Accueil > Séminaires & rencontres > Art in vivo > Concours de rhétorique
Art in vivo

Concours de rhétorique

mercredi 10 février 2010 à 20h
Dans le cadre de l’exposition "Les compétences invisibles"

Avec la participation de Céline Ahond, Arnaud Aymard, Bernard Blistène, Tewfik Bouzenoune, Fazette Bordage, Nikkfurie ...

Sujet : Pourquoi faites-vous ce que vous faites ?

Ils ne pro­dui­sent rien de maté­riel et pour­tant, leur acti­vité est indis­pen­sa­ble. Les can­di­dats à ce concours devront vous convain­cre de la néces­sité de leur acti­vité. Que répon­dront-ils face à l’avocat du diable sus­pi­cieux de leur uti­lité ? À vous de choi­sir la voix qui saura faire vibrer votre intime convic­tion...

Parmi les par­ti­ci­pants au concours de rétho­ri­que :

- Céline Ahond, artiste enthou­siaste
"N’essayez pas de semer Céline Ahond : elle finira tou­jours par vous rat­tra­per, que ce soit en patin à rou­let­tes, en vélo, en bateau ou même à dos de pté­ro­dac­ty­les ou autre animal pré­his­to­ri­que res­sus­cité pour les besoins de la nar­ra­tion. Car c’est de la sacro sainte nar­ra­tion qu’il s’agit ici : Céline vénère le dieu des his­toi­res, celui qui vous fait parler pour ne rien dire tout en badi­nant au pas­sage sur les plus gran­des ques­tions phi­lo­so­phi­ques de l’huma­nité, la mort, l’amour, la mala­die, l’amitié, la famille… Elle s’exprime par para­bo­les, au tra­vers de saut de puces et de bonds de géants dans des his­toi­res grouillant de micros évènements, per­son­nels mais extra­po­la­bles à tout un chacun du fait de leur abso­lue lou­fo­que­rie. Il ne faut sans doute pas cher­cher à démê­ler le vrai du faux dans les confé­ren­ces absur­de­ment pro­fes­sion­nel­les de Céline Ahond, les mondes qui sur­gis­sent et s’effon­drent devant nous sous son débit inin­ter­rompu sont le fruit d’une cons­truc­tion rigou­reuse où éléments par éléments se fait voir une autre réa­lité, ni vraie, ni fausse." Dorothée Dupuis

- Arnaud Aymard, acteur per­for­meur connu pour être L’Oiseau Bleu et com­plice d’Edouard Baer
"Lancé à corps perdu dans la quête de l’idio­tie abso­lue, Arnaud Aymard tisse un uni­vers sans queue ni tête afin de sauver l’huma­nité par le rire. Depuis 1997, il crée des per­son­na­ges et des spec­ta­cles : Paco Chante la Paix (chan­teur d’amour gua­té­mal­tè­que qui tente de sauver la paix par l’amour) ; Perceval dans Soleil Noir (chan­teur gothi­que dépres­sif, se bat contre le bon­heur et la dic­ta­ture du sou­rire pour la tris­tesse) ; puis l’Oiseau bleu. Sans oublier le Cabaret Philosophique. Le Théâtre de rue est son moyen d’expres­sion de pré­di­lec­tion pour jouer des spec­ta­cles qui s’écrivent en jouant, au fil de ses pen­sées et des réac­tions du public. En 2002, il ren­contre Edouard Baer avec lequel il par­ti­ci­pera au Grand Mezze, à son film Akoibon, puis au spec­ta­cle "La folle et véri­ta­ble vie de Luigi Prizzoti", music-hall déli­rant dans lequel il incarne le per­son­nage de l’Oiseau Bleu à la Cigale puis aux Folies Bergères."

- Bernard Blistène, direc­teur du dépar­te­ment du déve­lop­pe­ment cultu­rel du Centre Pompidou
"C’est en électron sur­doué mais aty­pi­que que ce fou de Jarry, de Roussel et des hasards du lan­gage cons­truit sa car­rière d’ins­ti­tu­tion­nel. C’est au Centre Pompidou qu’elle s’engage au début des années 1980. C’est là qu’elle se pour­suit depuis le 1er jan­vier 2009. Intellectuel tout-ter­rain, d’une culture aussi vive que ver­ti­gi­neuse, pas­seur précis, dandy cour­tois et volon­tiers acide, en quel­que vingt-cinq ans, Bernard Blistène met sur pied le musée d’Art contem­po­rain de Marseille, pilote les grands-messes ins­ti­tu­tion­nel­les de l’art contem­po­rain et signe des dizai­nes d’expo­si­tions qui feront date – on se sou­vient d’« Au-delà du spec­ta­cle » en 2000, de « Poésure et pein­trie » en 1992 ou de « Danses tra­cées » en 1991. Des admi­ra­tions qui débor­dent pres­que tou­jours son ter­rain de jeu. Danse, théâ­tre, anthro­po­lo­gie, lit­té­ra­ture ou créa­tion d’un fes­ti­val pointu et allumé qui secoue­rait tout cela à la fois, il faut tout appro­cher." Manou Farine

- Tewfik Bouzenoune, col­la­bo­ra­teur par­le­men­taire au Sénat
Tewfik Bouzenoune est chargé de plu­sieurs dos­siers : droit des étrangers, droit de la famille et droit pénal. Il a une for­ma­tion d’avocat et inter­vient régu­liè­re­ment comme chro­ni­queur sur France 5.

- Fazette Bordage, pré­si­dente de Mains d’Œuvres, char­gée de mis­sion Nouveaux Territoires de l’Art, Institut des Villes.
Après des études de musi­co­lo­gie et l’ani­ma­tion d’un maga­zine musi­cal sur France 3, Fazette Bordage a réha­bi­lité en 1983 un entre­pôt en lieu artis­ti­que mul­ti­dis­ci­pli­naire dédié aux pra­ti­ques cultu­rel­les contem­po­rai­nes des jeunes géné­ra­tions, le Confort Moderne, à Poitiers. En 1986, le Confort Moderne est devenu membre du réseau cultu­rel euro­péen Trans Europe Halles, dont Fazette Bordage à assuré la coor­di­na­tion géné­rale de 1994 à 2000. Elle à alors investi un nouvel espace de 4000m2 à Saint-Ouen pour créer Mains d’Œuvres, qui à ouvert ses portes fin jan­vier 2001, un lieu d’accom­pa­gne­ment et de ren­contres publi­ques ouvert à des recher­ches artis­ti­ques et citoyen­nes contem­po­rai­nes de toutes dis­ci­pli­nes. En 2001 également elle démarre avec son équipe une plate-forme de res­sour­ces inter­na­tio­na­les “ Artfactories ” des lieux d’art et de culture nés d’ini­tia­ti­ves de la société civile et réha­bi­li­tant pour la plu­part des espa­ces en friche. En mars 2008, elle rejoint l’Institut des Villes et la Mission « Nouveaux Territoires de l’Art », Mission inter­mi­nis­té­rielle (Culture/Ville).

- Nikkfurie, chan­teur du groupe de rap La Caution
"Né à Noisy-le-Sec où il a grandi et vit tou­jours, Nikkfurie (Ahmed Mazouz) est devenu dingue de musi­que à 8 ans, en regar­dant les clips et le Top 50 à la télé­vi­sion. La New Wave le nour­rit alors autant que la musi­que arabe de ses parents. À 12 ans, il décou­vre le groupe Run DMC : « une révé­la­tion ». Dès lors, avec son frère Mohamed, de deux ans son aîné, ils devien­nent « puris­tes du hip-hop » et s’y essaient avec quel­ques copains de Noisy. Tant et si bien qu’ils com­men­cent à struc­tu­rer leur musi­que sur des sam­plers, à tour­ner avec leur groupe, La Caution, sur les scènes de ban­lieue, tout en pour­sui­vant leurs études (Ahmed est licen­cié en scien­ces économiques). Après une longue tour­née, les deux frères créent leur propre label Kerozen Music, pour pro­duire le style aty­pi­que de leur musi­que riche en alli­té­ra­tions recher­chées et en ryth­mi­ques ori­gi­na­les."

Informations

Entrée libre

Événement organisé par Isabelle Le Normand et Florence Ostende

Dans le cadre de l’exposition Les compétences invisibles
du 20 janvier au 20 mars 2010

Partager

Saison 2009-2010
mercredi 9 juin 2010 à 20 h
mercredi 14 avril 2010 à 20h
mercredi 10 mars 2010 à 20 h
mercredi 10 février 2010 à 20h
mercredi 3 février 2010 à 20 h
mercredi 13 janvier 2010 à 20 h
mercredi 6 janvier 2010 à 20 h
mercredi 9 décembre 2009 à 20 h
mercredi 2 décembre 2009 à 20 h
mercredi 25 novembre 2009 à 20 h
mercredi 18 novembre 2009 à 20 h
mercredi 4 novembre 2009 à 20 h
mercredi 14 octobre 2009 à 20 h
Rechercher sur le site
Haut de page