Accueil > Cinéma & vidéo > Écrans philosophiques > Le Fantôme de la fiction
Écran philosophique

Le Fantôme de la fiction

Mardi 9 décembre 2003 à 20 h 30

par Thierry Viguier , enseignant en philosophie à Bourges.

L’aven­ture de madame Muir , de Joseph L.Mankiewicz (USA - 1947- 1 h 40- VO)

Le fan­tas­ti­que dans "L’aven­ture de madame Muir" se veut très sobre dans ses effets. À vrai dire, il n’y a pas d’effets spé­ciaux. Tout au plus, nous assis­te­rons à une dis­pa­ri­tion par trans­pa­rence qui elle-même reste très rudi­men­taire. Pour le reste, toutes les appa­ri­tions ou dis­pa­ri­tions se font essen­tiel­le­ment grâce à la magie du mon­tage ou des mou­ve­ments de caméra. Et c’est cette sim­pli­cité, occultant l’esbroufe, qui donne jus­te­ment un cachet réa­liste à la mer­veilleuse his­toire qui nous est contée.

Portant le deuil, Madame Muir vit avec sa belle famille. N’en pou­vant plus, elle décide de partir vivre seule avec sa fillette au bord de la mer. Grâce aux actions de son mari, elle peut envi­sa­ger un avenir modeste mais sans ombrage en louant une petite maison. Elle tombe sous le charme d’une bico­que ayant appar­tenu au capi­taine Gregg. Mais, si le marin est mort et enterré, son esprit rôde tou­jours dans la maison !

JPEG - 109.2 ko
Affiche
L’aventure de madame Muir

Fils d’émigrant alle­mand, Joseph L. Mankiewicz se lance dans le jour­na­lisme et devient cor­res­pon­dant en Allemagne pour un jour­nal amé­ri­cain. Il par­ti­cipe à la rédac­tion des inter­ti­tres de quel­ques films muets alle­mands. Pendant ce temps, Herman J. Mankiewicz, est passé du statut de cri­ti­que théâ­tral à celui de super­vi­seur des scé­na­rios à la Paramount. C’est ainsi qu’il pro­pose à son frère de venir écrire pour la maison de pro­duc­tion amé­ri­caine. Il y écrit des scé­na­rios et passe à la réa­li­sa­tion tout à fait par hasard. C’est ainsi qu’il rem­place au pied levé Ernst Lubitsch indis­posé et met en scène son propre scé­na­rio sur LE CHATEAU DU DRAGON où il dirige Vincent Price et Gene Tierney. Il retrouve jus­te­ment cette der­nière dans L’AVENTURE DE MADAME MUIR. Il conti­nuera sa car­rière par la suite pour s’affir­mer comme l’un des grands réa­li­sa­teurs Hollywoodiens jusqu’à la mise en scène de l’écrasant CLEOPATRE où il diri­gera une fois de plus Rex Harrison aux côtés de Elizabeth Taylor et Richard Burton.

Gene Tierney et Rex Harrison ne sont pas des acteurs qui auront réel­le­ment marqué le cinéma fan­tas­ti­que tout au long de leurs fil­mo­gra­phies. Pour Rex Harrison, on citera essen­tiel­le­ment la fan­tai­sie musi­cale DOCTEUR DOLITTLE. Le troi­sième acteur à par­ta­ger la vedette dans L’AVENTURE DE MADAME MUIR est déjà bien plus connu dans le domaine, ne serait-ce que pour son rôle de pro­fes­seur dans LE VILLAGE DES DAMNES. Enfin, la toute jeune comé­dienne qui inter­prète la fille de Lucy Muir n’est autre que Natalie Wood bien avant qu’elle ne donne la répli­que à James Dean dans LA FUREUR DE VIVRE ou ne pousse la chan­son­nette dans WEST SIDE STORY. En matière de fan­tas­ti­que, elle appa­raît dans METEOR et mal­heu­reu­se­ment décède avant de pou­voir ter­mi­ner BRAINSTORM.

Il serait dif­fi­cile à pré­sent d’ima­gi­ner L’AVENTURE DE MADAME MUIR sans la conjonc­tion de tous les talents évoqués. Et pour­tant, bien avant que Ernst Lubitsch soit obligé de lais­ser sa place de réa­li­sa­teur à Joseph L. Mankiewicz, il fut ques­tion de confier le film à John Malcolm Stahl et ce sans Gene Tierney puisqu’à ce moment-là une autre actrice fut pres­sen­tie pour le rôle. Finalement, cela ne s’est pas fait et pour­tant une ving­taine d’années après la réa­li­sa­tion du film, la télé­vi­sion adapta le concept pour le petit écran. Plus ques­tion de pren­dre les acteurs d’ori­gine qui seront alors rem­pla­cés par Hope Lange et Edward Mulhare. Ce der­nier ayant marqué une autre série télé­vi­sée en jouant le rôle du patron de Michael Knight dans K-2000. L’AVENTURE DE MADAME MUIR est une comé­die dra­ma­ti­que par­ti­cu­liè­re­ment bien écrite. Les pas­sa­ges humo­ris­ti­ques abon­dent dans la pre­mière partie du film où la nou­velle occu­pante de la maison apprend à décou­vrir son hôte fan­to­ma­ti­que. Dialogues enle­vés et situa­tions amu­san­tes don­nent un air léger à ce que l’on pour­rait pren­dre de prime abord comme une simple comé­die roman­ti­que. Cela se com­pli­que dans la deuxième partie du métrage et la ren­contre d’un per­son­nage cyni­que et char­meur. Écrivain pour enfants, il l’avoue lui-même il n’aime pas les mar­mots. Devant la beauté de Gene Tierney, le beau par­leur pro­fite de la naï­veté de sa vic­time. Et même si le métrage se clôt par un sem­blant de happy-end, le film ne sacri­fie pas son sujet à la faci­lité pour cares­ser le spec­ta­teur dans le sens du poil. De même que l’on peut s’inter­ro­ger sur la réelle exis­tence d’un spec­tre dans la maison. Une dis­cus­sion entre mère et fille, à la fin, laisse encore planer un doute qui sera plus ou moins pro­noncé selon l’envie du spec­ta­teur.

Le fan­tas­ti­que dans L’AVENTURE DE MADAME MUIR se veut très sobre dans ses effets. À vrai dire, il n’y a pas d’effets spé­ciaux. Tout au plus, nous assis­te­rons à une dis­pa­ri­tion par trans­pa­rence qui elle-même reste très rudi­men­taire. Pour le reste, toutes les appa­ri­tions ou dis­pa­ri­tions se font essen­tiel­le­ment grâce à la magie du mon­tage ou des mou­ve­ments de caméra. Et c’est cette sim­pli­cité, occultant l’esbroufe, qui donne jus­te­ment un cachet réa­liste à la mer­veilleuse his­toire qui nous est contée.

Antoine Rigaud

Informations

Au cinéma Georges-Méliès
Centre commercial de la Croix-de-Chavaux
93100 Montreuil

Partager

Saison 2003-2004
Vendredi 10 juin à 20 h 30
Mardi 18 mai 2004 à 20 h 30
Mardi 27 avril 2004 à 20 h 30
Mardi 24 février 2004 à 20 h 30
Mardi 13 janvier 2004 à 20 h 30
Mardi 9 décembre 2003 à 20 h 30
Mardi 11 novembre 2003 à partir de 14 h
Mardi 21 octobre 2003 à 20 h 30
Les archives par année
Rechercher sur le site
Haut de page