Accueil > Cinéma & vidéo > Sun In Your Head > Reclaim the streets !
Sun In Your Head

Reclaim the streets !

vendredi 5 décembre 2008 à 20 h30
projections suivies d’une discussion

Insurgés du corps ! Art en action à l’écran

Au cri de Reclaim the streets* !, nous nous arrê­te­rons sur les stra­té­gies de réap­pro­pria­tion urbai­nes, de nos vies, de nos villes, mises en œuvre de manière contem­po­raine par les mou­ve­ments alter­mon­dia­lis­tes. Issus d’un acti­visme des mul­ti­tu­des, écologiste, anti­ca­pi­ta­liste et pour l’inven­tion de démo­cra­ties radi­ca­les, ces mou­ve­ments s’ancrent dans un « ima­gi­naire de la rup­ture ».
Ils sont également à l’ori­gine d’un usage contes­ta­taire des médias, une pas­sion­nante pra­ti­que de la contre-infor­ma­tion col­la­bo­ra­tive, mobile, décen­tra­li­sée, refor­mu­lée depuis les posi­tions mino­ri­tai­res de médias-acti­vis­tes.
Les films pré­sen­tés sont issus de deux types de démar­ches : l’une depuis le réseau de média-acti­vis­tes Indymedia et l’autre par le col­lec­tif de plas­ti­ciens Bernadette Corporation.

- *Reclaim the streets (Reprenons les rues), du nom des grou­pes d’action directe anglais, qui depuis 1994 orga­ni­sent des fêtes de rue, entre car­na­vals révo­lu­tion­nai­res et action directe, de réap­pro­pria­tion insur­rec­tion­nelle et dio­ny­sia­que des espa­ces publics.

THIS IS WHAT DEMOCRACY LOOKS LIKE de Jill Freidberg et Rick Rowley
filmé par plus de 100 média-acti­vis­tes (68’, 2000)

This Is What Democracy Looks like, compte rendu des évènements de Seattle en 1999 au cours des mani­fes­ta­tions contre l’OMC.
Captivante mise en œuvre d’une fabri­que contre-infor­ma­tive des images, le film cap­ture l’énergie brute des pro­tes­ta­tions, la vibrante et puis­sante vie de la mul­ti­tude alter­mon­dia­liste, l’unité et la mul­ti­pli­cité des reven­di­ca­tions, l’alliance entre mili­tants des pays du sud et mili­tants locaux, la réson­nance his­to­ri­que de l’événement.
Il retrace aussi un moment de réap­pro­pria­tion de la ville face à la répres­sion poli­cière et une démo­cra­tie qui tom­bent le masque.
Avec plus de camé­ras dans les rues que n’importe quel média, l’Independent Media Center (IMC) a coor­donné plus d’une cen­taine de média-acti­vis­tes et col­lecté plus de 300 heures de rushes. En copro­duc­tion avec l’IMC et Big Noise Films, ce film tra­verse la confu­sion pour offrir un por­trait ful­gu­rant de cette semaine qui a donné nais­sance à un mou­ve­ment civil mon­dial.
This Is What Democracy Looks like res­sai­sit la plu­ra­lité des images tour­nées par ces média-acti­vis­tes, pour la plu­part impli­qués depuis des années dans des médias indé­pen­dants, qui se sont retrou­vés fin 1999 à Seattle, œuvrant à la créa­tion d’Indymedia. Il peut servir de modèle pour penser l’expé­rience des médias alter­na­tifs et leurs pra­ti­ques coo­pé­ra­ti­ves de créa­tion col­lec­tive et auto­nome. Ils font leur la devise de Jello Biafra "Don’t hate the media, become the media !" (Ne hais pas les médias, deviens les médias) qui est celle de l’acti­visme des Medias Tactiques né dans les années 90.

GET RID OF YOURSELF de Bernadette Corporation (2003, 60’)
avec Chloé Sévigny et Werner Von Delmont

« Ils disent « un autre monde est pos­si­ble ». Mais nous ne vou­lons pas d’un autre monde, d’un autre ordre, d’une autre jus­tice : d’un autre cau­che­mar logi­que. Nous ne vou­lons pas d’une gou­ver­nance glo­bale, être propre, être écologique, être cer­ti­fié par Porto Alegre. Nous vou­lons CE monde. Nous vou­lons ce monde comme chaos. Nous vou­lons le chaos de nos vies, le chaos de nos per­cep­tions, le chaos de nos désirs et de nos répul­sions. »
Construit autour des événements du sommet du G8 et de sa contes­ta­tion à Gênes en juillet 2001, Get Rid of Yourself s’arrête sur les expé­rien­ces et réflexions des mou­van­ces auto­no­mes et des pra­ti­ques d’action directe des grou­pes « black block » en par­ti­cu­lier, nés en Allemagne dans les années 80. Il tente de relier la pra­ti­que poli­ti­que mili­tante à une expé­rience de la vie en géné­ral. Dans une pers­pec­tive post-situa­tion­niste, la des­truc­tion (pillage des super­mar­chés, mise à sac des ban­ques) et l’occu­pa­tion des rues déga­gent des zones libé­rées au sein de la métro­pole.
À partir de témoi­gna­ges en voix off, Bernadette Corporation choi­sit de res­ti­tuer par une esthé­ti­que du mélange, les inten­si­tés et le conflit des sen­sa­tions, la quête du chaos et l’inquié­tude post­mo­derne de la guerre per­ma­nente post-11 sep­tem­bre. « Vingt ans. Vingt ans de contre-révo­lu­tion. De contre-révo­lu­tion pré­ven­tive. En Italie et ailleurs. Vingt ans d’un som­meil hérissé de grilla­ges, peuplé de vigi­les. D’un som­meil des corps, imposé par couvre-feu. Vingt ans. Le passé ne passe pas. Parce que la guerre conti­nue. Se pro­longe, se rami­fie. Dans un cali­brage inédit des sub­jec­ti­vi­tés. »

Textes : Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff

Informations

Une collaboration avec l’association Le peuple qui manque

À la Maison populaire, salle l’Ago’notes
Accès 3 €

Partager

À venir
Vendredi 3 mars 2017 à 20 h
Saison 2008-2009
saison 2008-2009
saison 2008-2009
mercredi 10 juin 2009 à 20 h
mercredi 3 juin 2009 à 20 h
vendredi 29 mai 2009 à 20 h30
mercredi 13 mai 2009 à 20 h
mercredi 8 avril 2009 à 20 h
vendredi 3 avril 2009 à 20 h30
mercredi 25 mars 2009 à 20 h
vendredi 20 mars 2009 à 20 h30
mercredi 11 mars 2009 à 20 h
mercredi 18 février 2009 à 20 h 30
mercredi 11 février 2009 à 20 h
vendredi 16 janvier à 20 h30
mercredi 14 janvier 2009 à 20 h 30
mercredi 7 janvier 2009 à 20 h 15
mercredi 10 décembre 2008 à 20 h 15
vendredi 5 décembre 2008 à 20 h30
mercredi 26 novembre 2008 à 20 h
vendredi 14 novembre 2008 à 20 h30
mercredi 5 novembre 2008 à 20 h
vendredi 17 octobre 2008 à 20 h30
mercredi 15 octobre 2008 à 20 h
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page