Écrans Philosophiques

Comment Hériter de mai 68

Jeudi 15 mars 2018 à 20 h 30 

Projection suivie d’une présentation et d’une discussion avec les spectateurs. 
Au Cinéma Le Méliès de Montreuil.

Les Écrans philosophiques de Montreuil - Taipei proposent un nouveau thème pour cette année, « Résistances et révolutions », en corrélation avec l’exposition du centre d’art intitulée « En fuyant, ils cherchent une arme » proposée par Stéphanie Vidal, curatrice invitée à la Maison populaire en 2018.

Film > Milou en Mai de Louis Malle (France, 1990, 1h48) avec Michel Piccoli, Miou-Miou, Michel Duchaussoy.
Présenté par Jérôme Lèbre, directeur de programme au CIPh

Mai 68 ne peut manquer de ressurgir, peut-être au moment et à l’endroit où on l’attend de moins ; par exemple dans cette phrase de Nicolas Sarkozy qui proposait d’en liquider l’héritage, sans savoir sans doute que « liquider un héritage » signifie le partager entre ayants droit. Mai 68 ressurgit ainsi dans le film de Louis Malle, ce cinéaste et documentariste qui avait observé les événements sans caméra, et qui a attendu vingt ans pour en offrir sa version. Il n’est alors pas question de les retracer mais de les déplacer. Et c’est ainsi que l’histoire se loge dans un château du Gers où une famille bourgeoise se rassemble en mai 68 autour d’une grand-mère morte, moins pour la pleurer que pour diviser ses biens : « Puisqu’on est tous là il faut décider de ce qu’on va faire… »

Cette décision qui ne vient pas les rapprochent d’une manière ironique et paradoxale de ce qui se déroule ailleurs. Que font les acteurs de mai ? « Ils ne réclament rien ! rien de précis ! » C’est tout autant l’insurrection qui se rapproche de cette famille : elle leur parvient par la radio et les rumeurs, elle entre dans la maison en même temps qu’un étudiant, elle se diffuse dans les comportements et les prises de paroles ; sans pouvoir de résurrection ni de destruction, elle s’arrête entre l’une et l’autre, dans une grève des fossoyeurs ; elle s’infiltre avec la pluie dans une scène de pique-nique transgressive.

Que disent les acteurs de mai ? « On en a assez du fric, du profit… arrêtons-nous ! » Milou en Mai est un retour sur cet arrêt ; Louis Malle, proche de Bataille et de Blanchot, voit, en particulier par les yeux de son personnage Milou, toute l’importance d’un événement sans projet, celui d’une communauté explosive qui ne visait qu’à se montrer telle et qui pour cette raison, ne pouvait échouer, si bien que nous en héritons tous.
Jérôme Lèbre

Informations

 Le cycle des Écrans philosophiques est conçu par la Maison populaire et organisé avec le Collège international de philosophie en collaboration avec Le Méliès (Montreuil).


 Au Cinéma Le Méliès à Montreuil 12 Place Jean Jaurès - Tel. 01 83 74 58 20
 - M° Mairie-de-Montreuil (ligne 9)
Le prix de la séance, conférence comprise :
• Plein tarif, 6 euros
• Tarif réduit, 4 euros (moins de 26 ans, allocataires des minima sociaux, demandeurs d’emploi, retraités, porteurs d’un handicap (+ place gratuite pour un accompagnateur).
• Tarif abonnés : 5 euros

Partager

Haut de page