Résidence de création artistique

Pascal Marquilly

De janvier à décembre 2017
Artiste invité par Blandine Roselle, commissaire en résidence dans le cadre de l’exposition du centre d’art « L’Autre… De l’image à la réalité ».

Ombres de Chimère

Un projet pluridisciplinaire en cours de développement, pensé en étroite collaboration avec François Andes et Luiz Gustavo Carvalho.
À partir de recherches comparatives sur la thématique de l’ombre, un dispositif numérique est imaginé mettant en avant des concordances ou des similitudes entre les mythes et certains arts populaires de différentes cultures et à différentes époques.

Le projet doit abou­tir à une cho­ré­gra­phie pour tam­bours d’ombres : un ballet de drones sup­por­tant divers méca­nis­mes opti­ques, qui pro­je­tent des ombres dans l’espace de la repré­sen­ta­tion, accom­pa­gnées par une com­po­si­tion musi­cale spa­tia­li­sée.

Confrontant diver­ses repré­sen­ta­tions usant de l’ombre, dans une col­lu­sion lumi­neuse et sonore, il s’agit d’évoquer les appa­ri­tions et dis­pa­ri­tions qui fon­dè­rent cer­tai­nes mytho­lo­gies ou croyan­ces dont l’ombre est la cause ou l’ori­gine.

La démar­che consiste à puiser dans l’his­toire des idées et de la pensée afin de se saisir du phé­no­mène de l’image, de ce que l’œil découpe du réel ou ce que d’autres ont fabri­qué et qui len­te­ment s’ins­cri­vent dans ce qui pour­rait être un incons­cient col­lec­tif du visuel.

Le spec­ta­teur se retrouve placé au centre d’un théâ­tre d’ombre mou­vant, le lieu de fabri­ca­tion des images. Un ballet d’ombres, flot­tan­tes et fuga­ces, se com­po­sants et se décom­po­sant, appa­rais­sant et dis­pa­rais­sant, ouvrant à l’ima­gi­naire ses ter­ri­toi­res encore vier­ges…

L’usage des drones permet de créer une pièce en lévi­ta­tion, qui orga­nise l’espace sans contrainte tech­ni­que d’accro­che, sans point d’appui au sol. La mai­trise de l’espace (sol, mur, pla­fond), des dépla­ce­ments et de la vitesse per­met­tent des super­po­si­tions, croi­se­ments, asso­cia­tions, confron­ta­tions.

Le mou­ve­ment des drones également sera une com­po­sante cons­ti­tu­tive de l’écriture musi­cale dans l’espace. La com­po­si­tion musi­cale sera dif­fu­sée sur des sys­tè­mes de dif­fu­sion ampli­fiés ou par un sys­tème de dif­fu­sion par trans­mis­sion blue­tooth sur cas­ques portés par le public. Le sys­tème de trans­mis­sion du son sera spa­tia­lisé, fonc­tion des dépla­ce­ments du public.

Co-pro­duc­tion et étapes de réa­li­sa­tion
La réa­li­sa­tion de l’ins­tal­la­tion est prévue au fur et à mesure des rési­den­ces qui accueille­ront le projet et en fonc­tion des recher­ches en dra­ma­tur­gie qui vien­dront appuyer le déve­lop­pe­ment scé­ni­que de la pro­po­si­tion et des accoin­tan­ces avec les ter­ri­toi­res d’accueil.

Une pre­­mière étape de tra­­vail de recher­­che et d’expé­­ri­­men­­ta­­tion aura lieu en mars 2017 à la Gare numé­ri­que de Jeumont avec l’équipe de Metalunet, pour conve­nir des dif­­fé­­ren­­tes options de réa­­li­­sa­­tion tech­­ni­­que qui devront être déployées et notam­­ment les sys­­tè­­mes de sus­pen­sion et de pro­­jec­­tion.

Une rési­­dence d’écriture plu­­ri­­dis­­ci­­pli­­naire aura lieu en juillet 2017 au musée Bispo Do Rosario (Rio de Janeiro, Brésil), suivi d’une rési­dence d’écriture dra­­ma­­tur­­gi­que à la Casa Franca Brasil (Rio de Janeiro, Brésil), jusque mi-sep­tem­bre 2017, en col­­la­­bo­­ra­­tion étroite avec François Andes et Luiz Gustavo Carvalho.
Une pre­mière pré­sen­ta­tion de ce tra­vail sera visi­ble lors du fes­ti­val Artes Vertentes à Tiradentes (Brésil) du 11 au 24 sep­tem­bre 2017.
Une ins­tal­la­tion sera pré­sen­tée à la Casa França Brasil en novem­bre et décem­bre 2017.

Descriptif de l’œuvre en projet à la Maison popu­laire
Création d’une série de modu­les méca­ni­sés et lumi­neux pro­je­tant textes et images dans l’espace, pou­vant être sus­pen­dus et moto­ri­sés.

Une dou­zaine de tam­bours d’ombres seront réa­li­sés sur les prin­ci­pes de lan­ter­nes magi­ques et autres jouets opti­ques pré­fi­gu­rant le ciné­ma­to­gra­phe.

Ces tam­bours d’ombres sont dotés de méca­nis­mes opti­ques, opto­élec­tro­ni­ques et lumi­neux per­met­tant la pro­jec­tion d’ombres. Ils sont également équipés de moteurs per­met­tant de les mettre en mou­ve­ments (esca­mo­tage, cir­cu­la­rité, fer­me­ture, ouver­ture, ani­ma­tion…).

Chaque tam­bour est enve­loppé d’une mem­brane percée, ajou­rée, per­met­tant les jeux d’ombres sou­hai­tés. Ces mem­bra­nes ajou­rées sont réa­li­sées soit au décou­page laser, soit en sté­reo­li­tho­gra­phie.
Les tam­bours seront sus­pen­dus dans l’espace. "L’ensem­­ble de l’ins­­tal­­la­­tion est géré par com­­man­­des infor­­ma­­ti­­ques per­­met­­tant la flui­­dité des mou­­ve­­ments pro­­pres à chaque tam­­bour ainsi que dif­­fé­­ren­­tes écritures des jeux d’ombres pro­je­tées direc­­te­­ment sur les cimai­­ses de la salle d’expo­si­tion".
L’œuvre peut évoluer en fonc­tion des essais tech­ni­ques qui seront réa­li­sés dans le cou­rant de l’année 2017 (notam­ment à Lille et à Jeumont en France, à Tiradentes au Brésil).


-  Biographie
Se confron­tant à la réa­lité sociale et poli­ti­que contem­po­raine, le tra­vail de Pascal Marquilly est le plus sou­vent plu­ri­dis­ci­pli­naire. S’épanouissant sous des formes diver­ses, ses mises en scènes inter­ro­gent les méca­nis­mes de la repré­sen­ta­tion, intè­grent la par­ti­ci­pa­tion des publics et leur appré­hen­sion d’une œuvre, ques­tion­nent l’idée du commun.

En tant qu’auteur, il sera le pre­mier lau­réat du prix « Ecrire pour la rue » de la fon­da­tion Beaumarchais/SACD en 1998 pour PPPM et il rece­vra à plu­sieurs repri­ses les bour­ses d’aide à l’écriture de la DMDTS.

Ses tra­vaux théâ­traux seront pro­duits et dif­fu­sés par des fes­ti­vals (Festival trans­na­tio­nal Chalon dans la rue ; Festival Mondial de la Marionnette à Charleville Mézières) ou des scènes natio­na­les (le Bateau Feu à Dunkerque, Culture Commune à Loos en Gohelle), par des musées (Nicéphore Niepce à Chalon-sur-S.) ou encore par l’Institut Français du Pérou, d’Equateur et de Bolivie en 2000 ; à Cuba en 2015.

Ses vidéos ont été pro­je­tées dans de nom­breux fes­ti­vals art-vidéo (Rencontres vidéo et poé­ti­que de Marseille ; Côté Cour à Pantin ; le Cube à Paris ; Vidéoformes à Clermont Ferrant Signes de nuit à Pescara, Italie ; Arts Electronica à Bogota en Colombie ; Festival Viper à Basel en Suisse...).

Ses ins­tal­la­tions ont pris part à la Nuit Blanche à Paris et au Festival Artes Vertentes au Brésil en 2015. Il est fina­liste pour le prix « Art contem­po­rain et champs social » de la fon­da­tion Thalie à Bruxelles et lau­réat de l’appel à projet cultu­rel de l’Institut Français d’Alger en 2016.


- Calendrier de jan­vier à décem­bre 2017
TEMPS DE CRÉATION
Cinq séquen­ces d’une semaine de pré­sence de l’artiste à la Maison popu­laire.
Les quatre pre­miè­res séquen­ces seront dédiées à la pré­pa­ra­tion des tam­bours d’ombres (dessin sur machine) et décou­page laser.
Chaque séquence sera accom­pa­gnée de ren­contres avec dif­fé­rents publics adul­tes et enfants pour les impli­quer dans le pro­ces­sus de créa­tion et abor­der avec eux une dis­cus­sion et échange autour de la mytho­lo­gie.
- du 16 au 21 jan­vier 2017, du 20 au 25 février 2017, du 3 au 8 avril 2017 et du 10 au 14 juillet 2017.

La cin­quième séquence du 20 au 25 novem­bre 2017, sera dédiée à ins­tal­la­tion et régla­ges de l’œuvre.

TRAVAIL AVEC LES PUBLICS
- Samedi 21 Janvier 2017 à 19 h
• Soirée de lan­ce­ment de la rési­dence artis­ti­que de créa­tion mul­ti­mé­dia de Pascal Marquilly.
Présentation de son projet Ombres de Chimère et pro­jec­tion de son film Images du monde, monde d’images (France, 2004, 10’54, Art vidéo, ver­sion ori­gi­nale fran­çaise).
Projection suivie d’un échange avec Pascal Marquilly.

• Ciné-Concert
- date en cours début octo­bre ou début novem­bre 2017
Horizons Lointains
Films de Pascal Marquilly (durée 70 mn)
Une série de films en un plan séquence aler­tant sur l’élévation du niveau des océans.
Un plan séquence - plan fixe - 50 per­son­nes assi­ses sur 50 chai­ses face à la mer - la mer sub­merge les indi­vi­dus...
Un réci­tal au piano de Fugues et cho­ra­les de Bach entre­cou­pés des mor­ceaux du Jatelok de Kurtag inter­prété par Luiz Gustavo Carvalho accom­pa­gne la dif­fu­sion des films.
Voir un extrait du film

RENCONTRES PÉDAGOGIQUES
Chaque ate­lier sera suivi d’une confé­rence per­met­tant aux par­ti­ci­pants d’appré­hen­der les enjeux esthé­ti­ques pro­pres à la déma­té­ria­li­sa­tion d’une image et à sa pro­jec­tion en tant que phé­no­mène phy­si­que.
- Mercredi 8, jeudi 9 mars et ven­dredi 10 mars 2017
De l’image à sa pro­jec­tion - Workshop et confé­rence
La der­nière ren­contre sera suivie d’une confé­rence à 18 heures
L’ate­lier aura pour objet de trans­for­mer des images de dif­fé­ren­tes sour­ces (pho­to­gra­phies, vidéos, pein­tu­res, illus­tra­tions, etc.) par les tech­ni­ques de décou­page ins­pi­rées des théâ­tres d’ombres (Wayang d’Indonésie, du théâ­tre d’ombre de Séraphin, des tech­ni­ques d’ani­ma­tion de Michel Ocelot…).
Ces décou­pa­ges pour­ront être réa­li­sés manuel­le­ment (décou­page de papier, tech­ni­que de pochoir…) ou par le biais des outils de com­po­si­tion infor­ma­ti­que (Illustrator, vec­to­ri­sa­tion, découpe laser).
Horaires : de 9 h -12 h / 14 h à 18 h (Par cré­neaux de 2 heures et plus si dis­po­ni­bi­li­tés)
Durée : 3 jours
Public : pas de pré-requis
Nombre de par­ti­ci­pants : 10
Workshop : com­po­si­tion sur Illustrator
Lieu : Maison popu­laire

- Mercredi 27, jeudi 28 et le ven­dredi 29 sep­tem­bre2017
• Jeu d’ombres, jeux de l’autre - Workshop et confé­rence
La der­nière ren­contre sera suivie d’une confé­rence à 18 heures
L’ate­lier aura pour objet de tester dif­fé­ren­tes pos­si­bi­li­tés de pro­jec­tions d’ombres dans l’espace, de fabri­quer des dis­po­si­tifs de pro­jec­tion à partir des réa­li­sa­tions effec­tuées lors du pré­cé­dent ate­lier.
Parallèlement, le corps sera mis à contri­bu­tion tant comme sur­face de pro­jec­tion que comme outil per­met­tant la créa­tion d’ombres.
Horaires : 14 h-18 h
Durée : 3 jours
Public : pas de pré-requis
Nombre de par­ti­ci­pants : 10
Workshop : essais de pro­jec­tion d’ombres
Lieu : Maison pop.
• Rencontre : Journée enfant le mer­credi 27 sep­tem­bre.

DIFFUSION
- Du lundi 27 novem­bre au samedi 9 décem­bre 2017
Une semaine du 9 au 13 octo­bre ins­tal­la­tion et régla­ges de l’œuvre
L’ins­tal­la­tion pourra pren­dre place dans le salon.
Le public est face aux tam­bours sus­pen­dus, avec les dif­fu­sions sono­res.
Le théâ­­tre d’ombre sera déployé dans le salon. Entre ins­­tal­­la­­tion et théâ­tra­lité, le public pourra décou­vrir les tam­bours sus­pen­dus, animés en accord avec la com­po­si­tion sonore asso­ciée.

- Vendredi 8 décem­bre 2017 à partir de 18 h
Soirée de finis­sage du cycle d’expo­si­tions et lan­ce­ment du cata­lo­gue d’expo­si­tion suivie d’une confé­rence per­for­mance par Pascal Marquilly.
À la Maison popu­laire - Entrée gra­tuite

Informations

La Maison populaire est soutenue par la Ville de Montreuil, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, le Conseil régional d’Ile-de-France, le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Ile-de-France.

Pour tous renseignements contactez Annie Agopian

Partager

À venir
Mercredi 8, jeudi 9 mars et ven­dredi 10 (...)
Saison 2016-2017
Mercredi 8, jeudi 9 mars et ven­dredi 10 mars 2017
Samedi 21 Janvier 2017 à 19 h
De janvier à décembre 2017
De janvier à décembre 2016
du 24 au 28 octobre 2016
les 20, 21, 22 septembre 2016 de 10 h à 18 h
Du lundi 5 au vendredi 16 septembre 2016
Rechercher sur le site
Haut de page