Accueil > Actions pédagogiques > Projets de création > Les 3R Seine-Saint-Denis
Projet pédagogique

Les 3R Seine-Saint-Denis

d’octobre à décembre 2010
Réduire, Réutiliser, Recycler

Atelier Arthécimus - Centre de loisirs élémentaires Danton

Projet en lien avec l’expo­si­tion La famille Farrell. Une expo­si­tion Seine-Saint-Denis style ! pro­po­sée simul­ta­né­ment à Mains d’œuvres (Saint-Ouen) et la Maison popu­laire (Montreuil).
Le projet « 3R Seine-Saint-Denis » (réduire, réu­ti­li­ser, recy­cler) consiste essen­tiel­le­ment à sen­si­bi­li­ser des jeunes à l’art contem­po­rain et aux ques­tions de l’arti­sa­nat et du recy­clage. Proposé par Seamus Farrell, artiste plas­ti­cien vivant entre Saint-Ouen et Marrakech, "les 3R" se déve­lop­pera dans le cadre d’un cycle d’ate­liers à Montreuil et Saint-Ouen en écho à une grande mani­fes­ta­tion d’art contem­po­rain au Centre d’art de la Maison Populaire et à Mains d’Œuvres.

L’ATELIER :
Ce work­shop de recy­clage a déjà été réa­lisé sous une forme dif­fé­rente dans un autre contexte, à Fez et Rabat, villes où Seamus se déplace régu­liè­re­ment. Les enfants seront enca­drés par l’artiste pour réa­li­ser des gra­vu­res sur des verres récu­pé­rés. La notion de tra­vail est expé­ri­men­tée du point de vue de l’artiste, de l’arti­san et de l’entre­pre­neur comme une créa­tion per­ma­nente de gestes, dou­ble­ment actifs, qui trans­for­ment aussi bien l’être que l’envi­ron­ne­ment. Les trois ate­liers per­met­tront une pro­gres­sion dans l’appren­tis­sage de la tech­ni­que à tra­vers les exer­ci­ces pro­po­sés, dans le but de déve­lop­per la maî­trise ges­tuelle et la créa­ti­vité per­son­nelle.

SORTIES :
Maison popu­laire : Exposition La famille Farrell, une expo­si­tion Seine-Saint-Denis style !
Verrerie de Soisy : Atelier de tra­vail arti­sa­nal du verre, souf­flage et fusing
Centre de tri : "Le chemin du verre" avec les amis du tri

SEAMUS FARRELL
« Seamus Farrell tra­vaille direc­te­ment avec l’espace. Ses ins­tal­la­tions trans­for­ment ainsi les espa­ces donnés,
comme les salles d’expo­si­tion, à partir d’une réflexion per­ti­nente sur le voca­bu­laire visuel de l’art contem­po­rain et sur celui de notre rela­tion à la tra­di­tion artis­ti­que et archi­tec­tu­rale du XXe siècle. »
Robert Fleck

« S’il fal­lait inven­ter un terme pour décrire le per­son­nage de Seamus Farrell, ce serait celui de “palimp­ses­teur palim­dro­mi­que”*. Non seu­le­ment parce que son tra­vail se cons­truit par stra­tes visuel­les et cultu­rel­les super­po­sées puis indis­so­lu­ble­ment imbri­quées, mais aussi parce qu’il se frotte cons­tam­ment à la réa­lité com­plexe du monde envi­ron­nant dont il rend visi­bles, à sa manière, des cou­ches par­fois insoup­çon­nées. Ce va-et-vient entre l’art et la vie se tra­duit entre autres, par l’uti­li­sa­tion ou la récu­pé­ra­tion d’objets de toutes sortes, sou­vent banals ou modes­tes, qu’il trans­forme en petits tré­sors visuels, riches en sens et en réfé­ren­ces. Le tout avec une dose d’humour bien à lui. »
Enrico Lunghi

* palimp­seste : sup­port qui conserve la trace de plu­sieurs textes
super­po­sés
* palin­drome : qui peut être lu indif­fé­rem­ment de gauche à droite
ou de gauche à droite

MOHSSIN HARAKI
Mohssin Harraki porte une atten­tion par­ti­cu­lière aux repè­res sociaux et cultu­rels qui lui sont inconnus. Harraki
est né au Maroc en 1981. Il fait une partie de ses études à Tétouan puis en France, à Toulouse et aux Beaux-Arts de Dijon. La pre­mière série de vidéos mon­trées au Lavomatique ques­tionne cer­tains enjeux sociaux d’une façon très modeste : il a inter­rogé des artis­tes avec les­quels il a eu l’occa­sion de col­la­bo­rer ou de tra­vailler l’année passée. Les ques­tions posées n’ont rien à voir a priori avec l’art mais por­tent sur le racisme dans l’actua­lité, par exem­ple l’élection de Barack Obama ou celle du Maire de Rotterdam. Est-ce que ces chan­ge­ments vont modi­fier quel­que chose dans le monde ? Est-ce que le racisme existe à cause du pou­voir reli­gieux, poli­ti­que ou de l’argent ? Harraki a essayé de capter la réac­tion des per­son­nes qui l’entou­rent. Il ne s’agit donc pas d’un docu­men­taire,
mais plutôt d’un témoi­gnage sur la façon dont ces artis­tes voient le monde à un moment donné. L’artiste aime­rait réa­li­ser une série de témoi­gna­ges, comme un « livre-vidéo » en fonc­tion de l’actua­lité et de per­son­nes qui accep­tent de parler de ques­tions aussi sen­si­bles devant la caméra. Harraki cher­che à mettre ses col­lè­gues-artis­tes dans une situa­tion dif­fé­rente de celle qu’ils pen­sent connaî­tre, car sou­vent entre artis­tes on parle d’art, mais pas d’actua­li­tés.
Cécile Bourne-Farrell

Informations

Une collaboration avec les services Culturel et Éducation de la ville de Montreuil dans le cadre du dispositif Arthécimus.

Artistes intervenants : Seamus Farrell et Mohssin Haraki

Partager

Saison 2010-2011
du 17 mai au 17 juin 2011
du 29 avril au 19 mai 2011
du 27 avril au 10 juillet 2011
d’avril à mai 2011
du 21 mars au 8 avril 2011
du 28 février au mardi 1er mars 2011
du 19 janvier au 25 mars 2011
du 19 janvier au 25 mars 2011
du 19 janvier au 25 mars 2011
du 10 janvier au 22 janvier 2011
de janvier à juin 2011
d’octobre 2010 à mai 2011
d’octobre à décembre 2010
du 19 octobre au 22 octobre 2010
du 24 septembre au 13 octobre
de septembre à novembre 2010
Rechercher sur le site
Haut de page