Accueil > Expositions > Centre d’art > Le Jeune, le vivace et (...)

Le Jeune, le vivace et le bel aujourd’hui 1/3

du 8 janvier au 2 avril 2005

avec Robert Devriendt, Lionel Estève, Michel François, Laura Henno, Sven t’Jolle, Alain Séchas, Angel Vergara, et le « cabinet » : Daniel Johnston, Jad Fair, Raymond Pettibon et Sam Prekop.
Architecte : Vincent D’Houndt
commissaire : Yves Brochard

Pour l’année 2005, la Maison Populaire de Montreuil invite le com­mis­saire Yves Brochard à ima­gi­ner trois expo­si­tions pour son espace d’expo­si­tions, le centre d’art Mira Phalaina. Celui-ci a pro­posé à sept artis­tes de réa­li­ser une œuvre pour chacun des épisodes du cycle d’expo­si­tions.

Le titre de l’expo­si­tion « Le jeune, le vivace et le bel aujourd’hui », est également celui d’une pho­to­gra­phie de l’un des der­niers sur­réa­lis­tes anver­sois, Léo Dohmen, qui s’est lui-même ins­piré d’un vers de Mallarmé, « Le Vierge, le vivace et le bel aujourd’hui ». En écho à cet titre, l’ensem­ble des œuvres pré­sen­tées ques­tionne un cer­tain regard à l’« aujourd’hui », au monde contem­po­rain, en déve­lop­pant un cer­tain déca­lage : regard poé­ti­que, décalé, cri­ti­que, humo­ris­ti­que, grin­çant par­fois...

JPEG - 19.3 ko
Le Jeune, le vivace et le bel aujourd’hui 1/3

Parmi les œuvres expo­sées pour le pre­mier cycle d’expo­si­tions, le visi­teur peut admi­rer entre autres une série de des­sins au feutre d’Alain Séchas. L’uni­vers de l’artiste est bien pré­sent : des chats cos­mo­nau­tes retrou­vent une vénus mar­tienne, Don Quichotte... Et s’il y a un célè­bre maga­sin de mobi­lier, der­rière ses cloi­sons ano­di­nes se dérou­lent des scènes pour le moins inat­ten­dues.

Robert Devriendt, avec ses pein­tu­res de très petits for­mats, expose la série « Sans aigle, sans pay­sage » : aigle ou frag­ment d’aigle natu­ra­lisé sur fond de pay­sage vapo­reux.
Laura Henno, jeune artiste lil­loise, cons­truit sa démar­che pho­to­gra­phi­que autour de pré­sen­ta­tions de situa­tions quo­ti­dien­nes des­quel­les s’échappe une dimen­sion énigmatique.

Lionel Estève choisi le monu­men­tal pour ce pre­mier cycle d’expo­si­tions, en pro­po­sant une sculp­ture en corde impo­sante. Le contraste entre les dif­fé­ren­tes sculp­tu­res de l’artiste est sai­sis­sant : d’un côté des cons­truc­tions aérien­nes réa­li­sées en corde de gui­tare ou des des­sins en fils de cou­tu­rière, et d’un autre côté ses gigan­tes­ques Ballons, latex coloré gonflé et ligoté dans de la corde. À côté de ces pro­duc­tions, le visi­teur peut décou­vrir un espace inti­tulé le « cabi­net », issu d’une réflexion sur l’« Espace des abs­traits » de El Lissitzky, œuvre uto­pi­que du début du XXe siècle recons­ti­tué au Van Abbe Museum d’Eindhoven. Les oeu­vres des artis­tes du cabi­net, Jad Fair, Daniel Johnston, Raymond Pettibon et Sam Prekop, quatre artis­tes amé­ri­cains tous liés à la scène musi­cale, sont pré­sen­tés dans une struc­ture muséo­gra­phi­que sin­gu­lière, qui rap­pelle cette ambi­tion de placer le spec­ta­teur au cœur de l’expo­si­tion.

Informations

Le catalogue de cette première exposition du cycle est présenté sous forme de disque vinyle, dont la chanson et la pochette sont chacune une œuvre originale de Jad Fair.

Coordination du centre d’art : Christophe Gallois

Partager

Saison 2004-2005
du 16 avril au 2 juillet 2005
du 8 janvier au 2 avril 2005
du 14 octobre au 18 décembre 2004
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page