Accueil > Présentation > Édito > Rencontre de la création (...)

Rencontre de la création et de la pensée

Septembre 2004

Cette nou­velle saison est une invi­ta­tion faite à nos publics à une ren­contre entre la créa­tion et la pensée. Elle pren­dra corps par les rési­den­ces artis­ti­ques, des moments de ren­contres pos­si­bles entre les artis­tes et les futurs par­ti­ci­pants invi­tés à une « immer­sion » dans un pro­ces­sus de créa­tion. Chaque expé­rience don­nera lieu à une pré­sen­ta­tion.
Dans le cadre de l’année du Brésil, nous avons invité Claudio Basilio, cho­ré­gra­phe, pour la créa­tion du spe­ca­cle De l’autre côté de la mer avec sa com­pa­gnie et dix adhé­rents de l’ate­lier Capoeira. Jean Lambert-Wild et Jean-Luc Therminarias de la coo­pé­ra­tive 326 sont invi­tés par le seceur culture
numé­ri­que pour un tra­vail sur la voix, le son et la spa­cia­li­sa­tion en temps réel. La pré­sen­ta­tion de deux spe­ca­cles, Insensatez, une créa­tion musi­cale d’Adriana Pedrolo, mise en scène par Néry, et Je suis de ceux-là qui ne se réveillent que pour conti­nuer à rêver, une per­for­mance en danse contem­po­raine par la com­pa­gnie Ortéma, alliant musi­que élecronique et pro­jec­tions vidéo, vien­dront cou­ron­ner une in de rési­dence.
Deux ate­liers de la Maison popu­laire s’enga­gent dans la créa­tion : Cannis Lupus pour l’ate­lier Danse contem­po­raine animé par Cathy Testa, et une adap­ta­tion de Lysistrata d’Aristophane pour l’ate­lier Théâtre animé par Agnès Duclos. Les pré­sen­ta­tions publi­ques sont pré­vues en juin 2005.

La pensée se cultive aussi par le par­tage et l’échange, les sémi­nai­res du mardi Ce qui force à penser, soit plus de trente séan­ces sur la saison, sont d’autres moments de ren­contres avec des phi­lo­so­phes pour qui l’acua­lité de la pensée de Deleuze, Spinoza, Foucault et Marx sont une urgence à par­ta­ger par une (re)lecure col­le­cive d’extraits de textes ; des socio­lo­gues et psy­cha­na­lys­tes qui inter­ro­gent leur domaine, de l’inté­rieur même de leurs pra­ti­ques, avec leurs doutes et leurs cri­ti­ques ; et des psy­cha­na­­lys­tes qui nous livrent une lecure de Lacan et plus par­ti­cu­liè­re­ment autour de sa théo­rie de l’angoisse.

Nous pour­sui­vons notre col­la­bo­ra­tion avec le cinéma Georges-Méliès sur les Écrans phi­lo­so­phi­ques et le cycle Résonances, dont vous trou­ve­rez la pro­gram­ma­tion au fur et à mesure sur le site de la Maison popu­laire et le pro­gramme du Méliès.

Le centre d’art mène à terme le tra­vail engagé sur la ville de Montreuil avec le col­le­cif Des ter­ri­toi­res sous la hou­lette de Jean-François Chevrier, par l’expo­si­tion Projection d’un ter­ri­toire, et une per­for­mance dans l’espace public au prin­temps pro­chain, invi­tant la popu­la­tion à des par­cours déam­bu­la­toi­res dans la ville.

De jan­vier à décem­bre 2005, le com­mis­sa­riat est conié à Yves Brochard pour la pré­sen­ta­tion d’un cycle d’expo­si­tions en trois volets, Le jeune, le vivace, le bel aujourd’hui.
Parallèlement, le centre d’art pro­pose un nou­veau cycle de ren­contres et de pro­jec­tions autour de la vidéo et du ilm d’artiste, Rec., Play, Rew.

Les expo­si­tions, les débats et les per­for­man­ces, au pro­gramme du sec­teur culture numé­ri­que, sont des invi­ta­tions pour tous les curieux de l’acua­lité du mul­ti­mé­dia qui opè­rent dans des champs de résis­tan­ces, face aux nivel­le­ments et aux contrô­les, pour faire de leurs détour­ne­ments des aces de créa­tion. Rendez-vous donc avec les œuvres inte­ra­ci­ves de Magali Desbazeille, Joffrey Dieumegard et Miguel Chevalier et lors de la carte blan­che de Nathalie Magnan autour de l’hack­ti­visme.

Le tout en musi­que dans l’Argo’notes, avec des concerts dédiés à la nou­velle chan­son fran­çaise et aux musi­ques du monde, et pour com­men­cer, rendez-vous avec Adriana Pedrolo, Las ondas Marteles, Ü (Travis Bürki) & Frank Monnet, Pat’Jaune, dont vous pouvez écouter dès à pré­sent des extraits sur notre site.

Au bou­quet des plus de cent acti­vi­tés déjà exis­tan­tes, se joi­gnent cette saison le Slam, l’Arabe lit­té­ral, le Chinois, le Vietnamien, le Portugais du Brésil, et pour les enfants, l’Ensemble vocal et les Percussions afri­cai­nes.

Face au succès et à l’affluence aux repré­sen­ta­tions des ate­liers à la fin de saison der­nière au théâ­tre Berthelot, où beau­coup de per­son­nes n’ont pas pu assis­ter à l’ensem­ble des pres­ta­tions, nous avons réservé pour juin pro­chain la salle des fêtes de la mairie. Nous espé­rons ainsi donner à chacun la pos­si­bi­lité de décou­vrir de manière convi­viale et déten­due la richesse de notre asso­cia­tion à tra­vers l’expres­sion de ses adhé­rents, et peut-être aussi sus­ci­ter de nou­vel­les voca­tions.
— Au cours de l’une de ces soi­rées consa­crées à la voix, Antonio Cauchois, met­teur en scène, a remar­qué la pres­ta­tion des ate­liers Vocal Jazz et Chants du monde. Aussi a-t-il sol­li­cité notre asso­cia­tion pour son projet de mise en scène de la pièce, Zweig-Montaigne, le car­na­val du cré­pus­cule, dont la pré­sen­ta­tion est prévue au théâ­tre Berthelot la saison pro­chaine. Le scé­na­rio de cette pièce est co-signé avec Marcel Julian, qui nous a quitté il y a peu. Antonio Cauchois sou­haite donc asso­cier à la dyna­mi­que de cette créa­tion, les adhé­rents des ate­liers Vocal Jazz et Chant du monde, res­pe­ci­ve­ment animé par Merle-Anne Prins-Jorge et Marie Estève. Une pre­mière ren­contre s’est tenue in juin avec les per­son­nes citées ci-dessus et treize adhé­rents, non encore partis en vacan­ces, qui ont trouvé la pro­po­si­tion plus qu’inté­res­sante, puisqu’elle concerne non seu­le­ment leur inter­ven­tion vocale, tels les chœurs anti­ques, mais aussi une pré­sence scé­ni­que en cours d’écriture. Une nou­velle ren­contre est prévue le 7 sep­tem­bre, pour élargir cette invi­ta­tion aux autres adhé­rents de ces ate­liers.

Voilà une saison pleine de pro­mes­ses !

Toute l’équipe est là pour par­ta­ger avec vous ces moments que nous sou­hai­tons enri­chis­sants pour tous.

Annie Agopian, direc­trice

Partager

Haut de page