Brunch numérique

Quelle place de la technique dans l’art ?

samedi 22 octobre 2011 à 11 h 30

avec Julie Morel, artiste, et Claire Grino, philosophe, université de Laval – Québec

Des rapports étroits sont entretenus entre l’art et les technologies. Dans des pratiques artistiques qui utilisent les matières et les matériaux technologiques, qu’il s’agisse alors des questions suscitées par les biotechnologies, ou du débat entre les techno-prophètes et les technophobes, ces rapports laissent entrevoir des possibilités d’expression radicalement nouvelles, mettant directement en question le rapport entre la biologie des corps et les représentations sociales qui construisent et structurent ce rapport.

Claire Grino

Philosophe de l’université de Laval, Claire Grino estime avant tout que « face à un problème, le rôle du philosophe consiste à poser le plus de questions possibles afin que tout le monde soit conscient des enjeux ». Ses recherches l’ont amenée à questionner la bioéthique, le corps sexué, les implications écologiques de l’École de Francfort...

Julie Morel

Travaillant à partir des pratiques numériques, de la vidéo, de la photo et du dessin, Julie Morel s’intéresse particulièrement au caractère sensible des technologies : couplage mémoire informatique / mémoire humaine, manques et accidents créés par le transcodage.

« J’ai rencontré Claire Grino à Québec lors d’un vernissage. Nous avons sympathisé et décidé de nous retrouver le dimanche suivant autour d’un brunch justement. Ce moment a vite tourné à l’échange sur nos deux pratiques, elle la philosophie, moi les arts visuels.

Elle me parlait de ce qu’elle connaissait ou cherchait, et je pouvais tracer des parallèles, comparer, trouver des points communs ou des divergences, dans ma pratique, et lui en faire part – et inversement. Cette manière de confronter deux univers, qui parfois se superposent, parfois s’opposent, a été enrichissante pour moi : problématiser certaines notions, en apprendre plus sur le féminisme (son domaine de prédilection) ou sur Foucault (ce qui a plus tard mené au projet de recherche sur l’auto-archivage immédiat...), ou voir une pensée en train de se faire lors de discussions, ou encore digresser vers des sujets que l’on n’attend pas. Ces rencontres matinales hebdomadaires ont duré quelques semaines (le temps de ma résidence à Québec) puis se sont réitérées lorsque l’une ou l’autre visitait la France et le Québec.

Pour cette session à la Maison populaire, j’espère que nous retrouverons ce contexte propice à la discussion, et à la découverte de l’autre par le biais d’une pratique. J’espère aussi que les personnes qui viendront partager ce moment prendront part à la discussion, et que nous pourront avancer ensemble. »

 En savoir plus sur Julie Morel

Informations

Entrée libre
Brunch participatif : Amenez vos spécialités !

Brunch numérique suivi à 13 h 30 par un atelier ouvert DIY Squishy Circuits, dans le cadre de la résidence Rheum Nobile de Julie Morel soutenue par le Conseil Général de la Seine-Saint-Denis.

Partager

Haut de page