Arts numériques

Grenze

Mardi 17 mai 2005 à 19 h

Vidéo-performance d’après Le Capital de Karl Marx
Cette performance s’inscrit dans le cadre du cycle Ce qui force à penser et de ses séminaires philosophiques. Elle sera suivie à 20 h par la deuxième rencontre animée par Daniel Bensaïd autour de Karl Marx, philosophe (Karl Marx à Montreuil).

« Des choses elles-mêmes, nous ne savons rien, mais nous sommes en revan­che très sen­si­bles à leur posi­tion. » Ossip Mandelstam, entre­tien sur Dante.

Grenze est une vidéo-per­for­mance d’après le Capital de Karl Marx. Les séquen­ces (ani­ma­tions 3D, 2D) y sont pro­je­tées et mixées en temps réel. A chaque séquence vidéo cor­res­pond un frag­ment du texte de Karl Marx. En modi­fiant son dérou­le­ment, en met­tant en crise sa durée, en la fai­sant se répé­ter, Grenze se recou­vre, s’inverse pour révé­ler une autre durée, s’accom­plis­sant dans une syn­thèse du temps pré­sent entre passé et futur, tou­jours ins­ta­bles.

Grenze : la limite en tant que fron­tière sépa­rant deux domai­nes et que par défi­ni­tion l’on peut passer.

JPEG - 110.9 ko
Grenze, extrait

OBJET/
Grenze ouvre, à tra­vers des lec­tu­res frag­men­tées du Capital de Karl Marx, une séries d’obser­va­tions autour du capi­tal d’aujourd’hui en par­ti­cu­lier com­ment le capi­tal capte nos vies, nos sub­jec­ti­vi­tés.
Grenze est une vision des méta­mor­pho­ses du sys­tème capi­ta­liste. Il s’arti­cule autour de lui. Il en donne une tra­duc­tion visuelle. Il met pro­gres­si­ve­ment en place une chaîne de mou­ve­ments méta­mor­phi­ques. A la cons­truc­tion d’un méca­nisme infer­nal qui emporte tout, répon­dent notre regard, notre attente, le temps.

DEVELOPPEMENT/
Dans le Capital, Marx uti­lise sou­vent les mots formes, mou­ve­ments, méca­nisme, divi­sions, cir­cons­tan­ces nou­vel­les, limi­tes orga­ni­ques, trans­for­ma­tions, révo­lu­tion. Quand il parle de l’ouvrier, il le décrit comme agent très impar­fait dans la pro­duc­tion d’un mou­ve­ment continu.
Dans Grenze, le capi­tal est repré­senté par un cube appelé cube-capi­tal en per­pé­tuelle recom­po­si­tion. Une deuxième figure, la forme-mar­chan­di­ses lar­vaire, repré­sente les mar­chan­di­ses, tandis que les ouvriers sont repré­sen­tés par un trian­gle, la figure-ouvriers, qui se trans­forme en s’appau­vris­sant. Le trai­te­ment à l’image s’atta­che à faire évoluer en per­ma­nence non seu­le­ment la forme mais la matière de ces figu­res.

Unites De Developpement Artificielles/
Grenze est com­posé de séquen­ces appe­lées unités de déve­lop­pe­ment arti­fi­ciel­les (UDA). Ainsi, le texte paraît frag­menté, désar­ti­culé. Puis il se confronte à la vie des figu­res qui sont ses tra­duc­tions visuel­les. Enfin les mou­ve­ments des figu­res créent leurs pro­pres struc­tu­res pour mettre à nu les trans­for­ma­tions du capi­tal aujourd’hui.

Corps Sonores, Musique Electronique/
Des images sono­res accom­pa­gnent Grenze. Les formes et figu­res sont pour la plu­part des corps sono­res avec leurs sons spé­ci­fi­ques qui évolueront pen­dant toute la durée du film. Les réso­nan­ces, inter­fé­ren­ces et vibra­tions sont par­ti­cu­liè­re­ment tra­vaillées et le dia­lo­gue prend place entre les sons. Le vent s’ins­talle au centre des images et agit comme pro­pa­ga­teur ou révé­la­teur des images sono­res.

Voix Off/
Grenze res­ti­tue des frag­ments du Capital, par le biais de voix off. Une mul­ti­tude de voix lisent les frag­ments du Capital.Ces voix sont enre­gis­trées puis confron­tées aux formes et aux figu­res. Ces voix sont celles des sta­giai­res de AERI (asso­cia­tion d’inser­tion pro­fes­sion­nelle), d’artis­tes, de comé­diens et d’enfants. L’ensem­ble des per­son­nes (envi­ron 50) forme un chœur tout au long du film. D’autres frag­ments tirés des Grundrisse, de Karl Marx (manus­crits 1857-1858) vien­nent se super­po­ser aux frag­ments du Capital.

JPEG - 85.3 ko
Grenze
Affiche

Informations

video-performance : Patrick Fontana
musique électronique : Aelters
infographie : Pierre-Yves Fave


Entrée libre

Partager

Saison 2003-2004
Mercredi 29 et jeudi 30 juin 2005 à 21 h
Vendredi 4 juin 2004 à 20 h 30
Dimanche 22 mai 2005 à 17 h
Vendredi 20 mai 2005 à 20 h 30
Mardi 17 mai 2005 à 19 h
Vendredi 14 mai 2004 à 20 h 30
Vendredi 30 avril 2004
Vendredi 30 avril 2004 à 20 h 30
Mardi 19 avril 2005 à 20 h 30
Vendredi 1er et samedi 2 avril à 20 h 30
Vendredi 26 mars 2004 à 20 h 30
Vendredi 12 mars 2004 à 20 h 30
Vendredi 5 et samedi 6 mars 2004 à 20 h 30
Vendredi 6 février 2004 à 20 h 30
Samedi 31 janvier 2004 à 20 h 30
Vendredi 23 janvier 2004 à 20 h 30
Vendredi 17 décembre 2004 à 20 h 30
Vendredi 5 décembre et samedi 6 décembre 2003 à 20 h 30
Vendredi 28 novembre 2003 à 20 h 30
Vendredi 17 octobre 2003 à 20 h 30
Vendredi 26 septembre 2003 à 20 h 30
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page