Soirée multimédia

Rétroaction et aléatoire

vendredi 3 octobre 2008 à 20 h 30

avec Emmanuel Ferrand, mathématicien à l’institut de mathématiques de Jussieu, et Sylvain Chaty, astrophysicien à l’Unité mixte de recherche du CEA/CNRS ; en présence de Berthes Salegos, artiste multimédia

La modélisation mathématique, par définition, ne retient qu’une approximation très grossière de la réalité infiniment complexe de notre monde.

Dans beaucoup de situations, elle n’est d’ailleurs tout simplement pas pertinente. Mais il est remarquable que, même en se limitant à cette description grossière par des règles simples voire simplistes, il est possible de rendre compte de comportements complexes ou de mettre en lumière des structures plus ou moins régulières.
J’essaierai de montrer, par des exemples élémentaires et sans rentrer dans les détails, diverses formes de comportements mathématiques, du chaos jusqu’aux structures régulières, en insistant sur les possibles applications artistiques.
Emmanuel Ferrand

JPEG - 62.9 ko
adapté de Wolfram S.
©© Emmanuel Ferrand
L’observation est à l’astrophysique ce que l’expérimentation est à la physique.

Partant de ce constat, nous verrons que l’astrophysique est déterminée par l’observation, elle s’en nourrit, avec tout le côté aléatoire que cela représente : découvertes fortuites et retournement de situation sont monnaie courante en astrophysique.
Le développement de l’astrophysique a aussi été marqué par les aspirations humaines et les échappatoires artistiques. L’astrophysique est aujourd’hui en train de vivre son ultime révolution : l’observation dans tous les domaines, ce qui permet une vision complète et complexe de notre Univers. La sphère des fixes a vécu, place au changement, à l’explosif et à l’éphémère.
Sylvain Chaty

Informations

 Tarif normal : 3 euros
 Tarifs réduits pour les abonnés à la diffusion

Partager

Haut de page