Accueil > Cinéma & vidéo > Sun In Your Head > Qu’est-ce que l’indépendance
Sun In Your Head

Qu’est-ce que l’indépendance ?

samedi 14 mai 2011 à 20 h
Que faire ? (suite) projection-débat

à la Maison populaire
présenté par Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós de l’association Le peuple qui manque, en présence des réalisateurs

Les champs brû­lants de Stefano Canapa et Catherine Libert
(Italie, Belgique, France 2010, 72’, vostf)

« Qu’est-ce que l’indé­pen­dance ?

Au delà de la grande his­toire du cinéma ita­lien et de sa mort annon­cée, il existe une autre his­toire, celle d’un cinéma invi­si­ble et résis­tant. Aucune tem­pête ne pourra l’anéan­tir. Car il revien­dra tou­jours, libre et spon­tané, comme l’herbe sau­vage qui pousse sur le bord des sen­tiers. Les champs brû­lants est le qua­trième épisode des Chemins de tra­verse, un road movie qui par­court l’Italie du nord au sud à la recher­che d’un cinéma indé­pen­dant ita­lien, extrê­me­ment vivant, même si cer­tains le consi­dè­rent comme mori­bond. Des ruines du Circus Maximus à Rome, en pas­sant par des ban­lieues aban­don­nées à leur sort, jusqu’aux décom­bres de Pozzuoli, le film va à la ren­contre d’un « cinéma de la survie », celui des cinéas­tes indé­pen­dants Beppe Gaudino et Isabella Sandri. »

« Le cinéma qu’on ne voit pas dans l’Italie de Berlusconi, on le voit là, dans le film de Libert et Canapa. Il trans­pa­raît, il s’y dif­fuse, sous forme de légende, de ce qui peut encore être donné à voir quand tout s’est effon­dré. »

« Quand le cinéaste Beppe Gaudino parle de son indé­pen­dance, il parle d’une lutte cons­tante, et il parle du temps. Du temps comme plaie et comme pri­vi­lège. Son cinéma est un cinéma des ruines, un cinéma aus­cultant le déla­bre­ment et ce qui en surgit. »

Catherine Libert est née à Liège en 1971. Diplômée de l’INSAS en réa­li­sa­tion, les films qu’elle réa­lise sont ins­crits dans une démar­che indé­pen­dante, poé­ti­que et expé­ri­men­tale. Stefano Canapa est né à Turin en 1977. Il s’ins­talle à Paris en 1999 et réa­lise et déve­loppe ses films au labo­ra­toire indé­pen­dant L’Abominable. Depuis 1998, il est membre du col­lec­tif d’artis­tes GROUPE ZUR – Zone Utopiquement Reconstituée.

Une pro­gram­ma­tion conçue par Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós de l’asso­cia­tion Le peuple qui manque.
Cette séance s’ins­crit dans le pro­lon­ge­ment de la mani­fes­ta­tion Que faire ? Art, film, poli­ti­que (11-19 décem­bre 2010), orga­ni­sée par le peuple qui manque et qui, sous forme de sym­po­sium cri­ti­que et de pro­jec­tions, pro­po­sait au Centre Pompidou, Palais de Tokyo et 5 cen­tres d’art et ciné­mas, de reve­nir sur le renou­veau des stra­té­gies cri­ti­ques et reconfi­gu­ra­tions actuel­les des liens entre art & poli­ti­que au sein de l’art contem­po­rain, du cinéma et de la vidéo contem­po­raine.

Informations

Entrée prix libre
À la Maison populaire

Partager

Saison 2010-2011
mercredi 15 juin 2011 à 20 h 30
mercredi 18 mai 2011 à 20 h 30
samedi 14 mai 2011 à 20 h
mercredi 4 mai 2011 à 20 h 30
mercredi 27 avril 2011 à 20 h 30
mercredi 30 mars 2011 à 20 h 30
mercredi 23 mars 2011 à 20 h
samedi 19 mars 2011 à 20 h
mercredi 9 mars 2011 à 20 h 30
mercredi 9 février 2011 à 20 h 30
mercredi 19 janvier 2011 à 20 h 30
mercredi 12 janvier 2011 à 20 h 45
mercredi 15 décembre 2010 à 20 h 30
mercredi 1er décembre 2010 à 20h30
mercredi 17 novembre 2010 à 20 h 30
mercredi 20 octobre 2010 à 20 h 30
mercredi 6 octobre 2010 à 20 h
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page