Accueil > Présentation > Édito > L’humain, toujours l’humain

L’humain, toujours l’humain

Printemps-Été 2016

Les objets de com­mu­ni­ca­tion qui faci­li­tes tant notre quo­ti­dien nous don­nent le sen­ti­ment d’avoir une prise sur la réa­lité : sur le temps et l’espace. De quelle réa­lité s’agit-il ?
Qu’en est-il de la « ser­vi­tude volon­taire » lors­que nous com­mu­ni­quons des don­nées per­son­nel­les sur les réseaux sociaux ?
L’être humain serait-il réduit à un objet pris dans le cycle infer­nal de « consom­ma­teur », « mar­chan­dise » « consom­ma­teur++ » ?
Avons-nous une prise sur la cons­truc­tion de notre propre des­ti­née ? Avons-nous une prise sur la marche du monde ?

Il nous revient de ques­tion­ner encore et encore notre sens d’être au monde, la qua­lité de par­tage avec nos contem­po­rains, de ce temps qu’il nous a été donné de vivre ensem­ble, la valeur de la vie de chacun. N’avons-nous pas un devoir de trans­mis­sion auprès de la géné­ra­tion sui­vante ?
Dès ce prin­temps, nous retrou­ve­rons ces ques­tion­ne­ments du point de vue des œuvres des artis­tes invi­tés dans l’expo­si­tion du centre d’art « Comment bâtir un uni­vers qui ne s’effon­dre pas deux jours plus tard 2/3 : Relativités » pro­po­sée par Marie Koch et Vladimir Demoule. Ainsi que du point de vue des artis­tes invi­tés en rési­den­ces de créa­tion, Magali Desbazeille avec son projet « Notre Bonheur International Net, vous connais­sez ? », et le projet de Jean-Charles Massera « Bougez pas, on va se repré­sen­ter nous mêmes parce-que… », cons­ti­tué de vignet­tes vidéo réa­li­sées avec les élèves de la cité sco­laire Jean-Jaurès.

Les concerts démar­rent sur le concept de « Cartes blan­ches ». La pre­mière est confiée à Stéphane Moquet, direc­teur du Cap d’Aulnay dont la ligne de pro­gram­ma­tion artis­ti­que a pour titre « Seule(s) en scène ». Dès à pré­sent réser­vez vos places pour les concerts de Lior Shoov & Gisèle Pape en avril et de Cabadzi en mai pro­chain.

Les soi­rées Cabarets ne sont pas en reste, un moment festif qui réuni sur scène les Mus’pop, les adhé­rents des ate­liers de pra­ti­ques ama­teurs, ins­pi­rées par les muses de la créa­ti­vi­tés et les grou­pes en rési­dence. Un moment de par­ta­ges en famille où l’on peut danser, chan­ter et goûter les mets du Pop’épicé.

Le Pop’orches­tre de la Maison popu­laire qui a fait un « tabac » à la salle des fêtes en réu­nis­sant plus de mille per­son­nes à l’occa­sion du 50e anni­ver­saire de notre asso­cia­tion, se pro­duira de nou­veau le samedi 18 juin lors de la fête de la vil­le­qui a pour thème « Le front popu­laire » dont nous célé­bre­rons le 80e anni­ver­saire. Le Pop’orches­tre ani­mera toute l’après midi le « dan­ce­floor » de la guin­guette géante, dans une ambiance qui rap­pelle les guin­guet­tes d’antan, petit vin blanc et éperlans.
Toute l’équipe de la Maison popu­laire vous attend pour par­ta­ger avec vous ces moments.

Annie Agopian, direc­trice

Partager

Haut de page