Sciences humaines & philosophie

Travail de la culture et culture du travail

animés par Nicolas Frize et Yves Clot

  • Travail de la culture et culture du travail (Partie 1) (02/12/09)
  • Travail de la culture et culture du travail (Partie 2) (02/12/09)

À cet instant, certains d’entre nous ont UN travail (une activité professionnelle), d’autres n’ont PAS de travail, d’autres enfin ont DU travail (disons qu’ils sont employés à « faire » quelque chose). Dans tous les cas, la condition de salarié n’est pas une condition exempte de contradictions, de mal être, d’échecs et de souffrances.

La condition du salarié est aussi celle d’un être dépendant. De toute évidence, ses nécessités de manger, d’habiter, de se vêtir, de se cultiver, de se divertir, d’avoir une activité professionnelle utile et créatrice d’émancipation, de vivre… le contraignent à des besoins économiques qui ne peuvent se dissoudre dans l’amour, la vie culturelle ou la contemplation du monde... Mais cette dépendance logistique et financière n’est pas sa seule contrainte. Des instants plus organiquement brutaux se présentent à lui ; le chantage à la séduction au jour de l’embauche, la contrainte du temps de la tâche et du temps de la présence (en 1830, les ouvriers tiraient sur les horloges des édifices), les liens obligatoires avec d’autres, collègues non choisis et dont son ouvrage dépend, l’imposition de prescriptions incompréhensibles ou limitées, l’instabilité ou la précarité que lui imposent des contrats fragiles, le mépris dont il est accessoirement l’objet, actif ou passif, l’indifférence parfois, quand il ne s’agit pas d’ignorance tout court, etc. (...)

En savoir plus

Partager

Haut de page