Accueil > Séminaires & rencontres > Art in vivo > Séance : Un plan simple (...)
Art in vivo

Séance : Un plan simple 3/3 (Ecran)

mercredi 18 novembre 2009 à 20 h
projection de films

En écho à l’exposition "Un plan simple 3/3 (Ecran)", cette séance traite de la question de l’écran dans le cinéma expérimental à travers la projection de films de Stan Vanderbeek / Yann Beauvais / Gary Beydler / Siegfried A. Fruhauf / William Raban.

Dès les années 1960, cer­tains cinéas­tes ten­tent de s’émanciper du dis­po­si­tif tra­di­tion­nel de pro­jec­tion pour pro­po­ser Split Screen, Expanded Cinema et autres per­for­man­ces dans les­quels l’écran est consi­déré selon un nouvel angle.

JPEG - 26.8 ko
Newsreel of Dreams 1 & 2
Stan Vanderbeek
Stan Vanderbeek

né en 1927 aux États-Unis, décédé en 1984

Newsreel of Dreams 1 & 2
(1963-1964, 16mm, double écran, coul., sonore, 9’)
« Un col­lage vidéo­gra­phi­que de bandes d’actua­li­tés ancien­nes syn­thé­ti­sées avec des cou­leurs et des surim­pres­sions, afin de pro­duire une vision de l’his­toire proche d’un rêve. Les évènement s’appa­ren­tent à l’his­toire mais se dis­lo­quent les uns dans les autres. Chaque film est une partie d’une série sans fin d’actua­li­tés de rêves qui pour­rait inclure tout film contem­po­rain et à venir. » Stan Vanderbeek

Yann Beauvais

né en 1953, vit et tra­vaille à Paris et Sao Paulo

Sans titre 84
(1984, 16mm, double écran, cou­leur, silen­cieux, 14’)
« Sans titre 84 uti­lise des photos décou­pées en bandes ver­ti­ca­les, hori­zon­ta­les et dia­go­na­les d’un objet hau­te­ment valo­risé, l’Arc de triom­phe de Paris. Chaque photo n’a que peu d’inté­rêt, elle n’est que le moment d’une série qui se dirige dans deux direc­tions. La séria­li­sa­tion des photos appelle le temps. La série façonne un temps qui sub­ver­tit la photo. Chaque photo des 4 séries (une autour de l’Arc : 24 posi­tions de prises de vues res­pec­tant l’ins­crip­tion au sol d’une étoile à 24 bran­ches, les 3 autres allant vers l’Arc de trois ave­nues dif­fé­ren­tes) est banale, stan­dar­di­sée. Le mélange des vues (2 à 2) pro­duit de nou­veaux objets qui met­tent en place des moments dis­tincts dans la rota­tion autour de l’Arc. Ainsi des archi­tec­tu­res sont-elles invo­quées, convo­quées dans leurs res­ti­tu­tions dif­fé­ren­tiel­les de l’objet ini­tial. L’objet se perd dans son image deux fois dou­blée et se recons­ti­tue démem­bré. A chaque fois que le « cher objet » s’appro­che au plus près de sa confi­gu­ra­tion perdue, l’autre réap­pa­raît et heurte de son hété­ro­gé­néité la belle homo­gé­néité refu­sée. » Yann Beauvais

Gary Beydler

vit et tra­vaille aux États-Unis

Pasadena Freeway Stills
(1974, 16mm, cou­leur, silen­cieux, 6’)
« Dans Pasadena Freeway Stills, selon la des­crip­tion de Grahame Weinbren, la nature de l’espace change qua­li­ta­ti­ve­ment, au moment où la photo, mise en mou­ve­ment, devient cinéma. Le moment le plus étonnant est celui du pas­sage de l’espace pho­to­gra­phi­que à l’espace illu­sion­niste du cinéma. À partir de formes bi-dimen­sion­nel­les, la per­cep­tion glisse vers la sen­sa­tion de volume évident et immé­diat. La photo, deve­nue pho­to­gramme, forme des liens contex­tuels avec les pho­to­gram­mes voi­sins, ce qui nous informe sur la pro­fon­deur. Le champ d’une photo devient le hors champ d’une autre – elles se mon­trent conti­guës, et leur ensem­ble défi­nit un espace-temps ciné­ma­to­gra­phi­que. » Pip Chodorov

Siegfried A. Fruhauf

né en 1976 en Autriche, vit et tra­vaille à Linz et Heiligenberg

Höhenrausch
(1999, 16mm, coul., sonore, 4’)
Höhenrausch est un « myrio­rama » ciné­ma­to­gra­phi­que cons­truit à partir d’une mul­ti­tude de cartes pos­ta­les de l’Autriche reflé­tant, comme aucun autre médium, les cli­chés sous les­quels se pré­sente un pays.

William Raban

né en 1948 au Royaume-Uni, vit et tra­vaille à Londres

Angles of Incidence
(1973, 16mm, double écran, cou­leur, silen­cieux, 12’)
« Après avoir réa­lisé pen­dant trois ans des films tour­nés d’un point de vue fixe, je devins de plus en plus concerné par la décou­verte d’un équivalent fil­mi­que qui tra­dui­rait l’expé­rience de l’espace bino­cu­laire. Filmer la même vue d’une mul­ti­pli­cité de points de vue en étroite rela­tion, sembla le point de départ le plus simple.
Angles of Incidence a été filmé au cœur de l’été, par la fenê­tre d’un sous-sol lon­do­nien. Un arc de cercle fut tracé sur le sol de la pièce, centré sur le milieu de la fenê­tre, et des grou­pes de pho­to­gram­mes furent pris, la caméra se dépla­çant sur les points de cette ligne. Alors que la caméra se déplace en diver­ses posi­tions de l’arc de cercle, le film enre­gis­tre la pers­pec­tive chan­geante de la vue, enca­drée par la forme de la fenê­tre variant dyna­mi­que­ment. Ces points de vue sont sys­té­ma­ti­que­ment revus et com­pa­rés avec les points de vue voi­sins, ainsi que les posi­tions extrê­mes de l’arc.
Le tour­nage dura trente heures et le mode de fil­mage était guidé par une par­ti­tion qui fut écrite pen­dant la réa­li­sa­tion du film, incor­po­rant la pro­cé­dure de com­po­si­tion dans le temps phy­si­que du tour­nage, ce qui permit d’inclure plus faci­le­ment des exten­sions non pré­vues dans l’idée ini­tiale, et ceci parut moins méca­ni­que que de « copier » un script rigi­de­ment orga­nisé. Comme la struc­ture du film évolue avec le dérou­le­ment du tour­nage, il reste sans mon­tage ni modi­fi­ca­tion, tout le « mon­tage » ayant été réa­lisé dans la caméra. » William Raban

Informations

Entrée libre

Partager

À venir
Vendredi 5 mai 2017 de 20h à 22h
Saison 2009-2010
mercredi 9 juin 2010 à 20 h
mercredi 14 avril 2010 à 20h
mercredi 10 mars 2010 à 20 h
mercredi 10 février 2010 à 20h
mercredi 3 février 2010 à 20 h
mercredi 13 janvier 2010 à 20 h
mercredi 6 janvier 2010 à 20 h
mercredi 9 décembre 2009 à 20 h
mercredi 2 décembre 2009 à 20 h
mercredi 25 novembre 2009 à 20 h
mercredi 18 novembre 2009 à 20 h
mercredi 4 novembre 2009 à 20 h
mercredi 14 octobre 2009 à 20 h
Rechercher sur le site
Haut de page