Accueil artistique

Inga Liljeström

du 10 au 14 septembre 2012
Résidence de création musique

Il y a d’abord cette voix. Intrigante, unique, déran­geante pres­que. Inga Liljeström, c’est une gorge pro­fonde débar­quée de l’Australie où elle a grandi, mais qui prend sa source en Finlande, là où jaillit jadis l’ori­gine de son monde. Installée à Paris depuis plu­sieurs mois, c’est dans la ville lumière que sa car­rière prend aujourd’hui un nouvel envol avec ce deuxième album majes­tueux et com­plexe, gla­cial et bouillant, orga­ni­que et d’une moder­nité folle. Femme orches­tre, touche à pres­que tout, organe vocal imma­culé, Inga Liljeström est tout cela à la fois mais bien plus encore.

Naturellement portée vers le cinéma, elle com­mence par com­po­ser des musi­ques de films en Australie en paral­lèle d’une car­rière riche en col­la­bo­ra­tions et en expé­rien­ces. Depuis son pre­mier album en 2005 (Elk), Inga Liljeström n’a eu de cesse d’avan­cer en regar­dant der­rière elle pour tutoyer ses ori­gi­nes, et sur les côtés pour explo­rer l’infini de cette terre qui tourne à toute allure. Quelques pro­jets plus loin, celle qui est deve­nue une artiste accom­plie atteint enfin la fameuse matu­rité à laquelle aspi­rent tous les appren­tis musi­ciens.

L’ex-étudiante en impro­vi­sa­tion jazz a désor­mais bien plus d’une corde à ses ins­tru­ments, bien plus d’une corde vocale. Sa mai­trise du studio et la richesse de son ima­gi­naire lui per­met­tent de lâcher sa voix dans des pay­sa­ges infi­ni­ment variés : des vio­lons soyeux qui enve­lop­pent son single à la tona­lité très pop (Bittersweet), un riff de gui­tare pri­mi­tif pour une redou­ta­ble caval­cade rock (Bloodstain), de frêles notes répé­tées dans une comp­tine mini­ma­liste (Drowning Song), des accords de gui­tare steel pour une balade coun­try lumi­neuse (Lovers Gun), une nappe de syn­thés tris­tes dres­sée sur un slow de caba­ret futu­riste (Dogs and Wolves), une six cordes bai­gnée dans un blues moite (Mascara Black)…

Black Crow Jane, c’est l’œuvre d’une Calamity Jane du grand Nord qui se réap­pro­prie l’héri­tage amé­ri­cain en l’hono­rant de la richesse de son par­cours. Elle se fond ainsi dans la soli­tude ennei­gée du grand nord, dans le désert du sud aus­tral autant que dans la mixité urbaine occi­den­tale. Comme une sirène de la ban­quise qui abu­se­rait de ses char­mes et se trans­for­me­rait en ser­pent véné­neux du bayou. Mais der­rière la noir­ceur de son monde pointe la lumière que dif­fuse Black Crow Jane.

Un grand choc des cultu­res.

Partager

Saison 2012-2013
du 25 février au 1er mars 2013
du 28 janvier au 1er fevrier 2013
de septembre 2012 à mai 2013
de janvier à décembre 2013
de janvier à décembre 2013
du 26 au 30 novembre 2012
du 22 au 26 octobre 2012
du 17 au 22 septembre 2012
du 10 au 14 septembre 2012
Rechercher sur le site
Haut de page