Accueil > Expositions > Une Œuvre à soi > Cédric Canaud & Armand

Cédric Canaud & Armand Morin

du 10 novembre au 2 décembre 2010
Exposition

Projet mis en œuvre par la Maison populaire en partenariat avec le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et sa collection publique d’art contemporain. 10 classes de Montreuil et les ateliers art-plastiques-enfants de la Maison populaire sont impliqués dans ce projet, du CP au BTS.

Ces rencontres, animées par Ronan le Grand (conférencier spécialisé), s’appuient sur la présentation de deux ou trois œuvres vidéos extraites de la collection publique d’art contemporain de la Seine-Saint-Denis faisant écho à l’exposition du Centre d’art de la Maison populaire.

Armand Morin
Keep off dis­plays (Missile range) , 2007
vidéo, 6 min 43

La vidéo "Keep off dis­plays" a été tour­née au Nouveau Mexique, à "Missile Range", une base mili­taire où ont été effec­tués dans les années 40 les pre­miers essais nucléai­res. La vidéo s’attarde plus pré­ci­sé­ment sur une partie ouverte au public appe­lée "Missile park". Ce musée du mis­sile pro­pose soixante ans d`une his­toire de l`arme­ment balis­ti­que amé­ri­cain. Entre une répli­que de la bombe H, un V2, de drones, et le public, un véhi­cule radio­com­mandé se bal­lade dans les allées de cette mise en scène spec­ta­cu­laire. Celui-ci imite le dépla­ce­ment des "Rovers" - robots récem­ment envoyés sur mars par la NASA. Sur ce site, l`his­toire se déroule et se raconte avec naï­veté et cynisme, dans le culte du pro­grès, au mépris des impli­ca­tions humai­nes et géo­po­li­ti­ques les plus évidentes. Dans ce lieu de tou­risme un peu par­ti­cu­lier, le visi­teur se trouve plongé dans un récit cyni­que mélan­geant Histoire, science aéro­spa­tiale et esprit bel­li­queux.

Le tra­vail d’Armand Morin asso­cie une dyna­mi­que des éléments à celle de la caméra avec une énergie déjà bien per­son­nelle. Il a col­la­boré à la réa­li­sa­tion de vidéos de l’artiste Claude Lévêque.
Diplômé en 2007 de l’Ecole régio­nale des Beaux-Arts de Nantes

Cédric Canaud
O.F.F , 2007
vidéo, 4 min 19

La caméra flotte, glisse le long d’un pay­sage urbain, noc­turne. Doucement, les ensei­gnes cli­gno­tent, les lam­pa­dai­res dis­pa­rais­sent, les immeu­bles s’éteignent. Une défaillance s’annonce dans un fracas d’inter­fé­ren­ces sono­res. L’enchaî­ne­ment d’évènements, l’accu­mu­la­tion de para­si­tes amène le regard à se modi­fier, pas­sant d’un point de vu sub­jec­tif à objec­tif. Ce n’est plus une nar­ra­tion ou ce que l’on voit qui préoc­cupe mais ce que l’on res­sent. Une jubi­la­tion de la catas­tro­phe.
Cédric Canaud vit et tra­vaille à Montreuil

En inter­ve­nant, par la sculp­ture, la pho­to­gra­phie ou la vidéo, j’emprunte un objet, une image ou un temps d’action au réel qui se voit modi­fier par le médium uti­lisé. La re-for­mu­la­tion après pré­lè­ve­ment, ins­talle une brèche dans laquelle une part de fic­tion per­tur­ba­trice et scé­na­ri­sée vient s’ins­tal­ler. Chaque forme contient l’his­toire de sa pro­duc­tion en hors champ. Les modi­fi­ca­tions numé­ri­ques par­fois gros­siè­res, appli­quées par la vidéo et la pho­to­gra­phie numé­ri­que, mani­fes­tent leur action elles dévoi­lent un déca­lage entre ce qui a pu être pré­levé, pho­to­gra­phié ou filmé au moment de l’enre­gis­tre­ment et ce qui est pro­posé au regard comme ver­sion. Une contra­dic­tion se crée par l’oppo­si­tion entre la maî­trise tech­ni­que appli­quée en post pro­duc­tion et l’ori­gine acci­den­telle, pul­sion­nelle des formes. Cette ori­gine acci­den­telle laisse une pos­si­bi­lité d’aléa­toire, un réper­toire de forme se crée. Qu’il s’agisse de sculp­tu­res, pho­to­gra­phies ou vidéos, les pièces pro­dui­tes devien­nent sup­port à pro­jec­tion, elles expo­sent le scé­na­rio de leur cons­truc­tion. La vidéo devient partie pre­nante d’une sculp­ture, qui se décale par l’action, qui se refor­mule par la pho­to­gra­phie etc.… Ces médiums se mêlent et devien­nent inter­dé­pen­dants ils brouillent les pistes et créent le trou­ble. C’est bien le geste de fabri­ca­tion comme expé­ri­men­ta­tion qui se révèle. En rap­port avec ce geste, l’acci­dent, l’inter­fé­rence ou la catas­tro­phe sont pous­sées jusqu’à la jubi­la­tion, la mani­pu­la­tion de la matière devient alors motrice de pro­duc­tion de formes.
Cédric Canaud

Informations

Entrée libre

Salon d’accueil

- prochaines expositions
du 25 janvier au 17 février 2011
du 29 avril au 29 mai 2011

Partager

Saison 2016-2017
Appel à candidatures
du 19 avril au 1er juillet 2017
de janvier à décembre 2017
Du 18 janvier au 18 mars 2017
de janvier à décembre 2016
Samedi 26 novembre 2016
du 5 octobre au 10 décembre 2016
Du 5 octobre au 10 décembre 2016
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page