27 octobre 2010

L’archéologie de l’exhumation à la transmission des faits

par Corinne Charamond
Attention : une connexion adsl est vivement conseillée pour accèder aux différents médias. Selon votre connection internet le chargement de la piste audio peut-être plus ou moins long.

Animée par Corinne Charamond, archéo­lo­gue res­pon­sa­ble d’opé­ra­tion de l’Inrap (Institut natio­nal de recher­ches archéo­lo­gi­ques pré­ven­ti­ves)
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se trans­forme »
C’est une ques­tion que l’archéo­lo­gue est en devoir de se poser, dans la pra­ti­que quo­ti­dienne de son acti­vité, dans le sens qu’il donne à ses actes et sur­tout dans l’obli­ga­tion qui lui incombe de res­ti­tuer le fruit de son tra­vail.
L’archéo­lo­gie et les archéo­lo­gues sont les pour­voyeurs des idées, des créa­tions et des inven­tions des socié­tés ancien­nes ou dis­pa­rues (économiques, poli­ti­ques, scien­ti­fi­ques, tech­ni­ques…), leur force est de démon­trer l’ancien­neté de concepts et de réa­li­sa­tions dont la moder­nité nous sem­blait acquise (…).

- Piste 01 : L’archéo­lo­gie de l’exhu­ma­tion à la trans­mis­sion des faits (27/10/10)

En savoir plus

Partager

Haut de page