Arts numériques

Nouvelles interfaces : comment faire résonner le geste ?

vendredi 23 novembre 2007 à 20 h 30

Rencontre-débat et concerts
Soirée en visioconférence avec l’espace Mendès-France de Poitiers.

avec, à Montreuil, Maurin Donneaud (designer numérique), Vincent Roudaut (ingénieur), Marco Marini (musicien), Richard Zolfo (musicien, compositeur et concepteur) et, à Poitiers, Jean-Michel Couturier (compositeur et chercheur), Magnolya Roy (designer numérique)

Quelle forme pourrait contribuer à nous accompagner dans la perception d’un événement visuel ou musical ? Peut-on envisager de redonner de l’ampleur aux gestes propres à la lutherie informatique ou à l’infographie afin de les rendre plus expressifs ? Comment adapter l’outil aux caractéristiques de l’utilisateur et non l’inverse ?
Une réflexion que nous essaierons de mener aux côtés de ces chercheurs, ingénieurs et artistes dont les travaux se situent dans la rencontre des mondes de l’art et de la recherche. À travers les démarches engagées par chacun, nous questionnerons ensemble cette adaptation des objets au geste créatif, et peut-être, aux tendances sociales et culturelles du moment.


Pièges à rêves, par Marco Marini

À la rencontre du monde du tissage et de l’électronique, l’Interface textile XYi de Maurin Donneaud est née de la volonté de travailler avant tout sur l’ergonomie elle-même. Développée en collaboration avec compositeurs électro-acoustiques, vidéastes, graphistes, plasticiens, elle est aujourd’hui un système cohérent qui comprend toile et logiciels, une base modulaire pouvant s’adapter à différents médias (son, vidéo, texte).

Notation musicale, lignes sonores, parcours, tracés... L’Interface textile XYi nous livre ses objets musicaux sous l’impulsion des mains de Marco Marini, musicien et performeur. Jouant des partitions, il navigue sur les représentations graphiques, utilisant toutes les nuances gestuelles et sonores nécessaires à l’interprétation de ces différents motifs. Une composition en deux temps où nos oreilles rêveuses se prennent au piège de ses improvisations.

Développement en collaboration avec Vincent Roudaut et Vincent Rioux
JPEG - 57.7 ko
Marco Marini sur Interface textile XYi
©© Maurin Donneaud

 En savoir plus sur la recherche de Maurin Donneaud
 Voir un extrait du concert

Concert : 20 min

ITI project, par Richard Zolfo et son invité

Le L2i (Live Interactive Instrument) de Richard Zolfo est un instrument de musique composite et composant, dédié à l’écriture et l’interprétation de « compositions interactives ». Analysant et traduisant instantanément des informations, il est conçu comme un partenaire à la fois autonome et dépendant.

Phrases musicales, harmonie, rythmes, objets sonores et visuels... Dans ITI project (Interprétation à trajet interactif), musiciens et artistes sont reliés au L2i pour l’interprétation de compositions. Cet ITI project en duo vous invite à découvrir de nouveaux espaces d’expression.

JPEG - 48.8 ko
Richard Zolfo sur le L2i
©© Richard Zolfo
Concert : 20 min

Grapholine, par Blue Yeti

La lutherie interactive développée par Jean-Michel Couturier et Magnolya Roy de Blue Yeti propose de transférer les innovations issues du domaine de la recherche autour du geste musical et du développement de systèmes sonores interactifs à d’autres applications afin de permettre la conception d’instruments sur mesure.

Gestes, dessins, sons colorés... Et si, en plus de la création d’images, l’acte de dessiner produisait des sons ? Blue Yeti nous emmène dans le détournement. En détournant de leur but premier les gestes du dessin, le dispositif Grapholine offre à ses interprètes la possibilité de personnaliser l’identité sonore de « son » instrument, laissant ainsi une grande liberté dans la création et l’interprétation.

JPEG - 54.8 ko
Jean-Michel Couturier sur Grapholine
©© Blue Yeti

 En savoir plus sur la recherche de Blue Yeti

Concert : 20 min

Informations

Entrée libre

Les soirées expérimentales vous proposent de partir à la découverte d’univers emprunts de sensibilité, d’humour et de « magie ». Menés conjointement par artistes et chercheurs, les travaux présentés proposent un autre regard sur la recherche, et peut-être, nous permettront de mieux déceler ce qui relie aujourd’hui les mondes de l’art, de la science et de l’industrie.

Partager

Haut de page