Accueil > Présentation > Édito > Mémoires en alerte, cap (...)

Mémoires en alerte, cap vers la transmission…

Automne 2013

Nous revoilà sur le pont du navire, les temps sont à la tem­pête, l’Histoire fait des his­toi­res, il ne faut pas faire d’his­toire. Il fau­drait filer doux dans les flux qui nous sub­mer­gent, telles les bar­ques ivres d’Hokusai qui du creux de La Vague [1] ima­gi­nent une tra­ver­sée pos­si­ble devant celles qui arc-bou­tées et aveu­glan­tes leur fait face.

Nous avons choisi cette saison de nous en mêler un peu, faire quel­ques his­toi­res, his­toire d’y voir plus clair, démê­ler le vrai du faux, his­toire de s’amuser un peu avec la com­pli­cité de nos invi­tés et sur­tout de la votre par une tra­ver­sée ludi­que de la saison, seul(e), en famille, entre amis, où tous les sens seront sol­li­ci­tés.

Nous convo­que­rons ensem­ble nos « palais de mémoire », à déjouer les catas­tro­phes et à jon­gler avec l’absurde par la pro­gram­ma­tion des expo­si­tions du centre d’art et ces rendez-vous, - per­for­man­ces, pro­jec­tions de films -.

La Vague, Hokusai

Le der­nier volet de l’expo­si­tion Le Tamis et le sable 3/3 : la méthode des lieux, pro­posé par Anne-Lou Vicente, Raphaël Brunel et Antoine Marchand, com­mis­sai­res en rési­dence, réunia une dou­zaine d’artis­tes jusqu’au 14 décem­bre : Meris Angioletti, Guillaume Constantin, Julien Crépieux, Maïder Fortuné, Louise Hervé & Chloé Maillet, Nicolas Maigret, Mark Manders, Odires Mlászho, Giulio Paolini, Sébastien Rémy et Oriol Vilanova.
Les artis­tes convo­quent ici leur palais de mémoire par des œuvres usant de dif­fé­rents médiums : vidéo, pho­to­gra­phies, sculp­tu­res, ins­tal­la­tions, flux numé­ri­ques sur la toile… Ils ques­tion­nent les enjeux liés à la trans­mis­sion orale, par des traces cap­tu­rées ou recréees et des liens qu’entre­tien­nent mémoire, lan­gage, image et archi­tec­ture…
Nous vous atten­dons pour le ver­nis­sage qui aura lieu le mardi 1er octo­bre à partir de 18 h, une occa­sion de ren­contrer les com­mis­sai­res, les artis­tes et l’équipe de la Maison popu­laire.
Lors du ver­nis­sage Nicolas Maigret, artiste numé­ri­que en rési­dence pré­sen­tera son œuvre The Pirate - Cinema.

À noter dès à pré­sent la date du 16 novem­bre pour le Talking heads, une per­for­mance de Maïder Fortuné, Sébastien Rémy et Oriol Vilanova artis­tes pré­sents dans l’expo­si­tion.

Vous pouvez également décou­vrir l’expo­si­tion par une visite guidée à
l’occa­sion du rendez-vous men­suelle, les « Parcours en famille », un moment à par­ta­ger entre petits et grands, mais aussi lors du Parcours Est #14 du 9 novem­bre et pour­sui­vre la visite à La Galerie de Noisy-le-Sec, puis ter­mi­ner au Centquatre à Paris ; une belle jour­née en pers­pec­tive où vous serez accueillis par les artis­tes et les équipes des dif­fé­rents lieux.

Nous accueille­rons en jan­vier pro­chain Marie Frampier, com­mis­saire en rési­dence, pour son projet Véritables pré­lu­des flas­ques (pour un chien). Traitant de l’absurde et de la théo­rie du catas­tro­phisme éclairé. Cette expo­si­tion sera déployée en quatre temps entre jan­vier et décem­bre 2014.

Rendez-vous d’octo­bre à juin pro­chain avec Hyper(s)olds, le gang des séniors connec­tés, des ate­liers Internet pour des femmes de plus de 77 ans, une action ini­tiée par Albertine Meunier.
Dès novem­bre, Albertine Meunier nous pré­sen­tera « Stweet », une ins­tal­la­tion live inter­net d’appro­pria­tion des don­nées géo­gra­phi­ques, pho­to­gra­phi­ques et temps réel du Web.

À décou­vrir jusqu’au 15 novem­bre, en ligne et sur les postes infor­ma­ti­ques en accès libre à Internet, « Humanpedia », un projet qui pro­pose à chacun de par­ti­ci­per à la cons­ti­tu­tion d’une mémoire uni­ver­selle hors tout contexte tech­no­lo­gi­que en par­ta­geant ora­le­ment les gran­des œuvres lit­té­rai­res du patri­moine mon­dial et, dans une ver­sion plus géné­ra­liste, toute la connais­sance repré­sen­tée par l’ency­clo­pé­die en ligne Wikipédia.

La Maison popu­laire a tou­jours aimé le cinéma : docu­men­tai­res, fic­tions, films d’artis­tes seront pro­je­tés en pré­sen­ces de réa­li­sa­teurs et de per­son­na­li­tés :
- Quand passe le train de Jérémie Reichenbach en sa pré­sence le ven­dredi 15 novem­bre, dans le cadre du « Mois du Film Documentaire » en par­te­na­riat avec Cinéma 93,
- Nous ferons « Ciné dans le salon », du 30 sep­tem­bre au 31 octo­bre pour vous faire décou­vrir les œuvres en vidéo de Valérie Jouve, de Matali Crasset et de Maïder Fortuné, où les corps et les sens sont mis au défi d’archi­tec­tu­res com­plexes, réel­les et ima­gi­nai­res. Trois œuvres issues de la col­lec­tion dépar­te­men­tale d’art contem­po­rain du Conseil géné­ral de la Seine-Saint-Denis.
- Nous accueille­rons le ven­dredi 30 novem­bre, l’asso­cia­tion Khiasma pour une soirée excep­tion­nelle de pro­jec­tion de films dans le cadre de son fes­ti­val de films docu­men­tai­res, dont le titre Possessions a pour projet de faire enten­dre de nou­velle voix de l’Histoire.
- Il sera ques­tion « de vrai et de faux » le ven­dredi 6 décem­bre à tra­vers la pro­jec­tion de trois films courts, une soirée venant en pro­lon­ga­tion aux Rencontres du cinéma docu­men­taire ini­tiées par l’asso­cia­tion Phériphérie.

Nous pour­sui­vons les Écrans phi­lo­so­phi­ques, qui vont s’étendre dès 2014 à deux nou­vel­les salles du dépar­te­ment, L’Ecran à Saint-Denis et Le Trianon à Romainville, en plus du Méliès à Montreuil.

De la musi­que avant toute chose à l’issu des rési­den­ces artis­ti­ques,
- avec Dider Malherbe, Loy Ehrlich, Hilaire Penda et Cyril Atef le jeudi 26 sep­tem­bre, un quar­tet excep­tion­nel ras­sem­blé à l’occa­sion du fes­ti­val MAAD IN 93. Une ren­contre artis­ti­que eth­no­jaz­zi­que de haute vol­tige à ne man­quer sous aucun pré­texte !

- avec Benzine, le samedi 9 novem­bre, un quar­tet com­posé par Franck Vaillant,
 Antonin Rayon orgue Hammond, Julien Desprez et Antonin Tri-Hoang. Pour ce concert jazz­core, le quar­tet invite D’ de Kabal, sla­meur, rap­peur, homme de texte.

Mais aussi, un ciné-concert le ven­dredi 22 novem­bre, avec le groupe CLERKS qui aime autant le jazz que la pop et ça s’entend…

Quelques semai­nes après la ren­trée, nous fini­rons l’année avec un « Cabaret maison », un rendez-vous public et festif des ate­liers de la Maison popu­laire. Ici les artis­tes rési­dents et ama­teurs nous concoc­tent ensem­ble une soirée riche en cou­leurs et en ren­contres.

Quel que soit votre niveau vous pouvez rejoin­dre l’une de nos for­ma­tions d’ensem­ble, l’impor­tant étant de garder le rythme et de jouer ensem­ble.

Tous les ate­liers de pra­ti­ques ama­teurs repren­nent le lundi 30 sep­tem­bre, il reste encore des places, mais dépê­chez-vous quand même...

Nous vous atten­dons pour cette tra­ver­sée hédo­niste et res­pon­sa­ble, qui sera cer­tai­ne­ment agré­men­tée par d’autres actions à venir avec des par­te­nai­res cultu­rels et asso­cia­tions de la ville de Montreuil et au delà… car le par­tage de la pensée et du désir ne connais­sent pas de fron­tiè­res.

Annie Agopian et l’équipe de la Maison popu­laire

Notes

[1d’Hokusai, est réinterprétée en mosaïque par Antoine de Crozé sur la façade de la Maison populaire.

Partager

Haut de page