Accueil > Expositions > Centre d’art > L’homme nu chapitre 1 : (...)

L’homme nu chapitre 1 : Allures anthropomorphes

du 23 janvier au 7 avril 2007

Commissaire : Aurélie Voltz
Avec Alexandra Bircken, Sebastian Hammwöhner, Mathieu Mercier, Jean-Luc Moulène, Sarkis, Franck Scurti, Didier Trenet, Bernhard Walter.

JPEG - 47.2 ko
Mathieu Mercier
Mask, 2003, Serre-câbles en plastique, métal
28 x 29 cm
Courtesy Galerie chez Valentin, Paris

Privilégiant la rencontre et l’échange, L’homme nu présente des œuvres sous le signe d’une lecture anthropologique, dans une notion de redécouverte de formes, de cultures, ancestrales ou contemporaines, avec une attention centrée sur l’homme : sa représentation, son environnement et son mode de vie constituent les trois volets de cette programmation. Oeuvres in situ, sculptures, dessins, objets, viendront, de manière abstraite, concrète, imaginaire et poétique recomposer un paysage universel, aux couleurs multiples. Ce croisement de cultures et l’analyse de leurs mécanismes viennent en écho au thème fédérateur de l’hospitalité, proposé par TRAM.

JPEG - 54.6 ko
Sarkis
Le masque touché, 2006
masque chaman tibétain, pâte à modeler, plateau en pierre indien
40x33x13cm.
Courtesy galerie Jean Brolly, Paris

L’intitulé L’homme nu, emprunté à Claude Lévi-Strauss, propose d’envisager l’homme dans son état le plus simple, comme un mannequin que l’on habille, les différentes strates jouant le rôle d’impressions successives de civilisations, de cultures, de pratiques communautaires ou d’usages sociaux. Un homme sous influences indifféremment proches ou lointaines, aussi bien géographiquement qu’historiquement. Plus qu’un sujet, l’anthropologie est ici abordée de biais. Comme un nouveau regard, elle révèle un certain nombre d’œuvres ayant trait à une approche sensible de l’homme. De ce point de vue, les artistes invités, issus d’univers forts différents et ne partageant pas nécessairement la même vision sur la société humaine, sont réunis par les œuvres présentées. Le choix, l’agencement et la confrontation de celles-ci pourraient davantage évoquer une collection personnelle d’objets, suscitant une curiosité, posant des questions, plus qu’une démonstration théorique, tentant d’y répondre.

JPEG - 97 ko
VUE D’EXPOSITION
photo Marc Domage

Le premier volume de cette trilogie, intitulé « Allures anthropomorphes », se consacre à la représentation humaine dans ses formes les plus diverses. D’un côté, un certain nombre d’œuvres ont tendance à pointer une occidentalisation des cultures. Si Franck Scurti, avec « White memory » marque clairement une référence à l’épuisement des formes des masques africains et leurs conséquences amnésiques, Mathieu Mercier établit un parallèle entre ces mêmes objets, revêtant des propriétés magiques, permettant l’accession à des esprits surnaturels, avec une culture américaine sportive, le base-ball. En effet, le masque est ici utilisé par deux cultures fort distinctes pour se protéger du danger, voire de l’autre, ceci dans un contexte de rassemblement, le jeu s’approchant d’un procédé rituel. « Le masque jaune », dessin de Jean-Luc Moulène, figure une tête dans sa forme générique, quasi abstraite, en tant que signe du corps. Prenant les mythologies à rebours, il n’est pas question ici de retour à l’original mais, selon l’auteur, « d’extraction » ou encore « d’actualisation ». Bernhard Walter, non sans une certaine dérision, propose au visiteur de grimper sur un escalier de fortune afin de se trouver nez à nez avec deux têtes d’argiles, grossièrement modelées, posées sur une étagère en hauteur. Entre les deux, une distance, un vide, ceux d’une culture à l’autre, ironie d’un regard posé, d’un intérêt pour ce que l’homme a souvent, en l’étudiant, détruit. Sebastian Hammwöhner, quant à lui, procède harmonieusement à la fusion de l’objet et de son découvreur : « Mr. Gabbeh », un dessin représentant un tapis au visage stylisé, porte le nom de l’inventeur de ses motifs ornementaux. Le tapis est doublement incarné, mis au rang du portrait, en étant accroché au mur.
L’autre versant de l’exposition concerne des œuvres sans doute plus hybrides, qui mêlent différentes cultures, s’approprient des formes, des couleurs, des styles, des objets avec un souci de s’affranchir de toute référence. « Le masque touché » de Sarkis est de ce point de vue exemplaire, associant un masque chaman tibétain du début du 20° siècle à un plateau de pierre indien 19°, ajoutant à la tête une chevelure de plastiline fluorescente. Siècles et civilisations entrechoqués donnent pourtant un résultat saisissant d’évidence. « Les jeunes travestis » de Didier Trenet, série de poêles à pétrole vêtus de tutus, alignés, dans leurs disproportions de taille et de genre, offrent des silhouettes tout aussi étranges et indéfinissables que le petit « Goldfinger », personnage de laine et de fines branches, au doigt de pied doré, réalisé par Alexandra Bircken. Si l’on pense au théâtre, au déguisement, à la mise en scène, au burlesque pour l’œuvre du premier, l’œuvre de l’artiste l’allemande tire plutôt du côté de la fable, du récit, de l’imaginaire.

JPEG - 79.2 ko
VUE D’EXPOSITION
photo Marc domage

Face à ces différents types d’œuvres, le visiteur peut se trouver dérouté. Mais une chose est sûre, de toutes ces têtes, masques, bustes, silhouettes, plus ou moins hiératiques, stylisés, synthétiques ou simplement évocateurs, faits de matières brutes, naturelles ou artificielles, ressort toujours un sentiment profondément humain. Sans pour autant dégager quelque courant que ce soit, on peut établir un parallèle avec certains artistes au tournant du 20° siècle. Archaïsme ? Primitivisme ? Ce que l’on retient est que cette radicalisation de la forme procédait alors d’une nécessité de restaurer la représentation de la figure humaine.

VUE D'EXPOSITION

Au printemps 2007, le centre d’art de la Maison populaire, prendra part avec cette exposition à la manifestation artistique d’envergure internationale Hospitalités, coordonnée par Tram qui se déclinera dans les 25 structures membres du réseau. Ce projet valorisera, dans sa mise en œuvre, les synergies à l’échelle régionale et internationale. Il assurera une visibilité des actions artistiques développées par les professionnels de l’art contemporain. Il consolidera la circulation entre les lieux. Dans cette logique de mise en réseau, des institutions de renommée internationale, s’associeront à ce projet, telles que le Centre Georges Pompidou, qui fêtera au même moment ses 30 ans avec l’exposition Air de Paris. À l’échelle européenne, cet événement favorisera les échanges avec des professionnels étrangers, invités dans le projet de carte blanche ou au moment de l’inauguration de la manifestation. Le temps fort du projet aura lieu fin mars-début avril.

Informations

- Rencontre : Le printemps de l’hospitalité
lundi 2 avril 2007 à 20 h
Rencontre autour des oeuvres en présence d’Annabelle Boissier, anthropologue, co-fondatrice du groupe de réflexion « Socio-Anthropologie des Arts Plastiques dans les contextes périphériques », Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, du commissaire et des artistes de l’exposition (Sebastian Hammwohner, Franck Scurti, Didier Trenet, Bernhard Walter). Modération : Thomas Michelon, attaché culturel et directeur adjoint de l’Institut Français des Pays-Bas.

- L’hospitalité
mardi 3 avril 2007 à 20 h
par René Schérer, philosophe, professeur émérite à l’université de Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis.
L’hospitalité, la chose la plus urgente et pourtant la plus méconnue, la plus bafouée aujourd’hui. Et ne s’agit pas seulement d’une expression juridique, législative, mais d’une extension de son concept à tous les aspects de la vie. Il est question, dans une hospitalité élargie, d’une habitation enfin vraiment humaine de la planète à laquelle seule elle peut assurer valeur et attrait. R. S.

- taxi tram/Pot de finissage de l’exposition L’homme nu
samedi 7 avril 2007 à partir de 14h
à l’occasion du taxi tram, balade artistique en ile de france organisée par le réseau tram (renseignement et inscription taxitram@wanadoo.fr 01 53 34 64 15)
vsisite de l’exposition par Aurélie Voltz, commissaire invitée et des artistes suivie d’un pot.

-  L’homme nu : Volume 2/3 : Paysages visités

- L’homme nu : Volume 3/3 : Art de Faire

- Visites commentées gratuites de l’exposition tous les vendredis à 19 h.
Inscription à l’accueil de la Maison Populaire ou au 01 42 87 08 68

Entrée libre
- Pour tous renseignements : Floriane Benjamin

ParisArt

Partager

À venir
du 19 avril au 1er juillet 2017
Saison 2006-2007
du 24 avril au 30 juin 2007
du 23 janvier au 7 avril 2007
jusqu’au 16 décembre 2006
jusqu’au 19 novembre 2006
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page