Exposition

À double entrée

jusqu’au 15 mai 2009
Vernissage le 7 avril à partir de 16h
Au lycée Jean Jaurès
Entrée libre du lundi au vendredi
De 12h30 à 13h30

avec les œuvres de Tjeerd Alkema, Zong De An, Esla Bechieau, Brice Bourdet, Sandrine Champdavoine, Johan Creten, Sylvie Fanchon, Andy Goldsworthy, Pascal Kern, Franck & Olivier Turpin, Xavier Zimmermann.

Une expo­si­tion conçue et réa­li­sée par les élèves de la classe de pre­mière L1 option arts plas­ti­ques du Lycée Jean Jaurès sous la direc­tion péda­go­gi­que de Mme Girard. Les élèves ont pris la pos­ture du com­mis­saire d’expo­si­tion pour conce­voir cette pro­po­si­tion en écho à l’expo­si­tion Un plan simple pré­sen­tée au Centre d’art Mira Phalaina de la Maison popu­laire par le col­lec­tif de com­mis­sai­res d’expo­si­tion Le Bureau/. Les élèves décou­vrent ainsi toutes les facet­tes des métiers de l’expo­si­tion (direc­tion artis­ti­que, scé­no­gra­phie, régie, com­mu­ni­ca­tion et média­tion).


Frank et Olivier Turpin
Boxe, 1991
dip­ty­que, tirage cou­leur,
24,5 x 18,5 cm
Collection d’art contem­po­rain du Conseil géné­ral de Seine-Saint-Denis

Dans l’expo­si­tion Un plan simple, les œuvres sont les éléments d’un tout qui s’appré­hende comme une image plane. Les élèves ont sélec­tionné une œuvre dans cette expo­si­tion comme point de départ pour la leur, ils ont ensuite choisi les œuvres dans la col­lec­tion publi­que du Conseil géné­ral de la Seine-Saint-Denis. L’œuvre point de départ est celle de Michel François Déjà-vu (cactus). Cette pho­to­gra­phie extraite de la série Déjà-vu, joue sur un effet visuel pro­vo­qué par la symé­trie de l’image. L’image dédou­blée comme en miroir exerce un pou­voir de fas­ci­na­tion et se change en un grand test de Rorschach. L’impres­sion de déjà-vu, la para­mné­sie, est un trou­ble de la mémoire, un sou­ve­nir délo­ca­lisé, une rémi­nis­cence comme un réel dédou­blé dans le temps et l’espace. La mémoire est une répé­ti­tion du réel, mais c’est une dupli­ca­tion qui ne s’opère jamais vrai­ment à l’iden­ti­que. C’est de cette idée de dif­fé­rence dans le même, d’une image symé­tri­que, hori­zon­tale dans laquelle tout pousse par le milieu, que l’expo­si­tion À double entrée est née.


Frank et Olivier Turpin
Duel, 1998
dip­ty­que, tirage cou­leur,
24,5 x 18,5 cm
Collection d’art contem­po­rain du Conseil géné­ral de Seine-Saint-Denis

Les deux expo­si­tions se répon­dent, À double entrée est aussi conçue comme une image, mais elle n’est pas fron­tale comme dans Un plan simple, elle est ici symé­tri­que. Dans le monde de l’espace et le temps, la symé­trie tire son sens d’un centre, à une répé­ti­tion des formes en miroir sur les côtés d’un axe. Dans la Grèce anti­que, la symé­trie a été consi­dé­rée comme indis­pen­sa­ble à la créa­tion de l’équilibre, l’ordre et la beauté. Les œuvres s’orga­ni­sent ici de part et d’autre d’un axe cen­tral à la manière d’un jardin à la fran­çaise. Cet axe est des­siné au sol par l’œuvre de Zong De An Etre avec le temps qui se com­pose d’un double ali­gne­ment de 38 feuilles de papier chi­nois recou­ver­tes d’or et d’un clou plus ou moins rouillé. Une ligne cen­trale qui se retrouve dans l’oeuvre d’Andy Goldsworthy, pho­to­gra­phie qui agit comme la trace d’un geste artis­ti­que éphémère effec­tué dans la nature. Cette ligne rouge divise en deux moi­tiés l’ali­gne­ment des feuilles de hêtre.


Frank et Olivier Turpin
Le miroir, 1999
dip­ty­que, tirage cou­leur,
24,5 x 18,5 cm
Collection d’art contem­po­rain du Conseil géné­ral de Seine-Saint-Denis

Emblématiques du propos de l’expo­si­tion, les dip­ty­ques de Franck et Olivier Turpin, jouent sur la gémel­lité des deux artis­tes. L’œuvre Miroir évoque la théo­rie de Jacques Lacan selon laquelle le miroir est l’objet par l’inter­mé­diaire duquel l’enfant s’iden­ti­fie à lui-même et assume une image. Le reflet est donc l’image d’un double qui sert à sa propre iden­ti­fi­ca­tion. Le mot « iden­tité » est lui-même à double sens, à la fois carac­tère de ce qui est iden­ti­que et de ce qui rend dif­fé­rent de l’autre… Aussi, le miroir est à la fois dupli­ca­tion du réel et source d’illu­sion. Une illu­sion pré­sente dans l’expo­si­tion à tra­vers les Deux paquets de gita­nes blancs de Tjeerd Alkerma et le trip­ty­que Nature de Pascal Kern, la pre­mière jouant sur le point de vue et l’ana­mor­phose, la seconde sur la per­cep­tion du convexe et du concave. Ces contra­dic­tions du plein et du vide, posi­tif et néga­tif, sont pré­sen­tes dans Madame Buterfly de Johan Creten, deux lour­des battes de base­ball par­se­mées de petits péta­les déli­cats, ou dans les pho­to­gra­phies de Façades de Xavier Zimmermann où le noir et le blanc s’oppo­sent par grand contraste. Ces deux Façades sont extrai­tes d’une série, c’est-à-dire qu’elles font partie d’un ensem­ble d’œuvres conçues comme fai­sant partie d’un même projet, elles for­ment ainsi un ensem­ble. Cette idée de la série, du mul­ti­ple, de la répé­ti­tion est une autre ligne de force de l’expo­si­tion. Les pein­tu­res de Sylvie Fanchon décli­nent ainsi dif­fé­ren­tes asso­cia­tions de deux cou­leurs. Les œuvres d‘Elsa Bechiau, Brice Bourdet et Sandrine Champdavoine font quant à elles par­ties de séries issues de pro­jets col­lec­tifs autour d’un même sujet. Ces décli­nai­sons et dupli­ca­tions d’images intro­dui­sent de la dif­fé­rence dans la répé­ti­tion. La répé­ti­tion n’est pas, comme on a ten­dance à le penser, redite de l’iden­ti­que mais tou­jours retour du sin­gu­lier…

Exposition réa­li­sée en par­te­na­riat avec le Conseil Général de la Seine-Saint-Denis et sa col­lec­tion publi­que d’art contem­po­rain, la Maison popu­laire et le Lycée Jean Jaurès.

Informations

Au lycée Jean Jaurès- 1 rue Dombasle - 93100 Montreuil
du 30 mars au 15 mai
Entrée libre du lundi au vendredi de 12h30 à 13h30
Visites commentées sur rendez-vous au 01 42 87 08 68

Partager

Saison 2008-2009
Ateliers du regard
les 11 mai et 12 mai 2009
jusqu’au 15 mai 2009
Dans le cadre de l’exposition Un plan simple 1/3 (Perspective)
Dans le cadre de l’exposition ’Un plan simple 1/2 (Perspective)’
les lundis 25 mai et 8 juin 2009
du 18 mars au 24 juin 2009
du 12 mars au 26 mars 2009
du 8 décembre au 12 décembre 2008
de novembre 2008 à mai 2009
du 27 octobre au 31 octobre 2008 de 11 h 30 à 12 h et de 14 h 30 à 16 h
du 13 octobre au 16 octobre 2008
Rechercher sur le site
Haut de page