Édito

Sous le signe de l’hospitalité.

Septembre 2006

Une saison riche en nouvelles actions, qui, pour la majorité d’entre elles, sont inscrites dans une démarche collaborative. Et ce n’est pas seulement le budget peau de chagrin de la Culture, qui nous incite à mutualiser les actions dans l’attente de jours meilleurs. C’est une nouvelle façon de penser le « travail » qui s’est étendue comme une poudrière au côté de ceux qui depuis des années ont eu pour leitmotiv « résistance », véritables empêcheurs de faire « tourner rond » la société du spectacle.
Gagnés par cette maturité de penser, les professionnels du secteur, mettent le citoyen au cœur des actions comme « agent » acteur et non consommateur, là où ce n’est plus le chiffre qui fait force de loi, mais la multitude des actions comme autant de possibilités à être ensemble et à œuvre pour le bien commun.

Vous trouverez dans cet esprit, la proposition de l’atelier de création vidéo d’actualités démocratiques, une idée lancée par Stéphane Goudet, directeur du cinéma Le Méliès, que nous avons attrapée au vol. Je vous invite à lire ici son texte, un manifeste diffusé au niveau national ! Notre collaboration se poursuit par ailleurs sur le cycle des Écrans philosophiques, enrichies de cinq nouvelles séances d’Écrans psychanalytiques.
Le séminaire, Ce qui force à penser, rencontres hebdomadaires du mardi, en philosophie et en psychanalyse sera enrichi par cinq rencontres autour de l’art in vivo et de trois rencontres autour des valeurs symboliques portées par l’Éducation populaire à l’occasion du 70e anniversaire du Front populaire. Les répéterons-nous assez ? Si en reparler semble nécessaire, les mettre en pratique reste toujours d’actualité.

Je vous invite à découvrir « a c t i v i s t e m e n t » les résidences de création artistiques. L’une autour du projet photographique EU Women, qui a pour thème, la femme en Europe, sous la conduite de Véronique Bourgoin, artiste et directrice de l’atelier Reflexe, et qui se déroulera dans le cadre de l’atelier photographie avec les personnes souhaitant s’y inscrire. Les travaux retenus feront partie de la diffusion internationale de l’exposition itinérante qui présentera également une publication et un CD-Rom.
L’autre, autour du projet de création musical Il était temps, sous la houlette du compositeur Jean-Louis Mechiali de la compagnie Lutherie Urbaine, avec l’intervention de Bebson de la rue, réunira plusieurs ateliers, allant de la construction d’instruments à l’interprétation, pour donner lieu à deux représentations au soir du 31 décembre au théâtre Berthelot, en alternance avec les dîners de réveillons de la Ville.

La programmation musicale sera lancée par le concert exceptionnel de la magnifique Souade Massi à la salle des fêtes, avec en première partie Marcelo Pretto, interprète brésilien à la voix remarquable. Réservez vos places dès maintenant !
La saison musicale fera la part belle à la voix, par les nombreux masters class et la création autour des chants du monde. La programmation de concerts chanson française sera encore une fois l’occasion de découvrir de nouveaux talents qui seront, nous l’espérons, en haut des affiches de demain.

À l’affiche aussi, les artistes plasticiens présentés par Émilie Renard, commissaire invitée par la Maison populaire dans le centre d’art pour le dernier volet de Madame la Baronne était plutôt maniérée, assez rococo et totalement baroque et de Suites baroques dans le cadre de la 8e biennale d’art contemporain Art Grandeur Nature, Mutations urbaines, organisée par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis dans l’ancienne brasserie Bouchoule à Montreuil.. Elle n’a pas fini de nous surprendre la créatrice de la baronne.
En 2007, la commissaire invitée sera Aurélie Voltz. Sa proposition d’exposition prendra part à la manifestation artistique d’envergure internationale coordonnée par tram, réseau d’art contemporain Paris / Île-de-France dans 25 structures simultanément et dont le thème fédérateur sera l’hospitalité.
Rendez-vous donc pour un printemps chaud !

Alors que je m’apprêtais à vous présenter nos actions en culture numérique sous la bannière de la parole citoyenne et des logiciels libres, j’apprends qu’en cette nuit estivale, l’Assemblée et le Sénat ont voté à main levée le projet de loi DADVSI (droits d’auteur et droits voisins dans la société de l’information). Par cette décision, nos libertés citoyennes viennent d’être soldées à Vivendi, Lagardère, Microsoft et Apple ! Voici quelques-uns des problèmes identifiés dans cette loi : une extension abusive du droit d’auteur ; une présomption de culpabilité généralisée pour le public ; une censure des auteurs de logiciel libre ; une responsabilité aggravée du fait d’autrui ; une atteinte à la libre concurrence ; une privatisation de missions régaliennes ; une atteinte à la neutralité de la technique.
Vous pouvez en cette rentrée de septembre taper DADVSI sur votre moteur de recherche favori pour suivre les débats en ligne, qui ne vont pas manquer de virulence…
Sans plus tarder, à lire donc dans cette brochure, les rubriques consacrées aux actions numériques autour de la parole citoyenne et des logiciels libres.

Merci aussi de remarquer, et de parler autour de vous, sur l’accessibilité dès cette rentrée à certains cours d’informatique aux personnes malvoyantes et aux personnes sourdes ou malentendantes.

Nouveau aussi la préparation au certificat de langue européenne en anglais et en espagnol.

Et si je ne parle pas de tous les autres ateliers, c’est qu’elles poursuivent leurs tracés tout en se bonifiant comme le bon vin.

Enfin, je remercie les intervenants des ateliers, très pros, mes collaborateurs proches et tous particulièrement les adhérents qui mordent dans la pomme à belles dents par le travail qu’ils réalisent dans les différentes commissions.

Annie Agopian, directrice

Partager

Haut de page