Accueil > Séminaires & rencontres > Art in vivo > « Les morts rigolos » (...)
Art in vivo

« Les morts rigolos » d’Antoine Boute

Vendredi 10 octobre 2014 à 20 h
Performance parlée réalisée par l’artiste et écrivain Antoine Boute

Pour écouter la per­for­mance "Les morts rigo­los" d’Antoine Boute, cli­quez sur le lien dif­fusé sur "DUUU Radio"

Antoine Boute, écrivain et per­for­meur belge, pré­sen­tera une per­for­mance ins­pi­rée de son der­nier livre Les morts rigo­los, publié aux Éditions Les Petits matins en 2014. Il déve­loppe notam­ment dans celui-ci l’idée d’une révo­lu­tion des enter­re­ments, basée sur la créa­tion de pompes funè­bres expé­ri­men­ta­les et la réa­li­sa­tion d’un ate­lier fin du monde.

JPEG - 36.1 ko
Antoine Boute, performance

« Les Morts Rigolos, c’est un roman en appa­rence (on nous raconte une his­toire), mais ça se dit une blague (on nous pré­vient), tou­te­fois ça se pré­sente comme un poème (ou en tout cas ça semble dit par un réci­tant, ça a l’air per­formé), et en plus c’est com­menté (par un nar­ra­teur, donc, qui doit être l’auteur, le type qui raconte la blague), il y a des digres­sions, des réflexions – mais sur­tout c’est com­plè­te­ment absurde, lou­fo­que et par­fai­te­ment sérieux. Eriger le roman en blague, faire de la blague un sys­tème phi­lo­so­phi­que, repous­ser l’ins­tant de la “chute”, en pous­sant les cur­seurs le plus loin pos­si­ble, his­toire de voir com­bien de temps la bécane va tenir sans implo­ser. (…) Comme à chaque fois avec Boute, on est pris dans un sys­tème en appa­rence badin qui se détra­que très vite (en fait, ce sont nos atten­tes de lec­teurs de romans qui déra­pent), et le livre se change en une machine de guerre, riante mais néan­moins de guerre.(…) Et de fait, Les morts rigo­los orches­trent pas mal de décès. La poésie, la lec­ture per­for­mance, les diver­ses formes de la nar­ra­tion, l’idée même de livre : tout semble danser autour d’une vaste tombe noire (mais solaire). (…) En optant pour le dis­po­si­tif-imper­ti­nence, en asso­ciant “sau­va­ge­rie, enfance et let­trisme”, Boute a peut-être créé, au sein de son sti­mu­lant et dro­la­ti­que théâ­tre de la cruauté, une pièce de résis­tance : une scène pri­mi­tive 2.0. »

Claro, Le cla­vier Cannibale

Informations

À la Maison populaire
Entrée libre / Réservation conseillée au 01 42 87 08 68

Partager

Saison 2014-2015
Vendredi 5 juin 2015 de 20 h à 22 h
Vendredi 20 mars 2015 à 20 h
Vendredi 6 février 2015 à 20 h
Vendredi 28 novembre 2014 à 20 h
Vendredi 24 octobre 2014 à 20 h
Vendredi 10 octobre 2014 à 20 h
Rechercher sur le site
Haut de page