Accueil > Cinéma & vidéo > Écrans sociaux > Sankofa Films & Isaac
Écran social

Sankofa Films & Isaac Julien

mercredi 18 février 2009 à 20 h 30
Insurgés du corps ! Art en action

Textes : Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff

Fondée en 1983 par Isaac Julien, Martina Attille, Maureen Blackwood, Nadine Marsh-Edwards et Robert Crusz, la « Sankofa Film and Video », col­lec­tif pion­nier de jeunes cinéas­tes noirs bri­tan­ni­ques, dont le tra­vail exa­mine la cons­truc­tion de la per­cep­tion de l’iden­tité noire, a pour visée la réap­pro­pria­tion des récits de leurs his­toi­res.
La « Sankofa Film and Video » fait partie dans les années 80 de la vague du black cinéma indé­pen­dant bri­tan­ni­que qui com­prend de nom­breux autres col­lec­tifs et qui, grâce au sou­tien d’ins­ti­tu­tions publi­ques, leur per­met­tant de tra­vailler depuis une très grande liberté for­melle, cons­ti­tuera une expé­rience iné­dite dans l’his­toire du black cinéma.
Isaac Julien, cinéaste et théo­ri­cien, né à Londres en 1960, devient l’un des repré­sen­tants, avec les autres mem­bres de la Sankofa, du new black queer cinema, qui éclôt dans ces années et se fait plus par­ti­cu­liè­re­ment l’expres­sion d’artis­tes noirs gays et fémi­nis­tes. Dans ses films et vidéos, à l’esthé­ti­que sen­suelle et oni­ri­que, nour­ris des théo­ries post­co­lo­nia­les, Isaac Julien mêle docu­men­taire et fic­tion et explore des ter­ri­toi­res cultu­rels mou­vants, des iden­ti­tés hybri­des, qui échappent aux cadres natio­naux et essen­tia­lis­tes. Il tra­vaille aujourd’hui à partir de la pho­to­gra­phie, de l’ins­tal­la­tion et l’art contem­po­rain.
Nommé pour le Turner Prize en 2001 pour ses ins­tal­la­tions Long Road to Mazatlàn (1999) et Vagabondia (2000), Isaac Julien a également reçu en 1991 le prix de la cri­ti­que au fes­ti­val de Cannes pour son film Young Soul Rebels.
Maureen Blackwood, écrivaine d’ori­gine jamaï­caine, co-fon­da­trice de la Sankofa et co-réa­li­sa­trice de The Passion of remem­brance avec Isaac Julien, est auteure de plu­sieurs films qui abor­dent les thé­ma­ti­ques du déra­ci­ne­ment et de l’iden­tité des femmes de cou­leur.

TERRITORIES d’Isaac Julien (1984, 25’)

« Nous lut­tons pour com­men­cer une his­toire, une his­toire des formes cultu­rel­les spé­ci­fi­ques du peuple noir. »
_ Territories, entre docu­men­taire et vidéo d’artiste, réa­lisé autour du Nothing Hill Carnival, car­na­val de la com­mu­nauté noire et cari­béenne, des sound system et de la culture reggae, et lieu de conflits entre la jeu­nesse noire et la police, est une médi­ta­tion poé­ti­que sur la ville, le ter­ri­toire, les quar­tiers délais­sés et une réflexion cri­ti­que sur l’image des noirs trans­mise par les médias et le sort des migrants de la dia­spora noire au sein de la société bri­tan­ni­que.

THE PASSION OF REMEMBRANCE de Maureen Blackwood and Isaac Julien (1986, 80 min)

Film-essai, docu­men­taire expé­ri­men­tal, fic­tion lyri­que, The Passion of Remembrance est le pre­mier long métrage pro­duit par la Sankofa Film and Audio. Il cons­ti­tue un por­trait sans conces­sion de l’atti­tude du gou­ver­ne­ment Thatcher face aux mino­ri­tés et explore simul­ta­né­ment la dif­fi­culté de la recons­ti­tu­tion d’une his­toire poli­ti­que des noirs depuis des iden­ti­tés non inter­ro­gées. Ainsi, il tente d’inter­connec­ter les ques­tions de sexua­lité et de genre et les pro­blé­ma­ti­ques de classe et de race. Combinant séquen­ces docu­men­tai­res et mono­lo­gues allé­go­ri­ques, le récit suit la tra­jec­toire d’une jeune femme noire, tout en res­ti­tuant une mosaï­que des dif­fé­ren­tes dimen­sions de l’expé­rience noire vécue et ima­gi­née par une géné­ra­tion de cinéas­tes au Royaume Unis.

Informations

Projections suivies d’une discussion.

Une collaboration entre la Maison populaire, le cinéma Le Méliès et l’association Le Peuple qui manque (www.lepeuplequimanque.org).

Les séances ont lieu à 20 heures. Pour des raisons relatives à la disponibilité du film, vérifier qu’elles ont bien lieu, ainsi que l’horaire qui peut varier selon la durée de la projection, auprès du cinéma Le Méliès 01 48 58 90 13, ou de la Maison Populaire de Montreuil 01 42 87 08 68 / www.maisonpop.fr.

Pour la projection un droit d’entrée est perçu : - tarif plein : 5,50 euros - tarif carte passion et - de 25 ans : 4,35 euros (réservé aux Montreuillois, aux habitants du 20ème arrondissement, et aux adhérents Renc’Art munis de leur carte, chômeurs) - carnet de 10 places : 39 euros

La rencontre a lieu ensuite, l’entrée y est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Au cinéma Georges Méliès Centre commercial M° Croix-de-Chavaux (ligne 9) 93100 Montreuil

Pour plus d’informations sur les écrans : Annie Agopian

Partager

Saison 2008-2009
saison 2008-2009
saison 2008-2009
mercredi 10 juin 2009 à 20 h
mercredi 3 juin 2009 à 20 h
vendredi 29 mai 2009 à 20 h30
mercredi 13 mai 2009 à 20 h
mercredi 8 avril 2009 à 20 h
vendredi 3 avril 2009 à 20 h30
mercredi 25 mars 2009 à 20 h
vendredi 20 mars 2009 à 20 h30
mercredi 11 mars 2009 à 20 h
mercredi 18 février 2009 à 20 h 30
mercredi 11 février 2009 à 20 h
vendredi 16 janvier à 20 h30
mercredi 14 janvier 2009 à 20 h 30
mercredi 7 janvier 2009 à 20 h 15
mercredi 10 décembre 2008 à 20 h 15
vendredi 5 décembre 2008 à 20 h30
mercredi 26 novembre 2008 à 20 h
vendredi 14 novembre 2008 à 20 h30
mercredi 5 novembre 2008 à 20 h
vendredi 17 octobre 2008 à 20 h30
mercredi 15 octobre 2008 à 20 h
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page