Accueil > Expositions > Centre d’art > Madame la baronne était (...)

Madame la baronne était plutôt maniérée, assez rococo et totalement baroque - Chapitre 2

Du 29 avril au 30 juin 2006
vernissage le 28 avril 2006 à partir de 19 h

Commissaire : Émilie Renard
"Acte 2 " avec John Armleder, Jonah Freeman, Pierre Huyghe, Fiona Jardine, Lili Reynaud Dewar.

Le Chapitre 2 qui suc­cède à l’Acte 1 pré­cise encore le por­trait de Madame La Baronne de Mira Phalaina, figure poly­mor­phe et luna­ti­que. L’hypo­thèse d’un por­trait en trois expo­si­tions qui trai­tent de styles artis­ti­ques comme de traits de carac­tère sup­pose qu’elles entre­tien­nent une rela­tion pri­vi­lé­giée avec la Baronne, comme si cha­cune d’elles était le reflet d’un état d’âme par­ti­cu­lier. De ce point de vue, le Chapitre 2 se char­ge­rait des tona­li­tés ternes d’une mélan­co­lie pas­sa­gère.

Ici, une Furniture Sculpture de John Armleder (1982), com­po­sée d’une chaise, d’un gué­ri­don et d’une pièce de for­mica en forme de hari­cot. Cet objet en faux-marbre est accro­ché au mur jouant alors le rôle d’une pein­ture et don­nant au reste une raison dis­crète pour être là, en accom­pa­gne­ment. Cette sculp­ture d’ameu­ble­ment est régie par un prin­cipe déco­ra­tif et un goût pour l’har­mo­nie colo­rée. Version élégante de meu­bles de bis­trot, elle asso­cie l’aspect tri­vial et acci­den­tel d’objets trou­vés à celle, plus élective, d’une com­po­si­tion pic­tu­rale raf­fi­née qui résis­te­rait à toutes cir­cons­tan­ces. L’expo­si­tion, dans son ensem­ble pour­rait fonc­tion­ner sur un mode simi­laire à celui de cette œuvre : elle s’annonce comme un sys­tème élaboré mais intè­gre en sous main des déci­sions esthé­ti­ques arbi­trai­res domi­nées par cer­tains pen­chants natu­rels de la Baronne.

Et ici, Jonah Freeman cons­truit un élément archi­tec­tu­ral direc­te­ment extrait de « The Franklin Abraham », un édifice en crois­sance expo­nen­tielle à l’échelle d’une cité monde. Il s’agit d’une place publi­que récem­ment van­da­li­sée où sub­sis­tent sculp­tu­res et affi­ches à l’effi­gie des deux entre­pri­ses domi­nan­tes (pro­duc­tri­ces de sodas et de chaus­su­res). Cette œuvre génère une exten­sion à cette immense fic­tion pro­téi­forme, autre­ment dit, une actua­lité.

JPEG - 47 ko
Jonah Freeman
The Franklin Abraham © Marc Domage

Là, autre pro­lon­ge­ment d’une fic­tion deve­nue his­to­ri­que, celle de Miss General Idea pré­sente dans l’Acte 1. En lieu et place du « Blueprint for Tomorow » de 1974 qui fixait l’érection du Pavillon de Miss General Idea à la date de 1984 et pré­sen­tait cepen­dant un plan d’archi­tec­ture vide, Pierre Huyghe fait de cette feuille de papier, le blue­print vierge, un ori­gami. Ce nou­veau volume pré­cise une archi­tec­ture à facet­tes et pro­longe le projet de General Idea en la maquette d’un pavillon à venir.

Et là, Fiona Jardine, uti­li­sant une tech­ni­que de papier mâché et réa­dap­tant celle, typi­que­ment manié­riste héri­tée du XIX° qui consis­tait à déco­rer le mobi­lier de jardin de mou­la­ges natu­ra­lis­tes, pro­pose une sombre struc­ture en forme de dia­mant fra­gile aux reliefs feuillus.

Et encore là, fai­sant subir un pro­ces­sus de dégra­da­tion à « Chapel of love and loa­thing in lost vague­ness », pré­sen­tée lors de l’Acte 1, Lili Reynaud Dewar reprend cette forme pyra­mi­dale, cette fois fra­gi­li­sée et réduite, en bois brûlé percé d’un large trou, la trans­for­mant en un meuble toté­mi­que à échelle domes­ti­que pour un culte non iden­ti­fié.

Portfolio

Image : 0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |...

Informations

Visites commentées gratuites de l’exposition tous les jeudis à 19h.
Inscription à l’accueil de la Maison Populaire ou au 01 42 87 08 68

Partager

À venir
du 19 avril au 1er juillet 2017
Saison 2005-2006
Du 29 avril au 30 juin 2006
du 20 janvier au 8 avril 2006
du 15 octobre au 17 décembre 2005
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page