Exposition

Plutôt que rien : Formation(s)

du 27 avril au 1er juillet 2011

ART IN VIVO - mercredi 8 juin à 20 h : dialogue performé entre les artistes de l’exposition et le philosophe Frédéric Neyrat

Commissaire invitée : Raphaële Jeune, en collaboration avec le philosophe Frédéric Neyrat

Avec : Guillaume Aubry, Dominique Blais, Carole Douillard, Marie-Jeanne Hoffner

Pour Formation(s), le deuxième volet de Plutôt que rien, Raphaële Jeune a convié quatre des artistes ayant participé au premier (Plutôt que rien : démontages, 19 janvier - 26 mars), à travailler ensemble à partir du lieu, de sa configuration, de son usage et dans la continuité de leur précédente intervention. Choisis pour la complémentarité de leurs démarches, Guillaume Aubry, Dominique Blais, Carole Douillard et Marie-Jeanne Hoffner ont été invités à concevoir collectivement une exposition dont l’agencement, la densité et le rythme sont le résultat d’un consensus en mouvement. Comme le ferait une formation musicale, les artistes, dans le respect de leur singularité respective, orchestrent une forme susceptible d’évoluer, de se modifier au gré des relations qui se tissent entre leurs œuvres, en fonction de la vie du lieu et du temps qui passe.

Vue de l'exposition - Photo : Aurélien Mole

Plusieurs semaines de réflexion et de discussion, des rendez-vous d’étapes, la mise en commun, sur un journal partagé en ligne, d’hypothèses de travail et d’œuvres, validées ou non par le groupe, ont progressivement dessiné une subjectivité collective. Cette dernière résulte de la somme d’accords tantôt unanimes tantôt basés sur le compromis, au terme d’un processus de négociation.
Forcée par le contexte, la collaboration engagée n’aurait pas eu lieu sans l’invitation d’un commissaire. Son existence artificielle rend la plasticité de l’exposition plus intense encore, indicielle des relations entre les divers éléments nés du mélange des individualités, alors même que la répartition des paternités artistiques n’est pas divulguée. S’en dégage un dialogue étrange entre les « pièces », une plurivocité paradoxalement unifiée, un trouble dans la perception de l’ensemble qui vibre des entrechocs entre quatre singularités.

L’autre dimension essentielle de l’exposition est son évolutivité : par la transformation progressive de la luminosité (de plus en plus sombre) et du son (de plus en plus clair), programmée dès le départ, tout comme les photographies de l’espace prises à intervalles réguliers, la nouvelle recouvrant la précédente ; mais aussi et surtout par la possibilité pour chacun des artistes de proposer à tout moment une modification de l’exposition, par soustraction, déplacement, ajout au gré de leur désir de réorganiser la forme globale. Ainsi, l’exposition n’est pas figée dans sa forme première, mais comme toute organisation, elle peut être remise en cause par le simple travail du temps et les changements dans la perception par les artistes de leur propre production. Cette transformation potentielle est symbolisée par un mur quadrillé de scotch de peinture, en attente d’être peint par les uns ou les autres, la teinte et le moment étant laissés ouverts.

Vue de l'exposition - Photo : Aurélien Mole

La construction d’un mur au centre de l’espace, décidée d’une seule voix et sans hésitation à partir de leur expérience du lieu lors de Démontages, rend prégnante la cohérence de l’espace du centre d’art comme zone d’accueil du public et de passage des adhérents : une zone habitée, densifiée par l’art. Cet espace n’existe pas seulement, à l’instar de tout accueil, comme entre-deux sans qualité, mais il est un lieu d’expression, un monde changeant riche de propositions sensibles. Ainsi les artistes proposent une mise en tension des deux côtés de l’espace – l’un offert au regard dès l’entrée, l’autre caché, dans un dialogue qui les rend indéfectiblement liés.

JPEG - 20.2 ko
© Dominique Blais

AUTOUR DE L’EXPOSITION

Taxi tram
Samedi 28 mai
Parcours en bus et visite de trois expositions :
- Le vent d’après, exposition des diplômés 2010 avec les félicitations du jury,
Beaux-arts de Paris, l’école nationale supérieure
- À 15 H Plutôt que rien : formation(s), Maison populaire, Montreuil, en présence des artistes
- Farah Atassi, Élodie Lesourd, Les églises, centre d’art contemporain de la ville de Chelles

Tarif : 6€ / personne comprenant le déplacement en autocar, l’entrée et la visite des expositions.
Les repas éventuels sont à la charge des participants. Effectif maximum : 45 personnes.
Réservez vos places à l’adresse taxitram chez tram-idf.fr
Renseignements sur tram et le programme des taxis tram : www.tram-idf.fr

Art in vivo
Mercredi 8 juin à 20 h
Dialogue performé entre les artistes de l’exposition et le philosophe Frédéric Neyrat
Entrée libre
En savoir plus...

Parcours Est #6
Samedi 11 juin 2011 de 15 h à 18 h 30
Visite de trois expositions dans l’est parisien grâce à une navette gratuite
En savoir plus...

Ressources

  • Dossier pédagogique (PDF – 1.2 Mo)
  • Dossier de presse de l’exposition (PDF – 429 ko)
  • Informations

    Le centre d’art est ouvert
    Du lundi au vendredi de 10 heures à 21 heures
    Le samedi de 10 heures à 16 heures 30.
    Fermé les dimanches, jours fériés et vacances scolaires

    Entrée libre

     Pour tous renseignements :
    Floriane Benjamin, coordinatrice
     Contact presse :
    Sophie Charpentier, chargée de la communication

    Le centre d’art est soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Ile-de-France, le Conseil régional d’Ile-de-France, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et la Ville de Montreuil.

    Le centre d’art fait partie de tram, réseau art contemporain Paris/Ile-de-France

    Partager

    Haut de page