Accueil > Séminaires & rencontres > Art in vivo > L’altérité de l’œuvre et (...)
Art in Vivo

L’altérité de l’œuvre et la singularité de l’artiste : deux défis pour le visiteur

mercredi 29 octobre 2008 à 20 h

avec Emmanuelle Chérel, docteur en histoire de l´art, et Dominique Chateau, professeur au département d’Arts plastiques et Sciences de l’art à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne

L’artiste, l’œuvre et le visi­teur sont les trois pro­ta­go­nis­tes au centre de cette séance. À tra­vers les ques­tions de la défi­ni­tion d’une œuvre d’art et celle d’un artiste, il s’agira d’abor­der la ques­tion de la récep­tion de l’œuvre.
Comment le regard du visi­teur par­ti­cipe-t-il de ces défi­ni­tions ?

L’œuvre est phénomène et expérience.

La par­cou­rir, la pra­ti­quer peut renou­ve­ler la per­cep­tion et sti­mu­ler de nou­vel­les pos­si­bi­li­tés d’inter­pré­ta­tion. La struc­ture ouverte de l’oeuvre contem­po­raine pro­vo­que un maillage serré de che­mi­ne­ments cri­ti­ques qui laisse des pra­ti­ques de liberté au spec­ta­teur. Accepter d’être éventuellement modi­fié par cette alté­rité invite à la réflexion et à l’émergence de nou­veaux modes de sub­jec­ti­va­tion. L’oeuvre n’est pas neutre comme un point d’obser­va­tion indif­fé­rem­ment situé, ici ou là, mais agit dans un moment spé­ci­fi­que chargé des ten­sions et des contra­dic­tions qui tra­vaillent une conjonc­ture. Elle est liée à une culture, une orga­ni­sa­tion sociale, à des rap­ports d’échanges et de pou­voir. À partir de quel­ques exem­ples, nous ver­rons que le contexte contem­po­rain (pro­ces­sus de mon­dia­li­sa­tion actuel, appa­ri­tion de l’his­toire des autres…) conduit à penser les confi­gu­ra­tions hété­ro­gè­nes, les dif­fé­ren­tes moder­ni­tés et l’his­to­ri­cité des pra­ti­ques artis­ti­ques contem­po­rai­nes. Il induit la cons­ti­tu­tion d’un nou­veau savoir théo­ri­que et his­to­ri­que, voir la redé­fi­ni­tion du corpus social, cultu­rel et intel­lec­tuel qui concourt au juge­ment sur les œuvres." EC

- Docteur en his­toire de l´art contem­po­rain, Emmanuelle Chérel, ensei­gne l’his­toire et la théo­rie des arts à l ‘Ecole supé­rieure régio­nale des beaux-arts de Nantes. Membre du labo­ra­toire lan­ga­ges actions urbai­nes, usages, alté­ri­tés (L.A.U.A) de l’Ecole Nationale supé­rieure d’Architecture de Nantes, elle a mené dif­fé­ren­tes recher­ches sur le rôle et la situa­tion de l’art en milieu urbain. Actuellement elle s’inté­resse plus par­ti­cu­liè­re­ment aux pro­ces­sus induits par la mon­dia­li­sa­tion contem­po­raine.

Je partirai de l’idée d’Hannah Arendt que la société récupère dans son patrimoine des productions d’artistes qui lui sont hostiles.

Le lieu d’expo­si­tion réa­lise la fonc­tion d’inté­gra­tion au patri­moine en même temps qu’il met le visi­teur devant toutes sortes d’écarts par rap­port à la norme. Dans la période moderne cela a concerné un débat, dans les termes de Clement Greenberg, entre l’avant-gar­disme, le dis­cours de l’avant-garde, et l’avant-gar­dité, les avan­cées for­mel­les de l’avant-garde. En dépit de ce que l’avant-gar­disme pro­clame, l’avant-garde incline les artis­tes moins à détruire le patri­moine qu’à pro­duire la nou­velle pro­po­si­tion artis­ti­que qui l’emporte sur les pré­cé­den­tes, sou­vent puisée dans le patri­moine, rénové, revu et cor­rigé, et sur­tout sus­cep­ti­ble d’enri­chir ce patri­moine. Mais qu’en est-il aujourd’hui de cette atti­tude cri­ti­que en même temps que féconde ? L’obses­sion de la socia­bi­lité, du lien social, ne va-t-elle pas dans un sens opposé ? La sin­gu­la­rité est-elle deve­nue conven­tion­nelle ? Et l’alté­rité de l’œuvre, pure­ment pro­mo­tion­nelle ?" DC

- Dominique Chateau est pro­fes­seur d’esthé­ti­que et de cinéma à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il a publié notam­ment : La Question de la ques­tion de l’art (Presses Universitaires de Vincennes 1994), L’Héritage de l’art, Imitation, Tradition & Modernité, (L’Harmattan, 1998), Duchamp et Duchamp (L’Harmattan, 1999), Arts plas­ti­ques : archéo­lo­gie d’une notion, (Jacqueline Chambon, 1999), La Philosophie de l’art, Fondation et fon­de­ments, (L’Harmattan, 2000), Qu’est-ce que l’art ? (L’Harmattan, 2001), Cinéma et Philosophie, (Nathan, 2003), Sartre et le cinéma, (Séguier, 2005), Esthétique du cinéma, (Armand Colin, 128, 2006), Qu’est-ce qu’un artiste ?, (PUR, Aesthetica), 2008.

Informations

- Tarif normal : 3 euros
- Tarifs réduits pour les abonnés à la diffusion

Partager

À venir
Vendredi 2 juin 2017 de 20h à 22h
Saison 2008-2009
saison 2008-2009
saison 2008-2009
mercredi 27 mai 2009 à 20 h 30
vendredi 15 mai 2009 à 20 h 30
mercredi 6 mai 2009 à 20 h
mercredi 29 avril 2009 à 20 h
mercredi 1er avril 2009 à 20 h
vendredi 6 mars & samedi 7 mars 2009 de 18h à 22h
mercredi 4 mars 2009 à 20 h
mercredi 4 février 2009 à 20 h
mercredi 28 janvier 2009 à 20 h
vendredi 23 janvier 2009 à 20 h 30
mercredi 21 janvier 2009 à 20 h
mercredi 17 décembre 2008 à 20 h
mercredi 3 décembre 2008 à 20 h
samedi 29 novembre 2008 à 14h
vendredi 28 novembre 2008 à 20 h 30
mercredi 12 novembre 2008 à 20 h
mercredi 29 octobre 2008 à 20 h
mercredi 22 octobre 2008 à 20 h
vendredi 3 octobre 2008 à 20 h 30
mercredi 1er octobre 2008 à 20 h
Rechercher sur le site
Haut de page