Accueil > Concerts & spectacles > Spectacles interdisciplinaires > L’éducation populaire, (...)
Spectacle

L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu...

vendredi 22 janvier 2010 à 20 h

Inculture(s) : petits contes politiques et autres récits non-autorisés de et par Franck Lepage

Une autre his­toire de la France démo­cra­ti­que, cultu­relle, sociale, éducative, poli­ti­que, civi­que, citoyenne, décen­tra­li­sée, par­te­na­riale, asso­cia­tive, euro­péenne et mon­dia­li­sée, bref... une autre his­toire du capi­ta­lisme.

« Avant, j’étais pro­phète... Prophète sala­rié. Mon tra­vail consis­tait à dire la vérité. (La vérité offi­cielle.) Et puis un jour, je me suis mis à mentir, et ils ont adoré. On me fai­sait venir de plus en plus sou­vent. On me disait que cela met­tait de l’ani­ma­tion et de la démo­cra­tie. Quand ils ont trouvé que j’allais trop loin, ils m’ont viré. Depuis, je suis clown... Clown-consul­tant. »

REVOIR LA PERFORMENCE

Un phi­lo­so­phe aujourd’hui oublié, Herbert Marcuse, nous met­tait en garde : nous ne pour­rions bien­tôt plus cri­ti­quer effi­ca­ce­ment le capi­ta­lisme, parce que nous n’aurions bien­tôt plus de mots pour le dési­gner néga­ti­ve­ment. Trente ans plus tard, le capi­ta­lisme s’appelle déve­lop­pe­ment, la domi­na­tion s’appelle par­te­na­riat, l’exploi­ta­tion s’appelle ges­tion des res­sour­ces humai­nes et l’alié­na­tion s’appelle projet. Des mots qui ne per­met­tent plus de penser la réa­lité mais sim­ple­ment de nous y adap­ter en l’approu­vant à l’infini. Des « concepts opé­ra­tion­nels » qui nous font dési­rer le nouvel esprit du capi­ta­lisme même quand nous pen­sons naï­ve­ment le com­bat­tre... Georges Orwell ne s’était pas trompé de date ; nous avons failli avoir en 1984 un « minis­tère de l’Intelligence ». F. L.

Franck Lepage, magis­tral, la gorge nouée, relate l’his­toire de l’éducation popu­laire, son rôle de pro­phète de la culture qu’il a été obligé de quit­ter pour culti­ver des choux en Bretagne... pour notre plai­sir. Deux heures et demi d’éveil et de par­tage.

Un « anti-débat » conclue la soirée et permet à chaque citoyen-spec­ta­teur de com­plé­ter notre « dic­tion­naire de la langue de bois » par un mot qui l’aliène dans son tra­vail ou sa vie quo­ti­dienne.

Informations

Entrée gratuite pour les adhérents,
sur réservation et dans la limites des places disponibles.
Non-adhérents 5 euros

- samedi 23 janvier 2010 de 15 h à 18 h
Atelier de désintoxication de la langue de bois

Partager

Saison 2009-2010
samedi 12 juin 2010 à 17 h
vendredi 11 juin 2010 à 20 h 30
mardi 8 juin 2010 à 20 h 30
samedi 5 juin 2010 à 20 h
vendredi 4 juin 2010 à 20 h 30
jeudi 27 mai 2010 à 21 h
vendredi 21 mai 2010 à 20 h 30
vendredi 14 mai 2010 à 20 h 30
samedi 8 mai 2010 à 15 h 30
vendredi 7 mai 2010 à 20 h
samedi 10 avril 2010 à 20 h 30
vendredi 26 mars 2010 à 20 h 30
vendredi 19 mars 2010 à 20 h 30
jeudi 11 et vendredi 12 mars 2010 à 16 h
vendredi 12 février 2010 à 20 h 30
vendredi 29 janvier 2010 à 20 h 30
vendredi 22 janvier 2010 à 20 h
vendredi 15 janvier 2010 à 20 h 30
vendredi 18 décembre 2009 à 20 h 30
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page