Accueil > Expositions > Centre d’art > Le Tamis et le sable (...)
Exposition

Le Tamis et le sable 1/3 : Mélodies en sous-sol

Du 15 janvier au 30 mars 2013
vernissage le mardi 15 janvier 2013 à partir de 18 h

Commissaires en résidence :
Anne-Lou Vicente, Raphaël Brunel et Antoine Marchand
Artistes : Laëtitia Badaut-Haussmann, Jeremy Deller, Ruth Ewan, Nate Harrison, Mikhail Karikis & Uriel Orlow et Allen Ruppersberg

Premier volet du cycle Le Tamis et le sable, « Mélodies en sous-sol » évoque par son titre un réper­toire dont ne par­vien­nent à la sur­face que de sour­des vibra­tions, les sous-sols cons­ti­tuant le ter­ri­toire du remisé, d’un passé laissé der­rière soi, peu à peu oublié.
Aussi dif­fé­ren­tes soient leurs pra­ti­ques et leurs préoc­cu­pa­tions, les artis­tes de l’expo­si­tion par­ta­gent un inté­rêt pour une forme d’archéo­lo­gie libé­rée des canons uni­ver­si­tai­res, s’attar­dant sur des épisodes sociaux, poli­ti­ques et cultu­rels négli­gés, voire lit­té­ra­le­ment passés sous silence, jusqu’à mettre en lumière les bribes d’une his­toire « mineure », évoluant en marge du « grand récit » du XXe siècle. Vecteurs d’une trans­mis­sion vers un public élargi, du moins actua­lisé, les œuvres qui en résul­tent incar­nent une acces­si­bi­lité renou­ve­lée. Malgré la com­plexité de la pos­ture d’inter­ces­seur adop­tée par ces artis­tes et le risque de parler alors « au nom de », elle n’en témoi­gne pas moins de l’urgence à repla­cer ces his­toi­res et leurs pro­ta­go­nis­tes dans le champ du visi­ble et de l’audi­ble, que celle-ci relève d’un tra­vail de mémoire ou de la volonté d’exhu­mer des modes d’action pou­vant réson­ner avec l’époque contem­po­raine. Autant d’inten­tions qui ren­dent cette appro­che intrin­sè­que­ment poli­ti­que.

JPEG - 75.8 ko
Mikhail Karikis et Uriel Orlow, Sounds from Beneath, 2010
Vidéo, 6’45
Courtesy les artistes

Les his­toi­res abor­dées ici ne sont pas à pro­pre­ment parler inconnues et, pour cer­tai­nes, ont exercé un poids non négli­gea­ble, tant dans l’orga­ni­sa­tion et l’évolution de nos socié­tés que dans leur remise en cause. Cependant, leur influence et leur réso­nance se font de plus en plus ténues dans un pré­sent trop sou­vent frappé d’amné­sie ou de cécité, obnu­bilé par l’actua­lité. Les artis­tes ne les appré­hen­dent pas comme des blocs immua­bles mais au tra­vers d’épisodes ou phé­no­mè­nes sin­gu­liers et de sup­ports ou pra­ti­ques ver­na­cu­lai­res rele­vant du sen­si­ble et du « vivant ». Certaines formes d’expres­sion comme les musi­ques ou chan­sons popu­lai­res et la prise de parole, qu’elles se situent à des niveaux poé­ti­que et/ou poli­ti­que, tien­nent une place cen­trale au sein de l’expo­si­tion, en tant qu’objets cultu­rels por­teurs d’un dis­cours cri­ti­que. Latente ou tacite, la voix y est omni­pré­sente, notam­ment via les figu­res du chan­teur, de l’ora­teur poli­ti­que, du poète décla­mant voire du « pro­fes­seur », les artis­tes emprun­tant des voies de dif­fu­sion alter­na­ti­ves comme pour mieux la faire enten­dre.

Ces œuvres, qui jouent sur un regis­tre de formes tant popu­lai­res que didac­ti­ques et muséa­les, sem­blent inté­grer leur propre sys­tème de média­tion. Chacune à leur manière, elles révè­lent une néces­saire trans­mis­sion et la garan­tie sym­bo­li­que d’une visi­bi­lité – mais n’est-ce pas là le propre d’un espace d’expo­si­tion comme d’un lieu de mémoire ? – en même temps qu’elles sug­gè­rent, en creux, les innom­bra­bles his­toi­res encore dépour­vues de lieu et d’audi­toire.

Reportage de TVM Est Parisien :



Autour de l’exposition

- Taxi Tram samedi 9 février 2013 visi­tes com­men­tées de deux expo­si­tions, Ricochet à la Galerie muni­ci­pale Jean-Collet à Vitry-sur-Seine et à la Maison popu­laire Le tamis et le sable 1/3 : Mélodies en sous-sol.

- Ecrans Sociaux mer­credi 20 février 2013 à 20h30 au cinéma le Méliès
Projection de Fahrenheit 451 de François Truffaut, suivie d’une dis­cus­sion avec un inter­ve­nant invité à cette occa­sion (confir­ma­tion en cours).

- Art in Vivo mer­credi 20 mars 2013 à 20h30 dans le centre d’art
Université Populaire de Montreuil, ren­contre et dis­cus­sion avec Eric Lafon, res­pon­sa­ble des acti­vi­tés scien­ti­fi­ques au Musée de l’Histoire vivante, à Montreuil.

- Visites gui­dées

Voir également VOLUME – What You See Is What You Hear

Portfolio

© Martin Argyroglo

© Martin Argyroglo

Image > 0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |...

Informations

Le centre d’art est ouvert
Du lundi au vendredi de 10 heures à 21 heures
Le samedi de 10 heures à 16 heures 30.
Fermé les dimanches, jours fériés et vacances scolaires

Entrée libre
Accessible aux personnes à mobilité réduite

Pour tous renseignements sur l’exposition et les visites individuelles ou de groupes : Floriane Benjamin, coordinatrice du centre d’art
Contact presse : Sophie Charpentier, chargée de communication

L’exposition Le Tamis et le sable 1/3 : Mélodies en sous-sol a reçu le soutien du fonds artistique Fluxus

Le centre d’art de la Maison populaire est soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Ile-de-France, le Conseil régional d’Ile-de-France, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et la Ville de Montreuil.

La Maison populaire membre de tram, réseau art contemporain Paris/Ile-de-France et participe au Parcours Est une initiative des structures dédiées aux Arts visuels de l’Agglomération Est Ensemble. Elle est également membre de L’association des galeries.

Partager

À venir
Samedi 12 décembre 2015 à 19 h
Saison 2012-2013
Du 17 avril au 29 juin 2013 à la Maison populaire et du 17 avril au 26 mai aux Instants Chavirés
Du 15 janvier au 30 mars 2013
de janvier à décembre 2013
vendredi 14 décembre 2012 à partir de 18 h
Du lundi 8 au samedi 20 octobre 2012
du 3 octobre au 15 décembre 2012
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page