Philosophie

Michel Foucault "Métamorphoses du sujet”

Mardis 15 février, 15 mars et 29 mars 2005 à 20 h

Séminaire dédié à la rencontre de quatre philosophes à travers la lecture collective d’une œuvre majeure ou d’un ensemble de textes de Gilles Deleuze, Baruch Spinoza, Michel Foucault et Karl Marx.

par Mathieu Potte Bonneville, phi­lo­so­phe, membre du comité de rédac­tion de la revue Vacarme

Qu’est-ce qu’être un sujet, ou se poser comme sujet ? Là où la phi­lo­so­phie, depuis Descartes, iden­ti­fie la sub­jec­ti­vité à la cons­cience, la langue fran­çaise dresse un tableau plus embrouillé : le « sujet », ce peut aussi être le thème ou l’objet d’un propos ou d’une conver­sa­tion (non pas celui qui parle, donc, mais celui dont on parle, et auquel on donne forme à tra­vers le dis­cours) ; ce peut encore être le sujet du roi, l’indi­vidu assu­jetti à un pou­voir qui le domine. Destin para­doxal, donc, que celui du sujet : tantôt indi­vidu par­lant, tantôt figure dépo­sée par le lan­gage ; tantôt foyer d’insou­mis­sion, et tantôt au contraire défini par sa doci­lité. En quel sens, alors, parler de sujets libres ?
Lorsque Michel Foucault déclare, dans l’un de ses der­niers entre­tiens : « en réa­lité, je ne me suis jamais préoc­cupé que du sujet », c’est sans doute à ces para­doxes qu’il fait réfé­rence. Plurielle, frag­men­taire, son |uvre com­prend en effet trois moments essen­tiels, qui tous ont trait au sujet :

- Le pre­mier moment est celui que Foucault nom­mait « archéo­lo­gie » : il fut consa­cré, dans les années 60, à étudier com­ment savoir et dis­cours cons­trui­sent, en vis-à-vis et de façon varia­ble tout au long de l’his­toire, les objets à connaî­tre et les sujets par­lants ;

- Le deuxième moment cor­res­pond à ce que Foucault appe­lait « la généa­lo­gie » : dans les années 70, il s’agis­sait d’exa­mi­ner la façon dont les jeux du pou­voir ne se conten­tent pas de répri­mer ou de nier la libre expres­sion des sub­jec­ti­vi­tés, mais fabri­quent au contraire l’iden­tité, l’indi­vi­dua­lité et la cons­cience du sujet moderne.

- Sur le fond de cette double enquête, Foucault a enfin déve­loppé une « éthique », comme « sty­li­sa­tion de la liberté » : au tour­nant des années 80, il cher­cha à com­pren­dre com­ment les indi­vi­dus ten­tent de se cons­ti­tuer eux-mêmes comme sujets non pas en reven­di­quant un quel­conque libre-arbi­tre ou une capa­cité infi­nie de rup­ture, mais en explo­rant les inters­ti­ces et les failles ouver­tes dans les ensem­bles dis­cur­sifs et poli­ti­ques aux­quels ils appar­tien­nent.

C’est cette triple enquête que les trois séan­ces explo­re­ront, à partir de quel­ques extraits de l’Histoire de la folie, de Surveiller et punir, et de L’Usage des plai­sirs (textes dis­po­ni­bles en col­lec­tion « Tel », chez Gallimard).

Mathieu Potte-Bonneville

Informations

entrée libre

Partager

À venir
Vendredi 24 février 2017 à 20 h
Saison 2004-2005
Mardis 29 avril, 17 mai et 31 mai 2005 à 20 h
Jeudi 26 mai 2005 de 10 h à 12 h
Mardi 10 mai 2005 à 20 h
Mardi 12 avril 2005 à 20 h
Mardis 15 février, 15 mars et 29 mars 2005 à 20 h
Jeudi 10 février 2005 de 10 h à 12 h
Mardis 4 janvier, 18 janvier et 1er février 2005 à 20 h
Mardi 11 janvier 2005 à 20 h
Mardi 14 décembre 2004 à 20 h
Mardis 12 octobre, 9 novembre et 30 novembre 2004 à 20 h
Jeudi 25 novembre 2004 de 10h à 12h
Mardi 2 novembre 2004 à 20 h
Mardi 26 octobre 2004 à 20 h
Rechercher sur le site
Haut de page