Marie-Jeanne Hoffner

mercredi 26 janvier 2011
mercredi 26 janvier : Marie-Jeanne Hoffner

Unfold


Montage : de 10 h à 19h
Démontage : à 21h

Marie-Jeanne Hoffner s’est rendu à la Maison popu­laire sans œuvre, sans objet, sans image. C’est l’archi­tec­ture du centre d’art qui a cons­ti­tué son maté­riau, qui ne se résu­mait pas pour elle à la seule déli­mi­ta­tion d’un espace de mons­tra­tion pour une ou des pièce(s) rap­por­tée(s). Dans son sac, un appa­reil photo et un ordi­na­teur, des ins­tru­ments dont on peut penser qu’ils l’accom­pa­gnent sys­té­ma­ti­que­ment.

Avec le pre­mier, l’artiste a arpenté métho­di­que­ment les murs du lieu comme pour en effec­tuer la mesure. 700 photos ont ainsi été prises, rele­vés topo­gra­phi­ques mono­to­nes et peu signi­fiants en eux-mêmes, puisqu’ils ne res­ti­tuent que des sur­fa­ces blan­ches, des lignes, des angles, des dégra­dés de gris, et plus rare­ment des éléments iden­ti­fia­bles (un radia­teur, un tuyau).

Le second ins­tru­ment, l’ordi­na­teur, a servi pour le mon­tage de 450 de ces images en une séquence d’ani­ma­tion qui recons­ti­tue de façon légè­re­ment sac­ca­dée la suc­ces­sion des cadra­ges de l’appa­reil photo arpen­tant la sur­face des murs. Unfold, le film qui en résulte, déplie pro­gres­si­ve­ment l’espace dans lequel nous nous trou­vons, per­tur­bant en temps réel le rap­port phy­si­que que nous avons avec lui. L’artiste fait appa­raî­tre le lieu avec l’image tout en le fai­sant dis­pa­raî­tre dans l’image, dont l’abs­trac­tion pro­vo­que un dépla­ce­ment et une perte de repère. Le petit film d’ani­ma­tion ne nous raconte pas où nous nous trou­vons, il ne semble pas s’agir du même lieu, mais d’une percée vers un ailleurs topo­lo­gi­que, dont l’effet est ren­forcé par le choix – contre-nature en vidéo – du format por­trait qui rap­pelle la fenê­tre.

Pourtant, il s’agit bien du même espace, qui boucle sur lui-même, à la manière d’une tau­to­lo­gie. Un espace dans lequel Marie-Jeanne Hoffner enchaine un temps de pro­duc­tion et un temps de pré­sen­ta­tion, un temps de dépla­ce­ment de son propre corps et de son objec­tif le long des parois et un temps de com­pi­la­tion de toutes les mesu­res rele­vées.

Ici et main­te­nant dans le centre d’art, Marie-Jeanne Hoffner pro­pose l’expé­rience rare d’une mise en mou­ve­ment du cube blanc, qui reste d’ordi­naire l’enve­loppe sta­ti­que et immua­ble des œuvres.

Portfolio

Unfold

Unfold

Partager

Les artistes
samedi 26 mars 2011
vendredi 25 mars 2011
jeudi 24 mars 2011
mercredi 23 mars 2011
mardi 22 mars 2011
lundi 21 mars 2011
samedi 19 mars 2011
vendredi 18 mars 2011
jeudi 17 mars 2011
mercredi 16 mars 2011
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page