Écran philosophique

L’Aurore (Sunrise)

Mercredi 15 décembre 2004 à 20 h 30

par Philippe Simay, directeur de programme au Collège international de philosophie

L’Aurore (Sunrise) , de Friedrich-Wilhelm Murnau (amé­ri­cain - 1927 - 1 h 35)

Le pre­mier film amé­ri­cain de Murnau.
Friedrich-Wilhelm Murnau est sol­li­cité par William Fox qui a été impres­sionné par le pré­cé­dent film du réa­li­sa­teur alle­mand, Le Dernier des hommes. Le patron de la Fox Film Corporation lui fait signer un contrat de quatre ans et lui donne carte blache. Même s’il tourne avec des acteurs amé­ri­cains, le cinéaste s’entoure pour L’Aurore d’une équipe majo­ri­tai­re­ment alle­mande.

Récompensé par les pre­miers Oscars.
Lors de la pre­mière céré­mo­nie des Oscars, le 16 mai 1929, le film de Friedrich-Wilhelm Murnau rem­porte plu­sieurs prix. L’Aurore reçoit une sta­tuette pour sa qua­lité artis­ti­que (Unique and Artistic Picture). La pho­to­gra­phie de Charles Rosher et Karl Struss est également dis­tin­guée. Quant à Janet Gaynor, elle reçoit le prix de la meilleure actrice, non seu­le­ment pour ce film, mais aussi pour ses pres­ta­tions dans L’Heure suprême et Street angel, tous deux réa­li­sés par Frank Borzage.

Cela s’appelle...
L’Aurore a pour sous sous-titre A song of two humans (lit­té­ra­le­ment « une chan­son de deux humains »).

L’Aurore, l’aube du cinéma sonore
L’Aurore est un des pre­miers films sono­res de l’Histoire du cinéma, le tout pre­mier étant Don Juan d’ Alan Crosland, un film des stu­dios Warner pour lequel est employé le pro­cédé Vitaphone. En 1927, La Fox a recours pour le film de Friedrich-Wilhelm Murnau à une autre tech­ni­que de son, le Movietone. La Fox fait ainsi concur­rence à la Warner qui pré­sente Le Chanteur de Jazz, le pre­mier film par­lant, également réa­lisé par Crosland, quel­ques jours seu­le­ment après la sortie de L’Aurore. Lors de la pre­mière de ce film, le 23 sep­tem­bre 1927, au Times Square Theater à Manhattan, on pro­jette deux courts-métra­ges (l’un sur la cho­rale du Vatican et l’autre sur Benito Mussolini) pour faire la démons­tra­tion des qua­li­tés du Movietone. Cette tech­ni­que a pour inconvé­nient de déte­rio­rer légè­re­ment l’image, si bien que le film sort dans deux ver­sions, l’une, sono­ri­sée l’autre silen­cieuse. C’est cette der­nière ver­sion qui est exploi­tée en Europe.

Un succès pour la Fox
Juste après Les Quatre fils, de John Ford, et L’Heure suprême de Frank Borzage (dans lequel figure déjà Janet Gaynor), L’Aurore est le film qui a engrangé le plus de béné­fi­ces pour la Fox en 1928.

Un film-clé
L’Aurore est aujourd’hui consi­déré comme l’un des plus grands films de l’Histoire du cinéma. Ainsi, lorsqu’en 2002, la revue bri­tan­ni­que Sight and sound demande à des cri­ti­ques de citer leurs 10 films pré­fé­rés, L’Aurore appa­raît en sep­tième posi­tion.

Remake
L’Aurore don­nera un lieu à un remake, mis en scène en 1939 par Veit Harlan, réa­li­sa­teur du tris­te­ment célè­bre film de pro­pa­gande nazie Le Juif Süss. La nou­velle ver­sion du film de Friedrich-Wilhelm Murnau a pour titre Die Reise nach Tilsit (Le voyage à Tilsit), comme le récit de Hermann Sudermann, dont les deux réa­li­sa­teurs se sont ins­pi­rés.

Semelles de plomb
Afin de donner à George O’Brien une démar­che moins natu­relle et plus inquié­tante, les chaus­su­res de l’acteur ont été les­tées de plomb. Cette astuce a été reprise par la suite par James Whale pour son Frankenstein, sur une idée de Boris Karloff.

Négatif ori­gi­nal détruit
Le néga­tif ori­gi­nal de L’Aurore a été détruit dans un incen­die en 1937. Pour la res­tau­ra­tion du film en 2002, des copies pro­ve­nant des Cinémathèques de Paris et de Prague sont exa­mi­nées, mais c’est une copie datant de 1936 qui est choi­sie comme base de tra­vail.

Gaynor et Murnau, après l’Aurore
Après L’Aurore, le cinéaste fait de nou­veau tour­ner Janet Gaynor, dans Four devils, en 1928, mais ce film de Friedrich-Wilhelm Murnau a été perdu.

Informations

Au cinéma Georges-Méliès
Centre commercial de la Croix-de-Chavaux
93100 Montreuil

Partager

À venir
Jeudi 23 février 2017 à 20 h 30
Saison 2004-2005
Mercredi 15 juin 2005 à 20 h 30
Mercredi 25 mai 2005 à 20 h 30
Mercredi 20 avril 2005 à 20 h 30
Mercredi 30 mars 2005 à 20 h 30
Vendredi 18 mars 2005 à 20 h 30
Mercredi 16 mars 2005 à 20 h 30
Mercredi 16 février 2005 à 20 h 30
Mercredi 26 janvier 2005 à 20 h 30
Mercredi 15 décembre 2004 à 20 h 30
Mercredi 24 novembre 2004 à 20 h 30
Mercredi 27 octobre 2004 à 20 h 30
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page