Arts numériques

Cyril Hernandez

septembre 2005 à avril 2006

Soli in situ
Création pour un musicien, percussions, objets et espace

« Je suis percussionniste. Je tape, je cogne, je caresse, je frotte, je sonne.
Je compose et joue avec les sons, mobiliser tout mon corps pour les émettre, les transformer, les sculpter. J’aime qu’ils me fassent vibrer, je les fais surgir et ils m’emmènent. Le spectateur-auditeur entend le mouvement.
Je trace un chemin où le corps est musicien de tout.
Soli in situ est un départ, une ouverture.
Sortir n’est pas anodin. C’est sortir du studio, du lieu dédié afin de solliciter les rencontres, l’imprévu, au hasard d’une balade.

Soli in situ est un développement, une mise en mouvement, un mouvement musical. Dans un mouvement, il y a direction, il y a union. Un mouvement du corps, un mouvement de pensée, une démarche. Dans un mouvement, il y a mobilité, départ, route. J’aime voyager et marcher.
Soli in situ est une trajectoire. Sortir de la scène et se réapproprier l’espace public, le donner à entendre, à voir, le redécouvrir devient alors un acte de résistance. Perturber le sens et les sens en détournant par le son et la scénographie le lieu "de la manifestation".

Soli in situ est un travail qui associe le public. Le spectateur, volontaire, devient acteur et s’inscrit dans le mouvement. Il participe à la manifestation, il fait vibrer son espace. Le public est un orchestre modulaire.

Soli in situ est également l’aboutissement de recherches sur les traitements sonores et visuels en temps réel et sur les interfaces gestuelles. »
Cyril Hernandez

 Voir la première déambulation au festival de Chalon dans la rue

Informations

Son Jean-François Thomelin et François Weber.
Travail corporel Caroline Baudouin.
Collaboration artistique Michel Jacquelin et Luc Martinez.
Travail vidéo Sylvain Grolleau.
Régie générale et construction Cyril Monteil.

Cette résidence donnera lieu à trois temps forts, soit trois temps de répétition publique où les adhérents de la Maison populaire sont invités à entrer dans l’univers électroacoustique, le comprendre et s’en amuser en participant aux répétitions.

Trois rencontres thématiques sont également prévues afin de questionner ensemble la relation homme/machine. Ces rencontres ouvertes à tout univers professionnel et aux étudiants et lycéens souhaitent peu à peu enrichir les pratiques et mettre en commun les réflexions et recherches.

Partager

Haut de page