Accueil > Cinéma & vidéo > Écrans sociaux > Géographies fracturées (...)
Écran social

Géographies fracturées #3 : Tijuana Carne Viva

mercredi 24 février 2010 à 20 h 30
projection suivie d’une discussion.
AU CINÉMA MÉLIÈS

Troisième épisode du cycle de projections, proposé par la structure de diffusion de films le peuple qui manque sous forme d’un panorama de la vidéo et du cinéma contemporains, entre documentaire et film d’artiste, comme autant de voix qui viennent décentrer les regards, à partir des expériences de la frontière, de l’exil, de la migration.

Film Tijuana Carne Viva
de Jean-Charles Hue (Documentaire, 97 min, 2009)

En pré­sence du réa­li­sa­teur

À Tijuana, à la fron­tière du Mexique, des hommes et des femmes ten­tent d’échapper à la soli­tude et à la mort qui rôde. Un cou­teau en os de chien qui passe de mains en mains sert de fil conduc­teur et des­sine la car­to­gra­phie fan­tas­ma­ti­que, géo­gra­phi­que et men­tale d’une ville déchi­rée.
Une fois de plus, Jean-Charles Hue explore un ter­ri­toire mar­gi­nal en quête d’une huma­nité et de son inex­tin­gui­ble soif de vivre. Ode à la vita­lité, œuvre trou­blante, kaléi­do­sco­pi­que, qui navi­gue entre docu­men­taire et fic­tion, ce pre­mier long métrage confirme la sin­gu­la­rité de l’écriture de l’auteur de "Y’a plus d’os".

Tijuana Carne Viva . Tijuana, ville fron­tière entre Mexique et États-Unis, plate-forme de l’immi­gra­tion irré­gu­lière, du com­merce illi­cite, terre de vio­lence et de cor­rup­tion, pays de chiens errants, géo­gra­phie frac­tu­rée. Tijuana, tra­vaillée aussi par les frac­tu­res men­ta­les de ses habi­tants, jun­kies, putes, amou­reux soli­tai­res ou gué­ris­seurs.
S’immis­çant dans un corps à corps tendu avec des per­son­na­ges incer­tains « qui oscil­lent entre un ciel auquel il faut croire pour mieux exor­ci­ser la vio­lence qui s’atta­che à cette vie ter­res­tre », le dis­po­si­tif docu­men­taire de Carne Viva offre une auto­no­mie au récit de soi de per­son­na­ges sur le fil, funam­bu­les au bord de la mort et d’une vie lumi­neuse, revi­vi­fiée.
Le spec­ta­teur ignore bien sou­vent ce qui y relève de la cap­ta­tion docu­men­taire ou d’une mise en transe hal­lu­ci­na­toire de frag­ments d’exis­tence.
À Tijuana, il est pos­si­ble de se réin­ven­ter mille des­ti­nées, par le pou­voir des mots, de la poésie insen­sée et de ces cou­teaux en os de chien, inter­ces­seurs entre la vio­lence ter­res­tre et l’oni­risme baro­que, le monde des fan­tas­mes et celui d’obs­cu­res forces.

Jean-Charles Hue, né en 1968, est plas­ti­cien et vidéaste. Il est auteur de nom­breux films docu­men­tai­res et plus par­ti­cu­liè­re­ment de L’Oeil de Fred (2008) et de Y’a plus d’os (2006), plon­gée remar­quée au cœur du monde gitan dont il est ori­gi­naire. En 2009, Jean-Charles Hue a par­ti­cipé notam­ment aux fes­ti­vals Bandits-Mages de Bourges et Hors Pistes au Centre Pompidou de Paris. En 2007, la fon­da­tion Ricard lui consa­crait une expo­si­tion per­son­nelle alors qu’il rece­vait dés 2006, le pre­mier prix au fes­ti­val Loop de Barcelone. Il est repré­senté par la Galerie Michel Rein (Paris).

Programmation : Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff / Le Peuple qui manque

Informations

Une collaboration entre la Maison populaire, le cinéma Le Méliès et l’association Le Peuple qui manque (www.lepeuplequimanque.org).

Au cinéma Georges Méliès
Centre commercial
M° Croix-de-Chavaux (ligne 9)
93100 Montreuil

Les séances ont lieu à 20 heures 30. Pour des raisons relatives à la disponibilité du film, vérifier qu’elles ont bien lieu, ainsi que l’horaire qui peut varier selon la durée de la projection, auprès du cinéma Le Méliès 01 48 58 90 13, ou de la Maison populaire de Montreuil 01 42 87 08 68.

Tarifs :
- Tarif plein : 6, 50 €
- Tarif réduit : 5 €
(Montreuillois, - de 18 ans, + de 60 ans, étudiants, adhérents de Renc’Art au Méliès)
- Tarif carte de 10 places : 46 € (non nominative, valable 1 an)
- Tarif préférentiel : 4 € (chômeurs, RSA, familles nombreuses)

Partager

Saison 2009-2010
mercredi 9 juin 2010 à 20 h 30
vendredi 28 mai 2010 à 20 h 30
mercredi 19 mai 2010 à 20 h 30
vendredi 9 avril 2010 à 20 h 30
mercredi 7 avril 2010 à 20 h 30
mercredi 31 mars 2010 à 20 h 15
mercredi 24 mars 2010 à 20 h 30
mercredi 24 février 2010 à 20 h 30
mercredi 17 février 2010 à 20 h 30
vendredi 5 février 2010 à 20 h 30
mercredi 20 janvier 2010 à 20 h 30
vendredi 8 janvier 2010 à 20 h 30
mercredi 16 décembre 2009 à 20 h
mercredi 9 décembre 2009 à 20 h
vendredi 4 décembre 2009 à 20 h 30
vendredi 6 novembre 2009 à 20 h 30
mercredi 28 octobre 2009 à 20 h30
mercredi 21 octobre 2009 à 20 h
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page