31 décembre 2004

Lucie Charliac

Séminaire consacré à l’angoisse et au désir.
Conseil d’utilisation :
Faites défiler la liste à l’aide de votre "pointeur" et cliquer sur le nom de la conférence pour l’écouter. Selon votre connection internet le chargement de la piste audio peut-être plus ou moins long.

L’angoisse et le contexte du pas­sage à l’acte
Je ten­te­rai de resi­tuer la prise de posi­tion de Lacan dans le Xe sémi­naire, L’angoisse, tant par rap­port à la vul­ga­ri­sa­tion freu­dienne rela­tive à l’irré­duc­ti­ble point de butée du Penisneid que par rap­port à l’énoncé ulté­rieur de Lacan selon lequel « La Femme n’existe pas »...

- Piste 01 : L’angoisse et le contexte du pas­sage à l’acte (11/01/05)

L’ano­rexie men­tale et la struc­ture du désir
La réfé­rence cli­ni­que à l’ano­rexie a, dans l’ensei­gne­ment de Lacan, une fonc­tion péda­go­gi­que pri­vi­lé­giée. Elle permet d’appré­hen­der la struc­ture de manque essen­tielle au désir et les affi­ni­tés de son objet avec le « rien ». Elle rend plus aisée la lec­ture de cer­tains exem­ples emprun­tés à la cli­ni­que freu­dienne et contri­bue à éclairer l’idée de Lacan selon laquelle le désir de l’hys­té­ri­que est un désir insa­tis­fait...

- Piste 02 : L’ano­rexie men­tale et la struc­ture du désir (21/11/06)

La psy­cha­na­lyse et le com­man­de­ment « Tu aime­ras ton pro­chain comme toi-même. »
Un pas­sage cen­tral de Malaise dans la civi­li­sa­tion (début du cha­pi­tre V) est consa­cré par Freud à son étonnement devant cette exi­gence, qu’il pense anté­rieure au chris­tia­nisme, et consi­dère comme l’une des plus para­doxa­les parmi les idéaux de la « société civi­li­sée ». Cet étonnement est repris par Lacan dans plu­sieurs pas­sa­ges de son ensei­gne­ment, où il n’hésite pas à sug­gé­rer que Freud a su dis­cer­ner dans cet impé­ra­tif une face d’« hor­reur ».
En quoi une telle exi­gence peut-elle illus­trer la dia­lec­ti­que qui se joue selon Freud dans la culture, tout à la fois contre et au moyen d’Éros ? Pourquoi peut-elle effec­ti­ve­ment sus­ci­ter un mou­ve­ment de recul ? Et qu’est-ce qui peut se lire du point de vue du psy­cha­na­lyste dans la fron­tière de sens et de non-sens sur laquelle joue cette énonciation ?

- Piste 03 : La psy­cha­na­lyse et le com­man­de­ment « Tu aime­ras ton pro­chain comme toi-même. » extrait (13/02/07)

Informations

Lucile Charliac, psychanalyste, Paris.

Partager

Haut de page