Écrans Philosophiques

En l’absence de l’autre

Jeudi 14 décembre 2017 à 20 h 30

Projection suivie d’une présentation et d’une discussion avec les spectateurs.
Au Cinéma Le Méliès de Montreuil.

En corrélation avec l’exposition intitulée « L’Autre… De l’image à la réalité » et un cycle de conférences, « L’Autre en philosophie et en Psychanalyse », Les Écrans philosophiques de Montreuil - Taipei proposent un nouveau thème pour la période octobre 2017 – janvier 2018, "Penser et filmer l’autre"

Cycle : « Penser et filmer l’autre »

Film : Ida de Pawel Pawlikowski (Polonais-Danois, 2014, 1h22) avec Agata Kulesza, Agata Trzebuchowska.
Présenté par Éric Lecerf, maître de confé­ren­ces à l’Université Paris 8, ancien direc­teur de pro­gramme au CIPh.

Parmi les nom­breu­ses lec­tu­res qui peu­vent être pro­po­sées du film de Pawel Pawlikowski, Ida , nous pour­rions rete­nir celle-ci : c’est l’his­toire de deux femmes pour qui l’ Autre s’écrit fata­le­ment avec la majus­cule de majesté – le Christ pour la pre­mière, le Prolétariat pour la seconde – et qui vont, à tra­vers la res­sai­sie du passé qui les lit, être ame­nées à renouer avec le secret d’huma­nité de cet autre qui est là, vrai­ment là, dans le regard que nous ren­voie autrui. Entre Anna, la jeune nonne catho­li­que, et Wanda, sa tante com­mu­niste, il y Ida, la fillette juive que l’orphe­li­nat a rebap­ti­sée du nom d’Anna après que ses parents aient été exter­mi­nés. Anna, réta­blie dans son iden­tité d’Ida, et Wanda ne sont pas sim­ple­ment des res­ca­pées, elles se décou­vrent inter­di­tes d’accès aux sour­ces de cette alté­rité. La résur­gence d’Ida ins­ti­tue ainsi entre elles bien plus qu’un lien, mais la com­mu­nauté d’une absence qui ne sau­rait se com­bler sans une véri­ta­ble ouver­ture à autrui. Au-delà de la ques­tion de ce passé qui demeure d’une actua­lité brû­lante dans la Pologne conser­va­trice d’aujourd’hui, nous inter­ro­ge­rons cette figure de l’autre qui porte en elle les traits de cette infime trans­cen­dance qu’aucun dogme, reli­gieux, moral ou poli­ti­que, ne sau­rait qua­li­fier. Entre espé­rance et renon­ce­ment, le récit ne tran­che pas, sinon qu’il élève la ren­contre avec autrui au rang d’événement. Un événement qui relève certes plus de l’éthique que de la poli­ti­que, mais dont la poli­ti­que ne sau­rait cepen­dant se passer si elle veut être autre chose qu’une science du pou­voir.

Éric Lecerf

La phé­no­mé­no­lo­gie, la psy­cha­na­lyse, la phi­lo­so­phie éthique et poli­ti­que contem­po­raine, ont bou­le­versé la pensée du sujet en fai­sant porter l’accent sur l’autre ou même en se foca­li­sant sur lui. Quant au cinéma, s’il a sa propre manière de révé­ler la rela­tion entre moi et autrui, de mon­trer la proxi­mité et l’irré­duc­ti­bi­lité de l’autre, la dignité et la néces­sité de celui qui se pré­sente comme étranger (notam­ment par les choix et les confu­sions assu­mées entre caméra sub­jec­tive et objec­tive) l’alté­rité est à la source de ses pro­pres ques­tion­ne­ments, ne serait-ce que par la fonc­tion de dédou­ble­ment du sujet qu’il opère en chacun de nous. Dès son ori­gine son pro­blème a été de démê­ler les fils entre alté­rité et dupli­cité, de ne pas figer l’autre dans une pos­ture propre à condi­tion­ner les res­sen­tis. 

Quand phi­lo­so­phie et cinéma se ren­contrent, com­ment les films modi­fient-ils l’appré­hen­sion phi­lo­so­phi­que de l’alté­rité ? Et com­ment la phi­lo­so­phie déploie-t-elle le sens de l’autre tel qu’il se mani­feste dans un film ? Ce sont les ques­tions qui habi­te­ront chaque pré­sen­ta­tion des Ecrans. Les choix de films et les inter­ven­tions s’orien­te­ront vers la teneur de l’expé­rience inter­sub­jec­tive, ou dans une dimen­sion plus sociale ou plus poli­ti­que, vers le statut de l’autre mineur ou la ques­tion du devoir d’hos­pi­ta­lité. 

Ressources

  • Programme Taipei (PDF – 66.1 ko)
  • Informations

     Le cycle des Écrans philosophiques est conçu par la Maison populaire et organisé avec le Collège international de philosophie en collaboration avec Le Méliès (Montreuil).


     Au Cinéma Le Méliès à Montreuil 12 Place Jean Jaurès - Tel. 01 83 74 58 20
 - M° Mairie-de-Montreuil (ligne 9)
    Le prix de la séance, conférence comprise :
    • Plein tarif, 6 euros
    • Tarif réduit, 4 euros (moins de 26 ans, allocataires des minima sociaux, demandeurs d’emploi, retraités, porteurs d’un handicap (+ place gratuite pour un accompagnateur).
    • Tarif abonnés : 5 euros

    Partager

    Haut de page