Écran philosophique

Le choix de l’imaginaire

mercredi 25 avril 2007 à 20 h

par Bruno Clément, professeur en littérature à l’Université Paris 8 et président de l’assemblée collégiale du Collège international de philosophie

Trois ans après Fellini qui dans Huit et demi montrait que l’interrogation, le doute, les hésitations quant au film à faire constituaient la matière du film - constituaient le film - Antonioni entreprend, dans Blow up (librement adapté d’une nouvelle de Cortazar) une réflexion sur le cinéma, sur l’art en général, sa vocation, ses moyens. La curieuse expérience vécue par le photographe (interprété par David Hemmings) ne le fait pas seulement passer d’une attitude frivole, blasée, à une gravité inquiète et responsable ; elle lui fait parcourir un itinéraire qui va d’une préoccupation sociale convenue à un souci du réel, à une vision du politique que doit appréhender un art conscient de ses contraintes, de la hauteur de son exigence, de sa condition imaginaire. B. C.

Blow up de Michelangelo Antonioni (Italie-Grande-Bretagne, 1966, 1 h 50)

JPEG - 49.9 ko
David Hemmings et Veruschka von Lehndorff

Informations

Un cycle associant le cinéma Méliès, la Maison populaire et le Collège International de philosophie
Cette programmation est susceptible de modification en cas de changement de droits sur la distribution des copies, merci de vérifier au fur est à mesure dans le programme du cinéma Le Méliès.

Au cinéma Georges-Méliès
Centre commercial
M° Croix-de-Chavaux
93100 Montreuil

Partager

Haut de page