Arts numériques

Germination

Vendredi 20 mai 2005 à 20 h 30

Performance de RYBN
Plonger dans un espace où germent sous nos yeux des images, du son et des odeurs - imprévisibles, improvisés.

Ce col­lec­tif d’artis­tes invite à une autre décou­verte de nos espa­ces visuels, sono­res et olfac­tifs, où nos sens sont bous­cu­lés par ce qu’indui­sent les inte­rac­tions entre les dif­fé­rents éléments, en per­pé­tuel déca­lage. En se réap­pro­priant une tex­ture oni­ri­que, en ren­dant chaque élément per­méa­ble les uns aux autres, RYBN nous amène à inter­ro­ger nos habi­tu­des, pour recom­bi­ner les dif­fé­rents signaux reçus. Il nous plonge au cœur d’une expé­rience d’immer­sion sen­so­rielle dense qui ques­tionne et met à l’épreuve nos sys­tè­mes de per­cep­tion et nos prin­ci­pes cog­ni­tifs.

JPEG - 53.7 ko
RYBN (Germination)
Affiche

Couche visuelle
Des séquen­ces vidéos, pro­je­tées au centre de la scène, sont com­po­sées de séries de pho­to­gra­phies numé­ri­ques, arti­cu­lées sur des micro­mou­ve­ments. Les prises de vues sont réa­li­sées de nuits, en pose-B.
Elles repré­sen­tent des objets archi­tec­tu­raux, des déserts urbains dont l’être humain est absent. Les séries pho­to­gra­phi­ques met­tent en scène la sec­to­ri­sa­tion des espa­ces. de vies, dont la découpe est impo­sée par l’urba­nisme.
Les espa­ces sont captés de manière poé­ti­que : les scènes, d’appa­rence bana­les, recè­lent une ambi­guité, une réa­lité impé­né­tra­ble. L’être humain censé habi­ter ces lieux a dis­paru, leur confé­rant une dimen­sion abs­traite et les ame­nant au rang d’objets sub­jec­tifs. Le parti pris esthé­ti­que se réfère à « l’inquié­tante étrangeté ».

Couche sonore
L’élément sonore est réa­lisé en temps réel, avec une mul­ti­pli­cité de sup­ports de créa­tions (poly­lo­gi­ciel), et une plu­ra­lité de sour­ces (enre­gis­tre­ments, sam­ples, ins­tru­ments numé­ri­ques ou ana­lo­gi­ques, acous­ti­ques, silen­ces).
Le tra­vail de trai­te­ment sonore explore les seuils de tolé­ran­ces, les extrê­mes audi­tifs et les contras­tes pro­duits par leurs enchai­ne­ments. RYBN joue avec la sup­pres­sion et la per­ver­sion des repè­res et réflexes per­cep­tifs liés à la musi­que (mélo­dies, ryth­mes, bou­cles). Les détour­ne­ment et emprunts au maté­riau musi­cal vien­nent nour­rir la couche sonore.

Couche olfac­tive
L’élément olfac­tif est basé sur une tech­no­lo­gie inno­vante de contrôle-com­mande, via une inter­face numé­ri­que. Il est uti­lisé sur le mode de l’enchaî­ne­ment : une par­ti­tion olfac­tive est jouée par des dif­fu­seurs répar­tis dans l’espace de la per­for­mance, dif­fu­sant des odeurs par inter­val­les contrô­lés.
L’élément olfac­tif est uti­lisé comme moteur d’abs­trac­tion : l’odeur, extraite de sa source ini­tiale, est uti­li­sée comme un pont vers la mémoire olfac­tive et sa sym­bo­li­que liée, vers l’incons­cient col­lec­tif.
L’uti­li­sa­tion de la couche olfac­tive permet de nuan­cer, ren­for­cer. ou contre­dire une per­cep­tion.

Informations

Les odeurs sont diffusées par des robots de la société Eol Systems.


Entrée libre sur réservation

Partager

Saison 2003-2004
Mercredi 29 et jeudi 30 juin 2005 à 21 h
Vendredi 4 juin 2004 à 20 h 30
Dimanche 22 mai 2005 à 17 h
Vendredi 20 mai 2005 à 20 h 30
Mardi 17 mai 2005 à 19 h
Vendredi 14 mai 2004 à 20 h 30
Vendredi 30 avril 2004
Vendredi 30 avril 2004 à 20 h 30
Mardi 19 avril 2005 à 20 h 30
Vendredi 1er et samedi 2 avril à 20 h 30
Vendredi 26 mars 2004 à 20 h 30
Vendredi 12 mars 2004 à 20 h 30
Vendredi 5 et samedi 6 mars 2004 à 20 h 30
Vendredi 6 février 2004 à 20 h 30
Samedi 31 janvier 2004 à 20 h 30
Vendredi 23 janvier 2004 à 20 h 30
Vendredi 17 décembre 2004 à 20 h 30
Vendredi 5 décembre et samedi 6 décembre 2003 à 20 h 30
Vendredi 28 novembre 2003 à 20 h 30
Vendredi 17 octobre 2003 à 20 h 30
Vendredi 26 septembre 2003 à 20 h 30
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page