Séminaires

Philosophie et Esthétique du Dédoublement

samedi 29 novembre 2008 à 14h

conférences et échanges

avec la participation d’Ariane Maugery, vidéaste, plasticienne, docteur en art plastique (Aix-Marseille I), Ariane Bilheran, normalienne, clinicienne, docteur de psychologie (Aix-Marseille I)

Philosophie et Esthétique du Dédoublement

Forum organisé par Jean-Yves Heurtebise
pour le CIPH (Collège International de Philosophie), dans le cadre de la manifestation Envie d’Amphi de la mairie de Paris,
samedi 29 novembre 2008 (14 h-18 h),
au Collège Internationale de Philosophie, (entrée libre).

« Je est un autre »

Nous voudrions interroger, à travers le cinéma notamment, le thème du double et du dédoublement en ses différentes facettes psychotiques, poétiques, politiques…
Ce thème du double et du dédoublement nous semble résonner d’un écho profond aujourd’hui, traduisant notre mal-être devant un monde sur lequel nous avons peu de prise : l’homme s’échappe lui-même et est partout confronté au dédoublement, à son propre double ou celui des autres et du monde. Double inconscient de la conscience, double intangible du souvenir, double narcissique des (fausses ?) identités numériques, double virtuel du monde actuel : nous vivons dans un jeu de dédoublement sans fin, de plus en plus nous ne pouvons plus faire une seule chose à la fois, nous faisons à la fois ceci et cela (nous téléphonons en conduisant, regardons la télé en mangeant, écoutons de la musique en courant).
Un tel état de dédoublement constant est générateur d’un « stress » perpétuel. C’est pourquoi, a contrario, dans le bouddhisme zen, on dit que pour atteindre à l’état d’Eveil, il s’agit simplement d’être présent à ce que l’on fait au moment où on le fait. Comme le disait Montaigne : « Quand je danse, je danse ; quand je dors, je dors ; voire quand je me promène solitairement en un beau verger, si mes pensées se sont entretenues des occurrences étrangères quelque partie du temps, je les ramène à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi. » Cependant, ramener la pensée à soi, comment est-ce possible quand celui qui pense est autre que celui qui est, quand j’assiste à l’éclosion de mes pensées, quand je contemple les événements qui m’arrivent comme s’ils arrivaient à un autre, quand les sentiments que j’éprouve sont les mêmes au même moment que ceux d’un million d’autres ?
Je est un autre. Mais l’autre de qui ? de soi-même ou d’un autre ? Je est un autre mais cet autre, d’où vient-il ? qu’est-ce qui le guide ? L’autre du Je manifeste-t-il l’emprise de notre inconscient sur nous-mêmes ou l’emprise sur nous de ce qui n’est pas nous-mêmes ? Et quelle est la nature de ce double ? L’autre du Je, est-ce la doublure spirituelle du corps charnel ou au contraire la doublure pulsionnelle et animale du moi conscient ? L’autre du Je, est-ce le Horlà qui nous dévore ? manifeste-t-il le dernier degré de notre aliénation existentielle et sociale ? est-il la possibilité d’une fuite hors de soi-même ? ou marque-t-il l’impossibilité d’échapper à ce qui nous fait nous-mêmes, car ce nous-mêmes n’existe que relativement à autre chose, d’autres êtres, un(e) autre ?
Il y a dans l’idée du dédoublement un rapport certain avec la notion d’aliénation, dans son double sens psychologique et politique, mais il y a aussi quelque chose qui dépasse la notion d’aliénation : il y a une positivité possible du dédoublement, face à l’emprisonnement du moi, de la personne en elle-même. Le dédoublement, c’est aussi la possibilité d’une bifurcation créatrice, d’un « étrangement » salvateur.
Pour traiter ces questions, nous pourrions nous appuyer, par exemple, sur divers extraits de films, montrant les différentes facettes du double et du dédoublement.
Le dédoublement comme :
1. Dissolution psychique : Shining de Kubrick ; 2. Aliénation psychologique : La Déesse de Satyajit Ray ; 3. Voyage dans la mémoire : Solaris de Tarkovski ; 4. Fuite poétique : Profession Reporter d’Antonioni ; 5. Echappatoire politique : La Faute à Voltaire de Kechiche ; 6. Destin existentiel : La double vie de Véronique de Kieslowski

Intervenants

Jeunes Chercheurs présentent
Ariane Maugery, vidéaste, plasticienne, docteur en art plastique (Aix-Marseille I). Vidéos : Swarming bodies, projections : New York, Miami, Paris (Nuit blanche 2007) ; µ-gravity oddity, projections : Cassis, Aix-en-Provence, Budapest.
Ariane Bilheran, normalienne, clinicienne, docteur de psychologie (Aix-Marseille I). Livres : Le Délire ; Le Harcèlement ; La Maladie, critère des valeurs chez Nietzsche.

Ce Forum se poursuivra les 6 et 7 mars 2009 à la Maison Populaire de 18h à 22h.

Partager

Haut de page