi­ta­lisme, selon les auteurs de l’ouvrage, aurait dis­paru. Mais tel n’est pas le cas et c’est pour­quoi il devient impé­ra­tif, en se met­tant à l’écoute du cri lancé lors des émeutes de Seattle de 1999, de réflé­chir à la pos­si­bi­lité de nou­vel­les formes d’action poli­ti­ques. Selon Isabelle Stengers et Philippe Pignarre, il faut cons­truire de nou­veaux « col­lec­tifs », de nou­vel­les « connexions », capa­bles d’agir de manière prag­ma­ti­que pour faire prise à la « sor­cel­le­rie capi­ta­liste » et pro­duire les savoirs néces­sai­res à leur élaboration.

Informations

À la Maison populaire

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Réservation au 01 42 87 08 68

Partager

Haut de page