Art in vivo

Les Héritiers de la Comtesse

mercredi 14 avril 2010 à 20h

Autour de "L’exposition faite main"

Rencontre avec l’artiste Donatella Bernardi et ses invités :
 performance de l’artiste San Keller
 projection en avant-première de son dernier film "Les héritiers de la Comtesse"
 discussion avec Giovanni Carmine, directeur de la Kunst Halle, St. Gallen, Léa Gauthier philosophe, critique d’art, éditrice.

Les héritiers de la Comtesse
Film de Donatella Bernardi, 2009, 55’

Depuis 1948, l’Institut suisse de Rome accueille chaque année une douzaine d’artistes et de chercheurs qui bénéficient d’un cadre idéal pour parfaire leur culture et consolider leur carrière sous l’égide de l’administration helvétique. Lieu privilégié pour la formation d’une élite ou camp de vacances entretenu aux frais de la collectivité ? C’est ce que cherche à savoir Donatella Bernardi qui, à l’occasion des 60 ans de l’Institut, donne la parole aux différents acteurs qui traversent ce lieu et le font vivre : chercheurs et artistes, mais également directeur, politiciens et intellectuels (notamment le Cardinal Georges Cottier, le cinéaste Clemens Klopfenstein, Jean-Frédéric Jauslin, directeur de l’Office fédéral de la culture, ou encore le compositeur Adriano Giardina), tous parlent de leur relation à l’Institut, lieu à la fois prestigieux et décadent, entre élitisme désuet et désir inassouvi de méritocratie.

JPEG - 103.3 ko
Les héritiers de la Comtesse - vue du tournage

Donatella Bernardi

Née à Genève en 1976, Donatella Bernardi vit et travaille entre la Suisse, Neuchâtel, et la Suède, Stockholm. Après avoir terminé en parallèle l’Ecole supérieure des beaux-arts de Genève et la Hochschule für bildende Künste de Hambourg , elle complète sa formation par un master en histoire de l’art et en philosophie à l’Université de Genève et un cours postgrade en cinéma-vidéo. Co-fondatrice en 2001 du collectif d’artistes Zorro & Bernardo, elle est, depuis 2004, membre de l’AICA (Association Internationale des Critiques d’Art) et publie régulièrement en tant que critique indépendante. Elle est lauréate de nombreux prix, dont le prix culturel Manor-Genève en 2005 et le Prix fédéral des Beaux-arts en 2005, 2007 et 2008.

Membre de l’Institut suisse de Rome pendant deux ans (2006-08), elle a développé jusqu’ici :

 un travail de programmatrice et de curatrice (par exemple : direction de l’espace d’art indépendant Forde, Usine, Genève, 2002-04 ; dispositif d’exposition Wunder Stanza ; festival artistique et scientifique Eternal Tour, Rome 2008, Neuchâtel 2009, Jérusalem 2010, Las Vegas 2011)

 des projets d’édition (par exemple : Décorum, supplément au Kunst-Bulletin, Zürich, 10 numéros, 2005-07, L’âne et le lion, L’asino e il leone, Société des arts de Genève, 2008, Short Guide, Eternal Tour, 2008, XZY, 2009, éd. Gilles Attinger)

 une pratique artistique, spécialisée dans la réalisation de pièces audiovisuelles et d’installations. Outre de courts essais cinématographiques (notamment Roma à mort, 2000, Peccato mistico / short, 2007), elle réalise plusieurs courts métrages de fiction (Splitternackt, 2002 ou encore Fortuna Berlin, 2005) projetées dans de nombreux festivals internationaux.

Pour les années 2008 et 2009, Donatella Bernardi est au bénéfice d’une bourse de Fine Art Researcher à la Jan van Eyck Academie. Elle achève un documentaire de création sur l’Institut suisse de Rome Les héritiers de la Comtesse (Box Productions, Thierry Spicher et Elena Tatti) et conçoit l’exposition Post Tenebras Luxe accompagnée d’une publication chez Labor et Fides (Musée Rath, Genève, 25 août - 27 septembre 2009). Elle participe avec Zorro & Bernardo à Utopics à la 11e Exposition Suisse de Sculpture à Bienne (30 août - 25 octobre 2009). En janvier 2010, elle est nommée professeur au Royal Institute of Art de Stockholm (Kungl. Konsthögskolan).

JPEG - 141.7 ko
Les héritiers de la Comtesse - vue du tournage

Informations

Entrée libre

Partager

Haut de page