Accueil > Expositions > Centre d’art > Plutôt que rien : Formation(s

Plutôt que rien : Formation(s)

du 27 avril au 1er juillet 2011
ART IN VIVO - mercredi 8 juin à 20 h : dialogue performé entre les artistes de l’exposition et le philosophe Frédéric Neyrat

Commissaire invi­tée : Raphaële Jeune, en col­la­bo­ra­tion avec le phi­lo­so­phe Frédéric Neyrat

Avec : Guillaume Aubry, Dominique Blais, Carole Douillard, Marie-Jeanne Hoffner

Pour Formation(s), le deuxième volet de Plutôt que rien, Raphaële Jeune a convié quatre des artis­tes ayant par­ti­cipé au pre­mier (Plutôt que rien : démon­ta­ges, 19 jan­vier - 26 mars), à tra­vailler ensem­ble à partir du lieu, de sa confi­gu­ra­tion, de son usage et dans la conti­nuité de leur pré­cé­dente inter­ven­tion. Choisis pour la com­plé­men­ta­rité de leurs démar­ches, Guillaume Aubry, Dominique Blais, Carole Douillard et Marie-Jeanne Hoffner ont été invi­tés à conce­voir col­lec­ti­ve­ment une expo­si­tion dont l’agen­ce­ment, la den­sité et le rythme sont le résul­tat d’un consen­sus en mou­ve­ment. Comme le ferait une for­ma­tion musi­cale, les artis­tes, dans le res­pect de leur sin­gu­la­rité res­pec­tive, orches­trent une forme sus­cep­ti­ble d’évoluer, de se modi­fier au gré des rela­tions qui se tis­sent entre leurs œuvres, en fonc­tion de la vie du lieu et du temps qui passe.

Vue de l'exposition - Photo : Aurélien Mole

Plusieurs semai­nes de réflexion et de dis­cus­sion, des rendez-vous d’étapes, la mise en commun, sur un jour­nal par­tagé en ligne, d’hypo­thè­ses de tra­vail et d’œuvres, vali­dées ou non par le groupe, ont pro­gres­si­ve­ment des­siné une sub­jec­ti­vité col­lec­tive. Cette der­nière résulte de la somme d’accords tantôt una­ni­mes tantôt basés sur le com­pro­mis, au terme d’un pro­ces­sus de négo­cia­tion.
Forcée par le contexte, la col­la­bo­ra­tion enga­gée n’aurait pas eu lieu sans l’invi­ta­tion d’un com­mis­saire. Son exis­tence arti­fi­cielle rend la plas­ti­cité de l’expo­si­tion plus intense encore, indi­cielle des rela­tions entre les divers éléments nés du mélange des indi­vi­dua­li­tés, alors même que la répar­ti­tion des pater­ni­tés artis­ti­ques n’est pas divul­guée. S’en dégage un dia­lo­gue étrange entre les « pièces », une plu­ri­vo­cité para­doxa­le­ment uni­fiée, un trou­ble dans la per­cep­tion de l’ensem­ble qui vibre des entre­chocs entre quatre sin­gu­la­ri­tés.

L’autre dimen­sion essen­tielle de l’expo­si­tion est son évolutivité : par la trans­for­ma­tion pro­gres­sive de la lumi­no­sité (de plus en plus sombre) et du son (de plus en plus clair), pro­gram­mée dès le départ, tout comme les pho­to­gra­phies de l’espace prises à inter­val­les régu­liers, la nou­velle recou­vrant la pré­cé­dente ; mais aussi et sur­tout par la pos­si­bi­lité pour chacun des artis­tes de pro­po­ser à tout moment une modi­fi­ca­tion de l’expo­si­tion, par sous­trac­tion, dépla­ce­ment, ajout au gré de leur désir de réor­ga­ni­ser la forme glo­bale. Ainsi, l’expo­si­tion n’est pas figée dans sa forme pre­mière, mais comme toute orga­ni­sa­tion, elle peut être remise en cause par le simple tra­vail du temps et les chan­ge­ments dans la per­cep­tion par les artis­tes de leur propre pro­duc­tion. Cette trans­for­ma­tion poten­tielle est sym­bo­li­sée par un mur qua­drillé de scotch de pein­ture, en attente d’être peint par les uns ou les autres, la teinte et le moment étant lais­sés ouverts.

Vue de l'exposition - Photo : Aurélien Mole

La cons­truc­tion d’un mur au centre de l’espace, déci­dée d’une seule voix et sans hési­ta­tion à partir de leur expé­rience du lieu lors de Démontages, rend pré­gnante la cohé­rence de l’espace du centre d’art comme zone d’accueil du public et de pas­sage des adhé­rents : une zone habi­tée, den­si­fiée par l’art. Cet espace n’existe pas seu­le­ment, à l’instar de tout accueil, comme entre-deux sans qua­lité, mais il est un lieu d’expres­sion, un monde chan­geant riche de pro­po­si­tions sen­si­bles. Ainsi les artis­tes pro­po­sent une mise en ten­sion des deux côtés de l’espace – l’un offert au regard dès l’entrée, l’autre caché, dans un dia­lo­gue qui les rend indé­fec­ti­ble­ment liés.

JPEG - 20.2 ko
© Dominique Blais

AUTOUR DE L’EXPOSITION

Taxi tram
Samedi 28 mai
Parcours en bus et visite de trois expo­si­tions :
- Le vent d’après, expo­si­tion des diplô­més 2010 avec les féli­ci­ta­tions du jury,
Beaux-arts de Paris, l’école natio­nale supé­rieure
- À 15 H Plutôt que rien : for­ma­tion(s), Maison popu­laire, Montreuil, en pré­sence des artis­tes
- Farah Atassi, Élodie Lesourd, Les églises, centre d’art contem­po­rain de la ville de Chelles

Tarif : 6€ / per­sonne com­pre­nant le dépla­ce­ment en auto­car, l’entrée et la visite des expo­si­tions.
Les repas éventuels sont à la charge des par­ti­ci­pants. Effectif maxi­mum : 45 per­son­nes.
Réservez vos places à l’adresse taxi­tram@­tram-idf.fr
Renseignements sur tram et le pro­gramme des taxis tram : www.tram-idf.fr

Art in vivo
Mercredi 8 juin à 20 h
Dialogue per­formé entre les artis­tes de l’expo­si­tion et le phi­lo­so­phe Frédéric Neyrat
Entrée libre
En savoir plus...

Parcours Est #6
Samedi 11 juin 2011 de 15 h à 18 h 30
Visite de trois expo­si­tions dans l’est pari­sien grâce à une navette gra­tuite
En savoir plus...

Ressources

  • Dossier de presse de l’exposition (PDF – 429 ko)
  • Dossier pédagogique (PDF – 1.2 Mo)
  • Informations

    Le centre d’art est ouvert
    Du lundi au vendredi de 10 heures à 21 heures
    Le samedi de 10 heures à 16 heures 30.
    Fermé les dimanches, jours fériés et vacances scolaires

    Entrée libre

    - Pour tous renseignements :
    Floriane Benjamin, coordinatrice
    - Contact presse :
    Sophie Charpentier, chargée de la communication

    Le centre d’art est soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Ile-de-France, le Conseil régional d’Ile-de-France, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et la Ville de Montreuil.

    Le centre d’art fait partie de tram, réseau art contemporain Paris/Ile-de-France

    Partager

    À venir
    du 19 avril au 1er juillet 2017
    Saison 2010-2011
    du 27 avril au 1er juillet 2011
    du 19 janvier au 26 mars 2011
    de janvier à décembre 2011
    du 4 septembre au 17 décembre 2010
    Les archives par année
    Rechercher sur le site
    Haut de page