Accueil artistique

Julie Morel

d’avril 2011 à mai 2012
Rheum nobile

Rheum nobile est un principe de travail qui permettra d’expérimenter un ensemble de dispositifs interactifs qui interrogent la matérialité du réseau, par le biais de la lumière artificielle.

Si pour Marshall McLuhan la lumière arti­fi­cielle est un médium qui ne dit rien mais qui est « capa­ble de créer un envi­ron­ne­ment par sa seule pré­sence », elle est aussi, pour peu qu’on l’éteigne un ins­tant, révé­la­trice de l’absence liée à la pra­ti­que du réseau.

Lors de cette rési­dence de recher­che, qui sera dans un pre­mier temps très expé­ri­men­tale, trois ins­tal­la­tions prin­ci­pa­les seront déve­lop­pées, qui inter­ro­ge­ront nos méca­nis­mes de per­cep­tion et la façon dont la lumière peut influen­cer l’appré­hen­sion des lieux que nous pra­ti­quons.

Le projet s’accom­pa­gnera de ren­contres, ate­liers et pro­jec­tions qui vien­dront ponc­tuer le temps de rési­dence, et d’une exten­sion sous forme de site inter­net et d’une publi­ca­tion qui vien­dront vers la fin de la rési­dence (au prin­temps 2012).

Ces ins­tal­la­tions cou­vri­ront divers ter­ri­toi­res

-  Rheum Nobile (espace public)

Le titre de ce projet de rési­dence vient de la plante éponyme, qui vit uni­que­ment entre 4 000 et 4 800 m d’alti­tude. C’est une espèce extra­or­di­naire de rhu­barbe, tout droit tiré d’un film de science fic­tion : haute de 1 à 2 m, elle culmine au-dessus de toutes les rares herbes de son habi­tat et est visi­ble à plus d’un kilo­mè­tre. Ses feuilles trans­lu­ci­des ont la pro­priété d’arrê­ter sélec­ti­ve­ment les rayons ultra-vio­lets et de lais­ser passer toute la lumière visi­ble, per­met­tant le déve­lop­pe­ment des fleurs ainsi pro­té­gées du rayon­ne­ment intense que l’on trouve en haute alti­tude.

La pro­po­si­tion por­tant ce nom est une série d’affi­ches issues de la réflexion engen­drée par cette plante et pré­sen­tée dans huit sucet­tes JC Decaux jalon­nant le par­cours entre la Maison popu­laire et les Instants Chavirés (Montreuil).

JPEG - 132.7 ko
Test de visualisation d’implantation d’affiches

NB : Cet affi­chage urbain a été réa­lisé en col­la­bo­ra­tion avec le ser­vice Communication de la ville de Montreuil.

-  Light my fire (espace d’expo­si­tion)

Light my fire est une pièce blan­che très lumi­neuse dont les murs sont cou­verts à cer­tains endroits d’un ensem­ble de textes rela­tifs à la notion de dépense, séri­gra­phiés en blanc sur blanc (encre phos­pho­res­cente) et donc très dif­fi­ci­le­ment lisi­bles.

Grâce à un chro­no­mè­tre, la lumière s’éteint à inter­valle régu­lier (2 min envi­ron – temps à pré­ci­ser) et permet aux spec­ta­teurs de décou­vrir les textes qui devien­nent lumi­neux dans le noir. Lentement, les textes s’effa­cent (grâce aux pro­prié­tés de l’encre phos­pho­res­cente) jusqu’au moment où le texte devient tota­le­ment invi­si­ble.

JPEG - 53 ko
Test de visualisation d’une sérigraphie

-  Sweet Dream (espace d’expo­si­tion et espace privé)

Cette ins­tal­la­tion inte­rac­tive se pré­sente en deux lieux géo­gra­phi­ques dis­tincts.
Une salle d’expo­si­tion à la Maison popu­laire où deux peti­tes tou­ches extrai­tes d’un cla­vier d’ordi­na­teur : « Sleep » et « Wakeup » sont incrus­tées dans le mur, et sur lequel les visi­teurs peu­vent appuyer. Les deux tou­ches se situent à hau­teur de la main, de sorte que les visi­teurs peu­vent appuyer dessus. Ces tou­ches, par le biais d’inter­net et d’un pro­gramme infor­ma­ti­que, sont reliées à ma lampe de chevet, dans mon appar­te­ment. Ainsi, pen­dant toute la durée de l’expo­si­tion, les visi­teurs ont tout loisir de contrô­ler l’allu­mage et l’arrêt de ma lampe, de jour comme de nuit.

Cette pro­po­si­tion a déjà été expé­ri­men­tée. Le but de cette ré-ins­tal­la­tion est de pro­po­ser des ren­contres et dis­cus­sions dans le lieu de récep­tion de l’inte­rac­tion (appar­te­ment de l’artiste, 5 per­son­nes maxi­mum).

JPEG - 28.9 ko
Test de visualisation d’implantation

- En savoir plus sur Julie Morel

Portfolio

Image : 0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Informations

Autour de la résidence

- vendredi 27 mai 2011 à 20 h 30
Projection Sun In Your Head : Electric Mind

- samedi 22 octobre 2011 à 11 h 30
Brunch numérique : présentation du travail de l’artiste et conférence de Claire Grino (Philosophe, Université de Laval – Québec) autour de la place de la technique dans l‘art.

- samedi 12 mai 2012
Upgrade ! Paris : Organisation d’une session de conférences autour de la science fiction, l’anticipation et le réseau. Deux artistes explorant sur des thématiques proches de Rheum Nobile présenteront leur travail.

- d’octobre 2011 à mars 2012
Découverte de la démarche de l’artiste lors de temps de rencontres avec les publics.
Un jour par semaine, Julie Morel vous accueille dans son univers au sein de la Maison populaire.

- du lundi 7 mai au mardi 15 mai 2012
Visite-atelier en direction des élèves de primaire et secondaire pour aller à la rencontre du travail engagé par l’artiste proposant une visite commentée suivie d’une mise en pratique multimédia permettant de développer l’un des axes abordés lors des échanges.

Calendrier de la résidence

- avril 2011-mai 2011 : Phase recherche
- octobre 2011-novembre 2011 : Phase création
- décembre 2011-février 2012 : Phase production
- mars 2012-mai 2012 : Restitution lors des divers évènements (exposition, performance, atelier et conférence Upgrade !).

Cette résidence est soutenue par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Partager

Saison 2011-2012
du 13 au 20 juillet 2012
juillet 2012
d’avril 2011 à mai 2012
mai 2012
avril 2012
de septembre 2011 à mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
fevrier 2012
janvier 2012
janvier 2012
janvier 2012
decembre 2011
de décembre 2011 à mai 2012
Rechercher sur le site
Haut de page