Accueil > Cinéma & vidéo > Écrans philosophiques > L’homme de la seconde (...)
Écrans Philosophiques

L’homme de la seconde nature : le rêve (américain) est-il (encore) possible ?

Jeudi 19 novembre 2015 à 20 h 30
Projection suivie d’une présentation et d’une discussion avec les spectateurs.
Au Cinéma Le Méliès de Montreuil.

Films : Les deux cava­liers de John Ford (Etats-Unis, 1961, 1 h 45)
Avec James Stewart, Richard Widmark, Shirley Jones.
pré­senté par Gérard Bras, ancien direc­teur de pro­gramme au CIPh.

Les deux cava­liers appa­raît immé­dia­te­ment comme un wes­tern aty­pi­que, ou plutôt met­tant en crise les codes du genre tout en sem­blant les suivre. La situa­tion ini­tiale est celle où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes (cor­rom­pus) pos­si­bles, embar­rassé par un groupe de lais­sés-pour-compte, parents d’enfants enle­vés depuis plu­sieurs années par des Comanches et qui croit voir son sau­veur en la per­sonne du she­riff Mc Cabe. Mais celui-ci n’agit que sous la contrainte, puis pro­fi­tant de leur désir pour mon­nayer sa mis­sion à prix fort. La réso­lu­tion se donne comme dou­ble­ment désas­treuse : pour les famil­les qui croyaient que les liens du sang assu­raient la per­ma­nence de l’atta­che­ment des leurs à leurs ori­gi­nes ; pour le she­riff lui-même, évincé par son adjoint mina­ble, mais qui a bien assi­milé sa leçon. A en rester là, nous ne serions que devant une déri­sion de wes­tern. Ce schéma est trou­blé par une intru­sion, sur­gis­se­ment aléa­toire d’un électron libre : le retour chez les blancs d’une femme mexi­caine que per­sonne ne récla­mait, ancienne épouse d’un chef coman­che, intruse par­tout où elle se pré­sente. Le tort qu’elle subit et qu’elle nomme ouvre la crise en ren­voyant à chacun le trou­ble insup­por­ta­ble d’une iden­tité rele­vant de la seconde nature, sans pre­mière nature assi­gna­ble. Deleuze disait, à propos de Ford jus­te­ment : « une com­mu­nauté est saine tant que règne une sorte de consen­sus qui lui permet de se faire des illu­sions sur elle-même, sur ses motifs, sur ses désirs et ses convoi­ti­ses, sur ses valeurs et ses idéaux ». En 1961 il n’est plus cer­tain, pour le cinéaste, que ce rêve et cette illu­sion soient encore pos­si­bles : l’intruse révèle que le prix à payer est trop élevé et engage à fuir hors champ, ren­voyant la com­mu­nauté à sa sclé­rose. Vers quel réel ?
Gérard Bras

Informations

Au Cinéma Le Méliès à Montreuil
12 Place Jean Jaurès
Tel. 01 48 70 69 13 
- M° Mairie-de-Montreuil (ligne 9)
Le prix de la séance, conférence comprise :
- Plein tarif, 6 euros
- Tarif réduit, 4 euros (moins de 26 ans, allocataires des minima sociaux, demandeurs d’emploi, retraités, porteurs d’un handicap (+ place gratuite pour un accompagnateur).
- Tarif abonnés : 5 euros

Le cycle des Écrans philosophiques est conçu par la Maison populaire et organisé avec le Collège international de philosophie en collaboration avec trois salles de Cinéma du département de la Seine-Saint-Denis, Le Méliès (Montreuil), L’Ecran (Saint-Denis).

Partager

À venir
Jeudi 27 avril 2017 à 20 h 30
Saison 2015-2016
lundi 23 mai 2016 à 16 h 30
Jeudi 19 mai 2016 à 20 h 30
Jeudi 14 avril 2016 à 20 h 30
Jeudi 17 mars 2016 à 20 h 30
Jeudi 11 février 2016 à 20 h 30
Jeudi 14 janvier 2016 à 20 h 30
Lundi 11 janvier 2016 à 20 h 30
Vendredi 8 janvier 2016 à 20 h 30
Jeudi 17 décembre 2015 à 20h30
Mercredi 9 décembre 2015 à 20 h
Jeudi 3 décembre 2015 à 20 h 30
Jeudi 19 novembre 2015 à 20 h 30
Jeudi 22 octobre 2015 à 20h30
Mercredi 14 octobre 2015 à 20 h
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page